Archives de catégorie : Nos travaux / Our works

Colloque “Regards croisés sur l’aménagement des cours d’eau”, Mulhouse, 21-22 Novembre 2013

Un colloque interdisciplinaire intitulé “Regards croisés sur l’aménagement des cours d’eau” se tiendra à la Fonderie à Mulhouse les 21 et 22 Novembre 2013. Organisé par le CRESAT (Centre de Recherche sur les Economies, les Sociétés, les Arts et les Techniques) de l’Université de Haute-Alsace, cette manifestation scientifique a pour objectif de croiser les différentes approches, de confronter les expériences et les expertises dans le cadre d’une réflexion interdisciplinaire, internationale et diachronique sur l’aménagement au sens large des cours d’eau.

 

Le colloque est organisé autour d’une journée scientifique (21 Novembre) rythmée par plusieurs sessions :

1. L’évolution de l’aménagement des cours d’eau aux époques moderne et contemporaine

2. Les cours d’eau, espaces privilégiés de l’industrie : tensions et stratégies autour d’enjeux socio-économiques

3. Fonctionnements et réajustements hydromorphologiques au cœur de la réflexion sur l’aménagement

4. Nouveaux enjeux de l’aménagement des cours d’eau : renaturation et préoccupations environnementales

 

Cette journée sera suivie par une demie-journée technique (22 novembre) :

1. Communications

2. Table-ronde “Les enjeux techniques et politiques de l’aménagement des cours d’eau en Alsace”

Caroline LE CALVEZ présentera le 21 Novembre une communication intitulée “Aménager, protéger, renaturer : entre conciliation réglementaire et confrontation locale sur le bassin versant de la Seiche (Ille-et-Vilaine)”.

Pour consulter le programme complet du colloque.

Observatoire cartographique des sites hydrauliques de la vallée de la Vire

Le stage d’Arnaud CHILOU mené au Syndicat Mixte de la Vallée de la Vire et encadré par Stéphanie LEGENDRE et Marie-Anne GERMAINE a donné lieu à la réalisation d’un diagnostic socio-économique de la soixantaine de sites hydrauliques présents sur le cours principal de la rivière des sources aux claies de Vire (la partie aval, dans les marais du Cotentin, étant exclus de l’étude car trop spécifique). L’ensemble des fiches construites à cette occasion sont accessibles depuis le fond de carte ci-dessous : chaque point bleu correspond à un site hydraulique, cliquez-dessus pour accéder à la fiche d’informations.

Pour plus d’informations sur l’ensemble de l’étude : voir la page consacrée à la journée de restitution.


Afficher Observatoire des sites hdyrauliques de la vallée de la Vire sur une carte plus grande

Mise en place d’un observatoire paysager des opérations de restauration de la continuité écologique des cours d’eau en Basse-Normandie

Dans le cadre de son stage réalisé au laboratoire Géophen UMR LETG 6554 CNRS de l’Université de Caen Basse-Normandie dans le cadre de l’ANR Reppaval, Anthime Maille (Master 2 PRO AGIRE, Univ. Caen) a travaillé à la mise en place d’un observatoire paysager des opérations de restauration de la continuité écologique dans le département du Calvados. Cet observatoire a pour objectif de mettre à disposition une base de données exhaustive qui renseigne à la fois sur l’ouvrage, le cours d’eau, le projet de restauration associé. Une dimension encore peu étudiée est ajoutée : les enjeux socio-économiques et paysagers. Ce travail est issu de la collaboration entre le laboratoire Géophen (L. Lespez, A.-J. Rollet), l’ANR Reppaval (M.-A. Germaine) et les structures en charge de la gestion de l’eau en Basse-Normandie (CATER, Agence de l’eau Seine-Normandie) et dans les bassins versants (syndicats de rivière, EPTB, …). Après avoir défini les modalités à renseigner dans la base de données, Anthime Maille a collecté les informations concernant les opérations menées ou à venir (2010-2015) dans le département du Calvados. Les fiches réalisées dans le cadre de son stage seront bientôt mises en ligne sur le site de l’ANR.

Le projet s’est appuyé sur une démarche méthodologique conséquente alliée à un travail d’identification et de caractérisation des projets de restauration, auxquels se sont ajoutées des visites de terrain exhaustives des sites identifiés. La démarche s’appuie sur quatre étapes.

 

Étape 1 : Inventaire des opérations de restauration

Cette première étape consiste à réaliser un inventaire exhaustif des opérations de restauration sur une période d’étude de plus ou moins 2 ans (2011/2015), concernant les ouvrages de type barrage ou seuil, sur le département du Calvados avec possibilité d’extension aux limites des bassins hydrographiques (voir carte ci-après).

Anthime MAILLE © (2013)
Anthime MAILLE © (2013)

Il apparait qu’aucune base de données synthétique n’est disponible pour réaliser cet inventaire. Pour récolter les informations nécessaires, les acteurs directement concernés par la mise en place des opérations ont été rencontrés à différentes échelles. Tout d’abord à l’échelle du département, des rencontres avec la CATER de Basse Normandie et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) ont permis d’obtenir une vision globale des opérations et projets de restauration. Puis, nous avons pris directement contact auprès des syndicats Mixtes de Bassin et la Fédération de pêche du Calvados, qui sont les acteurs de terrain impliqués à une échelle plus fine dans les projets de restauration.

L’inventaire auprès des différents acteurs a permis de recenser 46 ouvrages répartis sur 37 sites hydrauliques. À la fin du stage (septembre 2013), 13 projets étaient effectivement réalisés.

 

Étape 2 : Mettre en place et renseigner une grille d’inventaire

Cette seconde étape vise à regrouper la multitude d’informations associées à l’ouvrage, au cours d’eau, à l’opération de restauration, ainsi qu’aux enjeux socio-économiques et paysagers. Les modifications après-projet doivent également être intégrées au document.

Un état des lieux des documents déjà produits et accessibles sur les ressources en ligne a initialement été réalisé (exemples français mais aussi puisés dans la littérature grise dans d’autres pays européens). Ce travail a permis de montrer qu’une multitude de productions existe, et ce, à différentes échelles d’inventaire. Il apparait toutefois qu’aucun document ne peut être intégralement réutilisé dans le cadre des objectifs du stage. Une nouvelle grille a donc été produite à partir d’une synthèse des différentes ressources identifiées .

Le document nouvellement construit est formulé autour de trois thématiques :

– la caractérisation de l’ouvrage et son environnement associé,

– l’opération de démantèlement,

– l’après projet.

Les différents items ont majoritairement été renseignés à partir de la collecte des documents préalables à la mise en place des opérations de restauration. Les projets étant tous différents et les documents d’étude adaptés à chaque type d’ouvrage et d’opération de restauration, il apparait que la grille n’est pas renseignée de manière uniforme. Cette information est un résultat à part entière puisqu’elle affiche l’hétérogénéité des documents préalables aux opérations de restauration.

Étape 3 : Réaliser un observatoire paysager des opérations de restauration

Cette troisième étape consiste à réaliser un observatoire paysager des opérations de restauration à partir d’un inventaire des photographies existantes mais également par un travail de collecte de nouveaux clichés in-situ. L’ouvrage et son environnement associé sont au centre de la démarche. De plus, une production cartographique propose une synthèse de la configuration de l’environnement proche de l’ouvrage, de son accessibilité (physique et visuelle) mais également des modifications induites par l’opération de restauration (couvertures du sol, cheminements, …).

L’observatoire paysager s’appuie aujourd’hui sur une collection complète de photographies à laquelle s’ajoutent de nombreux clichés qui ont été obtenus auprès des acteurs ressources. L’outil demande toutefois d’être reconduit de façon à suivre les dynamiques nouvelles suscitées par les projets de restauration récents ou à venir. La cartographie diachronique affiche un constat identique : la plus-value de cet outil apparait avec le temps, notamment en termes de modification paysagère et modification des usages post-projet.

Étape 4 : Synthétiser et valoriser l’information

Cette dernière étape du travail consiste à valoriser les informations collectées sur chaque opération de restauration au sein d’une fiche de synthèse. Les documents produits regroupent de manière homogène les différentes informations collectées et seront prochainement mis à disposition via une ressource internet. Le document produit se présente sous la forme d’une fiche au format recto-verso, qui synthétise l’information à partir d’un rendu sous forme de tableau, cartographies, orthophotoplans et photographies. La fiche sera accessible à partir du site internet de l’ANR REPPAVAL en téléchargement libre. Chaque ouvrage recensé est géolocalisé sur un fond cartographique Google Map, ce qui permet de localiser les différents projets à l’échelle du département.

Bilan

Les différentes composantes du travail proposent aujourd’hui une ressource qu’il est possible d’alimenter par les projets de restauration nouvellement identifiés, mais également d’étendre à la zone d’étude initialement définie par le stage : la région Basse-Normandie. Le travail mené propose ainsi un modèle de suivi possible des opérations de restauration écologique des cours d’eau sur lesquels on dispose de peu de retour d’expérience. Une attention particulière est ici proposée pour fournir un outil de suivi qui intègre des thématiques encore peu étudiées à travers la prise en compte du volet socio-économique et paysager dans la mise en place des opérations de restauration écologique.

poster anthime

Version PDF du poster : Observatoire paysager des opérations de restauration des cours d’eau en basse-Normandie

L’évolution du paysage en Bretagne : focus sur les vallées

Le site “L’évolution du paysage en Bretagne – Mise en valeur des observatoires photographiques du paysage” est en ligne depuis cet été. Fruit du travail piloté par Laurence LE DU-BLAYO (Université Rennes 2), il vise à sensibiliser la population, les acteurs et les élus à l’impact sur le paysage des aménagements et donc susciter réflexions et questionnements. Ces dynamiques paysagères sont directement liées aux dynamiques socio-économiques et il est donc important de connaître l’histoire des paysages afin de mieux prévoir leurs futurs et discuter ce que sera notre cadre de vie de demain. Les reconductions photographiques sont au cœur de ce travail, tant pour prendre conscience des changements passés que pour se donner les moyens de suivre les changements à venir.

bloc diagramme opp bretagne

Trois thèmes sont déclinés pour mettre en valeur les observatoires photographiques : la ville t le bourg, la vallée et le littoral balnéaire. La section consacrée aux paysages de vallées propose une reconstitution sous forme de bloc diagramme animé de l’évolution des paysages de vallées depuis la moitié du 19ème siècle à aujourd’hui. Richement illustrée à travers divers documents d’archives (photographies anciennes, peintures, plans et cartes, …), cette section aborde plusieurs points :

– l’aménagement des cours d’eau en ville

– la force hydraulique : moulins et barrages

– la vie quotidienne

– le paysage agricole

– les cours d’eau canalisés

– les ouvrages d’art

Espérons que cet outil portera sa pierre à l’édifice dans la prise en compte du paysage dans les politiques publiques, comme dans les actions quotidiennes de chaque citoyen et souhaitons lui beaucoup de visiteurs !

Atelier “Art contemporain et pratiques géographiques” à l’ESAM Caen – Changer les regards sur la presqu’île et l’estuaire de l’Orne

L’ESAM (école supérieure d’arts et médias) Caen/Cherbourg a organisé le mercredi 19 Juin 2013 à Caen un premier atelier de recherche dans le cadre du MEPIC (Musée éclaté de la presqu’île de Caen). Le MEPIC est un projet artistique porté par l’ESAM : il s’agit du volet contemporain du Festival Normandie Impressionniste dont la 2ème édition a lieu cet été dans les deux régions. L’exposition consiste en 15 projets d’artistes différents invités à créer une œuvre en résonance avec le traitement du thème de l’eau par les impressionnistes. Ces pièces sont présentées dans 15 conteneurs éparpillés sur le territoire entre Caen et la mer du 28 juin jusqu’au 28 octobre 2013.

Intitulé “Art contemporain et pratiques géographiques : territoires en représentation“, ce premier atelier, organisé par Claire LE THOMAS du laboratoire de l’art et de l’eau de l’ESAM en collaboration avec l’UFR de géographie de l’UCBN et le laboratoire Géophen LETG CAEN UMR 6554 CNRS, avait pour objectif de déplacer/confronter les regards portés sur la nature, le paysage de la presqu’île de Caen, et plus largement le territoire de Caen à l’estuaire de l’Orne à Ousitreham. Artistes et scientifiques ont partagé leurs points de vue et leurs représentations du territoire, de ses héritages et de son devenir.

La journée s’est déroulée en deux temps :

La matinée a été consacrée à une performance artistique déambulatoire (en bus, et à pied) : Dector et Dupuy ont proposé une visite guidée de la presqu’île amenant les participants à porter leur regard sur des détails du paysage jusqu’à la plage de Ousitreham. Ces derniers invitent à s’interroger sur de multiples héritages.

Marie-Anne Germaine
La presqu’île, Caen. 19 Juin 2013. MAG 

Le pont de Calix, Caen. 19 juin 2013. MAG
Le pont de Calix, Caen. 19 juin 2013. MAG
Vue sur l'estuaire de l'Orne, Amfréville, 19 Juin 2013. MAG
Vue sur l’estuaire de l’Orne, Amfréville, 19 Juin 2013. MAG

L’après-midi s’est déroulé en salle autour d’interventions d’artistes participant au MEPIC qui ont pu présenté les œuvres en cours de finalisation (Jonathan Loppin et Ariane Michel) et de géographes proposant pour l’un, un regard informé par le temps long sur l’environnement de la presqu’île et ses projets (Laurent Lespez) et l’autre, une réflexion plus générale sur les rapports entre esthétique et environnement et la nécessité de développer une véritable esthétique environnementale (Nathalie Blanc) :

Laurent LESPEZ – Les possibles et nos représentations, la presqu’île sous le regard de la longue durée [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Jonathan LOPPIN – Sand Memorial, présentation de l’oeuvre réalisée à Ouistreham [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Nathalie BLANC – Esthétique environnementale : quels liens au politique ? [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Ariane MICHEL – Le dernier voyage, présentation de l’œuvre réalisée à Sallenelles [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Deux autres ateliers sont d’ores et déjà prévus en septembre 2013 – “Identités portuaires, les espaces de l’eau” – et en octobre 2013 – “Jeux d’échelles”.

Parution d’un article dans la revue Vertigo : Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’ouest de la France

La revue Vertigo vient de mettre en ligne un numéro hors-série intitulé “Patrimonialiser la nature“. Dirigé par Christine Bouisset et Isabelle Desgrémont, cCelui-ci fait suite au colloque de Pau organisé du 6 au 8 septembre 2011 par le laboratoire SET (Université de Pau et des Pays de l’Adour). Ce numéro regroupe plusieurs articles regroupés autour de quatre thématiques : (1) Institutionnalisation de la nature et territorialisation politique : des dimensions publiques omniprésentes dans le mouvement patrimonial, (2)Quand le patrimoine naturel oppose : de la confrontation des regards aux conflits, (3) Regards non institutionnels : une construction patrimoniale en filigrane et (4) Le public : le grand oublié de la patrimonialisation ?

 

Marie-Anne Germaine et Régis Barraud proposent dans ce numéro un article intitulé “Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France” dont le résumé est repris ci-dessous.

Résumé : Manifestations concrètes de l’évolution récente du cadre réglementaire dans le domaine de l’eau, les projets de restauration écologique, qu’ils se traduisent par des opérations de « désaménagement » d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, se multiplient. Sur le terrain, ces opérations suscitent des réactions divergentes de la part des usagers qui témoignent de la diversité des représentations qu’ils se font de ces paysages et plus généralement de la nature. S’affrontent alors différentes logiques de mises en patrimoine (patrimoine naturel vs patrimoine culturel ; paysage vs biodiversité…). La mise en œuvre de ces projets constitue ainsi une occasion intéressante pour questionner les valeurs et processus qui sous-tendent la défense du patrimoine naturel au fil de l’eau. À partir d’exemples choisis parmi les petites vallées de l’ouest de la France sont identifiées les causes des mouvements de contestation auxquels sont confrontés les gestionnaires, mais aussi la nature des conflits locaux qui opposent les acteurs. Une réflexion est ensuite proposée sur la façon dont sont débattus ces enjeux sur la scène locale à partir de l’analyse des jeux d’acteurs et de la gouvernance des projets étudiés permettant d’interroger la place de l’expert et des discours dominants et de comprendre le rôle des habitants, élus et usagers qui se mobilisent.

Ecological restoration and rivers heritage conservation’s process in western France

Abstract : The adoption of the EU Water Framework Directive and the evolution of French water policy involves a multiplication of ecological restoration projects in all valleys. It concerns dam removal and maintain of wild landscape. At local scale, we observe conflicts which illustrate the diversity of landscape and nature representations. River users defend the preservation of different heritages (natural heritage vs. cultural heritage, biodiversity vs. landscape …). From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, we purpose to identify rivers heritage conservation’s values and process. The study is based on local conflicts analysis and water local governance difficulties.

Comte-rendu de l’ouvrage collectif dirigé par L. Lespez dans la revue Géocarrefour

La revue Géocarrefour propose un compte-rendu de l’ouvrage collectif édité par Laurent Lespez “Paysages et gestion de l’eau. Sept millénaires d’histoire de vallées et de plaines littorales en Basse-Normandie” publié en 2012 aux Presses Universitaires de Caen dans la collection de la Bibliothèque du pôle rural (n° 3). Ce compte-rendu rédigé par Nicolas Jacob-Rousseau, maître de conférences en géographie à l’Université Lyon 2, est consultable ici.

“Au fil de l’eau. Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours” : parution d’un ouvrage collectif sur les enjeux liés à l’eau.

L’ouvrage “Au fil de l’eau Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours” réunit des textes de chercheurs venant de disciplines diverses (historiens, géographes, archéologues, sociologues, politologues, …) sur les enjeux liés à l’eau. Coordonné par Christèle Ballut et Patrick Fournier, l’ouvrage de 550 pages est articulé autour de trois parties : (1) Les temps de l’eau, (2) Les territoires de l’eau et (3) Le gouvernement de l’eau.

couverture Au fil de l'eau

Résumé de l’ouvrage : À une époque où les enjeux liés à l’eau sont multiples et très sensibles, les travaux scientifiques sur ces questions abondent et l’efficacité du dialogue entre chercheurs, d’une part, et entre chercheurs et gestionnaires, d’autre part, est une priorité (Schneier-Madanes, 2010). L’eau étant par excellence un thème pluridisciplinaire, une gestion efficace suppose d’intégrer les connaissances et de croiser desapproches complémentaires (hydro-logiques, écologiques, géographiques, historiques, socio-économiques et politiques), afin de tenter de concilier des points de vue contrastés et de proposer des réponses adaptées. L’essor des recherches va dans ce sens et permet de mieux appréhender la complexité des formes actuelles d’utilisation et de gestion de l’eau. Toutefois, il ne doit pas occulter des approches historiques de ces mêmes questions fondées sur des études paléoenvironnementales, archéologiques ou textuelles (Burnouf et al., 2004, Beck et al., 2009). Si les réalisations anciennes ne commandent pas forcément les structures actuelles, les mutations technologiques et de nouveaux besoins ayant considérablement modifié les paramètres au cours du temps et les ruptures pouvant l’emporter sur les continuités, il existe des situations héritées et surtout des configurations dans le rapport des sociétés à l’eau qui peuvent se répondre et s’éclairer mutuellement, même dans des contextes géographiques éloignés.

 

Régis Barraud, Laurent LESPEZ, Marie-Anne GERMAINE et Jean-Michel CADOR publient dans cet ouvrage un article intitulé “Moulins à eau et ouvrages hydrauliques, outils de reconstitution et d’interprétation des trajectoires paysagères des fonds de vallées“.

Résumé de l’article :  Les vallées ordinaires (petits cours d’eau, rang de strahler ≤ 6) sont peu étudiées par les géographes en comparaison aux grands organismes fluviaux alors que des enjeux de gestion de l’eau, des milieux et des paysages y convergent. Ces vallées partagent des héritages paysagers qui témoignent d’anciennes formes d’exploitation agricole et industrielle (moulins à eau, ouvrages hydrauliques, dérivations, fossés etc.). Plus particulièrement, la rémanence des moulins à eau et des ouvrages hydrauliques associés constitue un trait de caractère fort de ces espaces. Ces équipements influent sur le fonctionnement actuel des paysages de vallées et l’évolution de leurs représentations sociales. Cet héritage donne aujourd’hui lieu à des projets souvent antagonistes (conservation patrimoniale, désaménagement en vue de restauration écologique, requalification résidentielle, micro / pico hydroélectricité, etc.). Cette contribution mobilise ces objets « moulins » et « ouvrages hydrauliques » afin de  reconstituer et d’interpréter les trajectoires paysagères de ces fonds de vallées (à partir du début du XIXe siècle). Cette approche géohistorique sert de socle à une présentation des enjeux de gestion actuels suscités par ces friches hydrauliques : restauration patrimoniale, démantèlement des ouvrages hydrauliques pour restaurer la fonctionnalité écologique des cours d’eau.

Watermills and weirs: tools used to explain small rivers’ landscape evolutions

Abstract: Small rivers (strahler stream order ≤ 6), rarely studied in comparison to the large ones, share landscaped heritage which shows former forms of agricultural and industrial exploitation. Critical to early economic development, the use of watermills as a tool of production has been progressively marginalized. Weirs and mills remain and are the material and symbolical legacy of the former technical system. Most of them are considered as part of a collective heritage. They are now used for recreational activities (angling, hiking, canoeing), and converted into residence. Recent studies associating geographical and historical approaches, using “watermills” and “weirs” as indicators, allowed the comparison of landscaped trajectories of several small valleys (West of France) since the beginning of the XIXth century. This geo-historical approach facilitates the understanding of the current issues concerning small rivers management. This new leisure and heritage landscape requires the restoration of the old structures. On the other hand the European Water Framework Directive (EWFD) encourages States and local authorities to reduce ecological impact of these hydraulic works (fish-pass, small dam removal).

Parution d’un ouvrage collectif sur les hydrosystèmes continentaux européens confrontés aux différentes lois sur l’eau

L’ouvrage “European Continental Hydrosystems under changing water policy” dirigé par G. Arnaud-Fassetta, E. Masson et E. Reynard rassemble 28 contributions qui font suite au Colloque “Hydrosystèmes continentaux et territoires européens confrontés aux différentes lois sur l’eau” organisé par la commission “Hydrosystèmes Continentaux” du CNFG et l’Institut de Géographie de l’Université de Lausanne en juillet 2011 à Sion (Valais, Suisse). Cet ouvrage est organisé en 4 sections (cf. sommaire ci-dessous) qui proposent une synthèse des recherches géographiques sur les les différentes lois sur l’eau et leurs impacts en matière de gestion des ressources environnementales et plus spécialement hydrologiques à la fois sur le plan méthodologique et conceptuel. Les nombreuses études de cas en France, Suisse, Portugal, Roumanie, Espagne et Royaume-Uni proposées montrent comment la recherche en géographie peut contribuer à l’application des lois européennes sur l’eau, la DCE tout particulièrement.

Cinq contributions sont proposées par des membres de l’équipe de l’ANR Reppaval (cf. sommaire ci-dessous).

Couverture Ouvrage

Sommaire_1Sommaire_2

Un aperçu des articles en français.

Environmental dynamics of small rivers in Normandy (western France) since the Neolithic era. What lessons for today in the context of the European Water Framework Directive ? Laurent LESPEZ, Vincent VIEL, Jean-Michel CADOR, Marie-Anne GERMAINE, Cécile GERMAIN-VALLEE, Anne-Julia ROLLET et Daniel DELAHAYE

Les dynamiques environnementales des petits cours d’eau bas-normands (Ouest de la France) depuis le Néolithique. Quelles leçons pour aujourd’hui dans le cadre de la Directive Cadre Européenne sur l’eau ? Les recherches pratiquées dans les vallées normandes depuis une dizaine d’années révèlent la forte mobilité des paysages et des environnements fluviaux depuis le Néolithique. Cette mobilité a d’abord eu des causes naturelles liées à l’évolution du climat et de la couverture végétale. Il faut attendre les trois derniers millénaires pour que le développement des activités agro-pastorales affecte suffisamment les bassins versants pour que les dynamiques alluviales changent profondément. Mais alors, les transformations engendrées sont durables et entrainent une véritable métamorphose des systèmes fluviaux. Les fonds de vallées humides aux écoulements divagants et en grande partie boisés des époques antérieures deviennent des espaces atterris où méandrent des cours d’eau de faible énergie. C’est dans ce contexte déjà profondément anthropisé que prennent place les aménagements hydrauliques à partir de l’époque gallo-romaine. Ceux-ci se généralisent au cours de l’époque médiévale et achèvent de transformer le fonctionnement hydrosédimentaire des cours d’eau bas-normands. A la fin du XVIIIe siècle, on comptait en moyenne un moulin tous les 1300 m de cours d’eau, alors qu’il subsiste encore aujourd’hui 1350 km canaux de drainage et de biefs dédoublant les rivières pour un linéaire total de cours d’eau raisonnablement exploitable (i. e., d’ordre > 2, Strahler) de 5250 km, soit 1 km construit pour 4 km de linéaire de rivière. De plus, la densité des aménagements (buse, abreuvoir, berge construite ou aménagée, etc.) sur les linéaires non construits est telle qu’il apparaît clairement que le réseau hydrographique contemporain est en grande partie artificialisé. Il est le fruit de la combinaison d’une transformation longue des bassins versants et d’une histoire plurimillénaire d’aménagements plus ou moins lourds liés à une combinaison complexe d’usages hydrauliques. La perspective du temps long des systèmes fluviaux amène d’abord à s’interroger sur la notion de « renaturation » des cours d’eau qui s’impose souvent comme le principe dominant du désaménagement contemporain et sur les conditions du rétablissement de la « continuité écologique ». Les systèmes fluviaux qui servent de référence à ces opérations n’ont pas toujours été présents et ils ne sont pas forcément le résultat de dynamiques « naturelles ». Par ailleurs, la faible connaissance que nous avons aujourd’hui des systèmes fluviaux de faible énergie des petites rivières de l’ouest de la France rend difficile la mise en place de pratiques de gestion basées sur la notion de service écologique. Au final, elle souligne que l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir pour comprendre avec précision les systèmes sur lesquels on souhaite intervenir massivement et le temps imparti apparaissent incompatibles. Contentons-nous de gérer des lits fluviaux hérités, anthropisés, artificialisés afin de maintenir différentes fonctions (écologiques, d’agrément, etc.). C’est déjà un beau et difficile projet !


Creation of an observatory of sediment transfers in Lower Normandy hydrosystems (western France) in the context of the European Water Framework Directive application. Vincent VIEL, Anne-Julia ROLLET, Daniel DELAHAYE, Laurent LESPEZ et Jean-Michel CADOR

Création d’un observatoire des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes bas-normands (France de l’Ouest) dans le contexte d’application de la Directive Cadre Européenne sur l’eau. La quantification et la caractérisation des transferts hydrosédimentaires constituent aujourd’hui des enjeux majeurs, non seulement en termes de connaissance du fonctionnement des hydrosystèmes mais également pour la gestion des milieux et de leurs ressources naturelles. En effet, les conséquences associées à ces transferts peuvent être catastrophiques pour les écosystèmes continentaux et aquatiques, la biodiversité ainsi que les populations lorsqu’ils s’accompagnent de transfert de polluants, d’inondation ou de pollution, autant de problématiques cruciales pour la préservation et la restauration de la ressource en eau et sols qui sont aujourd’hui une des priorités environnementales des pouvoirs publics (Loi sur l’Eau, Directive Cadre sur l’Eau). De nombreuses études scientifiques ont été menées au cours des années passées sur la quantification et l’analyse des dynamiques des transferts sédimentaires. Cependant, les hydrosystèmes de faible énergie (< 15 W/m2), caractéristiques d’un large quart NW de la France, apparaissent peu documentés. De plus, ces études ne s’interrogent que rarement sur l’origine et les modes de transfert des sédiments dans le bassin-versant. En effet, réalisées en règle générale sur les principaux systèmes fluviaux ou aux exutoires de petits bassins versants de quelques km², ces mesures permettent difficilement l’analyse des dynamiques et les transferts d’échelles internes au bassin-versant. Il s’agit pourtant de problématiques fondamentales qui doivent permettre d’orienter les actions de gestion dans les bassins versants sur les zones les plus problématiques. C’est pourquoi, pour aller au-delà du fonctionnement « en boîte noire » du bassin-versant et comprendre le rôle de l’emboîtement des échelles sur les dynamiques spatiales et temporelles des transferts sédimentaires, le laboratoire GEOPHEN a fait le choix de mettre en place un observatoire des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes bas-normands qui s’appuie sur le suivi du bassin-versant de la Seulles (450 km²), représentatif des hydrosystèmes observés en Basse-Normandie. L’objectif de cet observatoire est d’identifier, à l’aide de bilans quantitatifs et qualitatifs, les différentes sources sédimentaires dans le bassin-versant ainsi que les dynamiques temporelles de ces transferts au cours de l’année hydrologique. Ainsi, en vue de l’application de la Directive Cadre sur l’Eau, cet observatoire permettra de focaliser les actions de gestion des transferts sédimentaires sur les points les plus problématiques de ces hydrosystèmes. Cet article présente les différentes méthodes mises en place pour identifier et quantifier l’origine des sédiments au sein du bassin-versant de la Seulles. Deux sources sédimentaires sont ainsi envisagées : les processus de ruissellement érosif dans les parcelles agricoles et la remobilisation de stocks hérités par érosion de berge. La mise en place d’un réseau de mesure haute fréquence des transferts de sédiments est utilisée comme outil de contrôle par l’aval de la contribution des sources sédimentaires préalablement quantifiées.


River groynes along the Armorican Loire River (France) : river responses and local resident reactions. A sociogeographical landscape reading as a complement for ecological engineering. Hervé DAVODEAU, Régis BARRAUD, Nathalie CARCAUD, David MONTEMBAULT et Claire PORDOY


Socio-spatial stakes when implementing footpath easements : the case of the Erdre River banks (France). Nicolas ROLLO, Régis BARRAUD et Etienne CHAUVEAU


Defining and achieving good water status : expert rule versus local participation. Case studies on dam removal in western France. Régis BARRAUD et Marie-Anne GERMAINE

Définir et atteindre le bon état des eaux : du dire d’experts aux paroles d’usagers des vallées. Le cas des opérations de démantèlement d’ouvrages hydrauliques dans l’ouest de la France. Plus de 60 000 ouvrages hydrauliques équipent encore les cours d’eau du territoire métropolitain. Dans l’ouest de la France, un abondant patrimoine hydraulique composé de seuils et de barrages témoigne de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension (ordres 2 à 6 selon la classification de Strahler) pour la production d’énergie, la navigation ou encore la mise en valeur agricole des fonds de vallées. Or, l’ambivalence des préconisations concernant la gestion de cette hydraulique ordinaire pose la question du devenir de ces héritages et des paysages associés. L’évolution de la législation sur l’eau (Directive cadre européenne sur l’eau, DCE, 2000 ; Loi française sur l’eau et les milieux aquatiques, LEMA, 2006) remet en effet en cause ces ouvrages considérés comme des obstacles à la continuité écologique et à l’atteinte du bon état des masses d’eau tandis que, dans le Grenelle de l’environnement, le législateur encourage le développement de l’hydroélectricité dans le cadre de la promotion des énergies renouvelables. Localement, la multiplication des projets de renaturation génère par ailleurs une mobilisation sociale importante et des conflits qui soulignent l’importance des enjeux liés à la gestion des vallées. Ce premier constat nous a conduits à nous interroger sur l’évolution des modèles de gestion des rivières et vallées du nord-ouest de la France.

La gestion de ces vallées se situe à une étape charnière liée à la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Ce système n’est pas encore totalement remplacé et plusieurs nouveaux modèles sont proposés. Leur analyse met en exergue des confrontations complexes d’acteurs aux usages et intérêts divergents mais aussi de fortes oppositions entre niveaux de décision (Barraud et Ménanteau, 2009). La compréhension des enjeux au centre desquels se trouvent les vallées nécessite de mobiliser une démarche systémique et de faire appel à des champs disciplinaires variés afin de rendre compte des multiples dimensions impactées par ces projets de restauration écologique. Appuyé sur l’étude des vallées de l’ouest de la France (Le Cœur et Gautier, 2005 ; Lespez et al., 2005 ; Barraud, 2007 ; Germaine, 2009 ; Lespez, 2011), cet article propose un état des lieux et des pistes de réflexion pour la mise en œuvre de projets de rivières conciliant problématiques écologiques et gestion locale des territoires. L’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Nous mettrons ensuite celui-ci en regard de deux modèles, le modèle historique de la rivière aménagée et le modèle émergent et importé de la « rivière sauvage ». Leur confrontation permettra de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

 

Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE (à paraître dans la revue Natures Sciences Sociétés)

L’article intitulé “Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE” va paraître dans le 3ème numéro de l’année 2013 de la revue Natures Sciences Sociétés. Rédigé par Marie-Anne Germaine et Régis Barraud, celui-ci  traite des enjeux liés à la gestion de l’abondant héritage constitué des seuils, barrages et chaussées de moulins, témoins de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension dans l’Ouest de la France. L’article s’interroge sur l’étape charnière dans laquelle se situe aujourd’hui la gestion des vallées en lien avec la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Deux grands modèles de patrimonialisation semblent s’affronter : l’un envisage ces héritages, le moulin à eau et les infrastructures hydrauliques qui lui sont associés (seuils, biefs, vannes) en particulier, comme une ressource à conserver dans le cadre de la valorisation des paysages de vallées tandis que l’autre les considère comme un obstacle au bon fonctionnement des corridors écologiques. Dans ce modèle,  les cours d’eau et zones humides associées sont envisagées comme des infrastructures naturelles linéaires. Dans un premier temps, l’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Celui-ci est ensuite mis en regard du modèle techniciste de la rivière aménagée et du modèle écologique émergeant. Leur confrontation permet enfin de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de rivières partagées. Voir le résumé ci-dessous.

Résumé : Les nouvelles lois sur l’eau entraînent une multiplication des opérations de restauration écologique des cours d’eau. Qu’ils se traduisent par le désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, ces projets suscitent localement des oppositions et conflits qui témoignent de la diversité des usages et représentations de ces espaces. L’analyse des alternatives proposées au modèle de la rivière aménagée conduit à s’interroger sur les décalages entre les préconisations des services de l’État et les attentes exprimées par les populations locales. À partir de l’étude d’opérations achevées ou en cours dans les petites vallées de l’Ouest de la France, des pistes de réflexion pour une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et économiques sont proposées pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

Mots-clés : environnement ; gouvernance ; cours d’eau ; restauration écologique ; ouest de la France

Are the small valleys of Western France are only natural infrastructures? The management models in the test of WFD

Abstract: Since the adoption of the EU Water Framework Directive in 2000, all European waters have to achieve good ecological status by 2015. Water policy strengthening involves a multiplication of river basin management plans, even river restoration projects, at local scale. In France, the Minister of Environment promotes a dam removal policy in order to restore ecological continuity of rivers. It concerns medium dams and small weirs which were associated with mills but a part of them continue to be used to produce electricity. In the same time, rivers and valleys landscapes have a renewal of interest which entails multiple expectations linked to the valorization of rivers amenities which can be in contradiction with environment problematic. At local scale, we observe conflicts which illustrate water local governance difficulties. From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, the purpose of this paper is to throw light on different ways and goals of water management. If the regulated river is obsolete, how are going to evolve rivers between ecological issues – “wild rivers” – and social attempts – “living rivers” –?

Key-words: environment; governance; river; ecological restoration; north western France

Mars 2013 – Dernier volet du Schéma de développement durable de la Vallée de la Sélune (plan d’actions)

Une Commission Locale d’Information a été organisée le 29 Mars 2013 à Isigny-le-Buat afin de présenter l’avancement des études commandées par les services de l’Etat en vue de l’arasement des barrages hydroélectriques du Sud Manche.

Outre l’étude portant sur les inondations et l’étude sur les sédiments présentées par les services de l’Etat, cette réunion a été l’occasion pour le cabinet Etheis de restituer publiquement le dernier volet du Schéma de développement durable de la vallée de la Sélune auquel ont participé plusieurs chercheurs de l’équipe (Marie-Anne Germaine, Laurent Lespez). L’étude débutée en 2011 avait pour objectif de proposer des axes majeurs de reconversion de la vallée. Les documents produits dans cette phase qui suit le diagnostic (rendu début 2012) constituent une boite à outils à disposition des acteurs locaux pour construire le projet définitif de la future vallée de la Sélune. Le plan d’actions se compose de plusieurs documents : un plan d’actions global (stratégie), 50 fiches actions reprenant les grands axes identifiés (gouvernance et conception globale ; accessibilité ; itinérance ; patrimoine ; sports et loisirs nature ; gestion piscicole et pêche ; hébergement et restauration ; Mazure) et déclinées en scénarii d’ambitions plus ou moins fortes, un récapitulatif du plan d’actions et une estimation budgétaire. La stratégie repose sur plusieurs grands principes :

–          Reconquérir une qualité environnementale du territoire en particulier pour la qualité de l’eau sur le bassin versant et la qualité paysagère pour refonder une identité locale cohérente avec les « Gorges »

–          Construire une nouvelle image, attractive et génératrice de fréquentation

–          Rendre les « Gorges de la Sélune » facilement et durablement accessibles à tous

–          Développer des activités de loisirs et de tourisme autour d’une diversité d’offres répondant à une économie plurielle durable et conforter les activités économiques existantes

–          D’aujourd’hui aux Gorges de demain impliquer les acteurs locaux et la population dans une démarche de co-construction du projet

La délicate et urgente question du portage a ensuite été abordée par le Préfet de la Manche devant les élus locaux. L’Etat, qui a pris la décision d’arasement des barrages de la Roche-qui-Boit et de Vezins, assumera l’opération d’effacement mais n’imposera pas de projet. A défaut de porteurs locaux, l’Etat s’engage donc seulement à réaliser l’arasement. Afin d’éviter cette situation peu favorable au développement local de la vallée de la Sélune, une solution tripartite associant l’Etat représenté par le Préfet de la Manche, le Pays de la Baie du Mont Saint-Michel et le Syndicat Mixte du bassin de la Sélune est proposé par le Préfet. Ces deux structures légitimes et compétentes sur des domaines complémentaires (économie, tourisme pour le Pays ; eau et environnement pour le Syndicat Mixte du bassin de la Sélune) constitueraient les maitres d’ouvrages principaux auxquels pourraient s’ajouter d’autres porteurs sur des actions ponctuelles. A l’issue de la Commission Locale d’Information, la gouvernance de la vallée de la Sélune reste en suspens.

Vidéos du colloque “Patrimonialiser la nature : valeurs et processus” (Pau, 2011)

En attendant la publication prochaine sous forme d’articles dans diverses revues, vous pourrez voir l’ensemble des communications orales présentées au colloque « Patrimonialiser la nature : valeurs et processus » organisé à l’Université de Pau en septembre 2011. Cette manifestation ouverte aux chercheurs des sciences sociales et humaines avait pour but d’explorer le processus de patrimonialisation de la nature dans sa composante géographique. Ce sont en particulier les processus d’appropriation patrimoniale mis en œuvre par les groupes d’acteurs et les valeurs mobilisées à cette fin qui sont questionnés (voir programme et appel).

Plusieurs travaux de l’équipe REPPAVAL ont pu être présentés à cette occasion :

La mise en patrimoine de la nature en question : les conflits liés aux opérations de restauration écologique dans les petites vallées de l’Ouest de la France (Marie-Anne GERMAINE et Régis BARRAUD)

Mots-clés : Vallée, Continuité écologique, Patrimoine hydraulique, Renaturation, Représentations

Résumé : Les petites vallées de l’Ouest de la France constituent un terrain d’étude privilégié des enjeux liés à une mise en patrimoine croissante de la nature. Qu’ils se traduisent par des opérations de désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, les projets de « renaturation » se multiplient en effet dans ces espaces dans le cadre de l’évolution récente du contexte réglementaire (DCE, LEMA, Plan national de restauration de la continuité écologique des cours d’eau, Grenelle de l’environnement, Trames vertes et bleues, …). Les gestionnaires se trouvent alors confrontés à la nécessité d’articuler deux formes de patrimonialisation des vallées : la première caractérise une phase de reconquête des paysages de rivières abandonnés ou bouleversés par les grands travaux d’aménagement hydraulique tandis que la seconde, plus récente et fondée sur l’amélioration de la biodiversité, tend à instituer la vallée comme infrastructure naturelle. Or, sur le terrain, ces projets suscitent des réactions divergentes de la part des usagers qui témoignent de la diversité des représentations de ces paysages et plus généralement de la nature. Le renouvellement et la recrudescence des conflits locaux traduisent en réalité la confrontation de différents modes de patrimonialisation entre groupes d’acteurs (patrimoine naturel vs. patrimoine culturel ; paysage/aménités vs. environnement/biodiversité) mais aussi de communautés (pêcheurs de salmonidés contre pêcheurs locaux ; écologistes pour la biodiversité vs. écologistes pour l’énergie renouvelable ; …). La mise en oeuvre des projets de restauration écologique constitue ainsi une occasion intéressante pour questionner les valeurs et processus qui sous-tendent la défense du patrimoine naturel au fil de l’eau. A travers des exemples normands (Sélune, Touques), sud-armoricains (Sèvre Nantaise, Thouet) et bretons (Léguer), il s’agira d’identifier les causes des mouvements de contestation auxquels sont confrontés les gestionnaires mais aussi la nature des conflits locaux qui opposent les acteurs. Une réflexion sera ensuite proposée sur la façon dont sont débattus ces enjeux sur la scène locale à partir de l’analyse des jeux d’acteurs et de la gouvernance des projets de restauration écologique étudiés afin d’interroger la place de l’expert et des discours dominants et de comprendre le rôle des habitants, élus et usagers qui se mobilisent pour lutter contre ou pour des projets de restauration écologique ou de mise en défens de section de vallées.

Patrimonialiser la nature et les paysages : contradictions et paradoxes au sujet des épis de la Loire armoricaine (Hervé DAVODEAU et Claire PORDOY)

Mots-clés : Patrimonialisation, Nature, Paysages, Représentations, Loire

Résumé : Dans le lit mineur de la Loire entre Angers et Nantes, 700 « épis » destinés à améliorer la navigation ont été implantés entre la fin du 19ème siècle et les années 1920. Ces ouvrages sont aujourd’hui accusés d’être responsables de l’abaissement de la ligne d’eau et de ses effets négatifs sur le recul de la biodiversité et la stabilité des ouvrages d’art. En vue de restaurer la morphologie du fleuve et les milieux humides qui lui sont associés, une opération de remodelage des épis a été expérimentée en 2010 sur un tronçon d’une 10aine de kilomètres. Cette action a été engagée par Voies navigables de France (maîtrise d’ouvrage) dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature (2007-2013).

La communication propose d’analyser le processus de patrimonialisation en l’appliquant à un « objet » distinct de la nature : les paysages. Si cette distinction peut et doit être argumentée d’un point de vue théorique, les deux termes sont étroitement associés dans les pratiques aménagistes. La patrimonialisation des paysages repose aussi bien sur des valeurs esthétiques que naturalistes : autrement dit, la nature est une valeur du paysage, même si elle est une valeur parmi d’autres et même si les paysages ne sont pas « naturels ». A l’inverse, la valeur patrimoniale de la nature peut être justifiée au regard de l’organisation des paysages et de leurs fonctionnalités (celle d’habitat pour les naturalistes ou celle de connectivité pour les écologues du paysage). L’objectif de la communication est donc de penser l’articulation des processus de patrimonialisation de la nature et des paysages. La démarche prend pour objet les épis de Loire. L’objet choisi ne relève a priori ni du patrimoine naturel (les épis sont des ouvrages de navigation) ni du patrimoine paysager (ils ne cadrent pas avec les représentations dominantes produites depuis et avec l’inscription du Val de Loire au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2000). La méthode s’appuie sur une campagne d’enquêtes auprès des riverains et usagers du fleuve qui sera réalisée au printemps/été 2011 dans le cadre d’un programme de recherche sur les Patrimoines et dynamiques paysagères de la vallée de la Loire (PATRA 2010-201212). L’objectif est de confronter les pratiques sociales et les représentations locales associées aux épis afin de dépasser/compléter la démarche d’ingénierie écologique privilégiée par les aménageurs. L’hypothèse retenue est que le déclassement des épis de navigation (fonction initiale désormais révolue) et surtout l’expérimentation récente de remodelage (qui amorce peut-être à plus long terme une politique de déconstruction des ouvrages) sont susceptibles d’enclencher un nouveau regard patrimonial sur ces objets spécifiques (identitaires ?) de la Loire armoricaine. Ce cas d’étude est particulièrement pertinent pour comprendre l’articulation des processus de patrimonialisation de la nature et des paysages car l’opération de remodelage relève d’une politique de renaturation du fleuve (de désaménagement) qui alimente le modèle de la « Loire sauvage » renforcé par l’inscription du Val de Loire au Patrimoine Mondial (catégorie des « paysages culturels évolutifs et vivants »…) ; La section de la Loire des épis soumise au remodelage et incluse dans ce périmètre de reconnaissance patrimoniale est donc un terrain idéal pour évaluer les catégories d’action du patrimoine naturel et du patrimoine culturel qui légitiment l’action publique mais dont la distinction porte bien des paradoxes et contradictions.

 

L’Europe ensauvagée : émergence d’une nouvelle forme de patrimonialisation de la nature ? (Régis BARRAUD)

Résumé : L’annonce de ce colloque pose le postulat suivant : « le patrimoine naturel est [ainsi] sorti de la dimension wilderness, rendant de plus en plus floues la limite entre nature et culture […]». Il est incontestable que le patrimoine naturel déborde aujourd’hui cette dimension, mais a-t-elle totalement disparue ? Plusieurs exemples signalent que la volonté de préserver voire de restaurer une « nature sauvage » est toujours présente. On l’a retrouve aussi bien dans les discours et actions issus de la mobilisation associative (ONG, associations nationales et locales de protection de l’environnement) qu’au coeur de certaines politiques publiques. L’écologie est elle-même toujours traversée par le débat sur la valeur du « sauvage », sur l’intérêt et la possibilité de maintenir / de restaurer des espaces à haut niveau de naturalité. À la suite, d’Yves Luginbühl (2001) et de Raphael Larrère (2005) on peut constater l’émergence de nouveaux modèles paysagers indicateurs de la diversification des regards sur les paysages et de l’évolution de la demande sociale de paysage et de nature. Parmi ces modèles émergents, il semble que l’esthétique et les valeurs associées à la nature sauvage connaissent une certaine montée en puissance. Cette tendance peut participer à la consécration du modèle « pittoresque écologique » (Luginbühl, ibid.). Le développement du regard «informé » par la science écologique et l’ingénierie associée (la restauration écologique) peut expliquer l’émergence de modèles nourris par l’esthétique du « sauvage » (Fel, 2009). En France, les débats scientifiques récents sur les représentations de la nature et sur l’éthique environnementale renouvellent le questionnement de la catégorie « nature sauvage » (Larrère, 2008 ; Blanc et Lolive, 2009). D’une manière complémentaire aux réflexions théoriques générales on peut identifier de véritables partisans de la nature sauvage. Le plus emblématique est sans doute l’écologue Jean-Claude Génot (1998, 2003) qui examine avec un regard critique les pratiques conventionnelles de gestion de la nature. Enfin, concrètement plusieurs initiatives portées par des associations et / ou des institutions publiques semblent exprimer la volonté d’une reconquête d’espaces de nature sauvage à l’échelle européenne (Wild Europe Initiative, Rewilding Europe, PanParks, Mountain Wilderness Europe). À l’échelle française la construction d’une alternative à la gestion classique des milieux naturels est aussi à l’oeuvre à travers les projets des réseaux « forêts sauvages » et « rivières sauvages » (WWF). Cette communication a pour objectif de faire le point sur ce renouvellement des idées et des actions de patrimonialisation de la nature qui valorisent l’imaginaire du sauvage,   prônent la préservation de la spontanéité des processus biophysiques et le maintien / la reconquête d’espaces à haut niveau de naturalité. À partir de l’analyse d’exemples de préservation variés (forêts, montagnes, cours d’eau), il s’agira de comprendre ce mouvement protéiforme. Il conviendra d’évaluer son degré de filiation avec le wilderness nord-américain, de mettre au jour les représentations de la nature et les stratégies d’appropriation de l’espace qu’il sous-tend. Partant de l’analyse d’initiatives portées par le monde associatif, nous chercherons à repérer l’intégration de cette nouvelle forme de patrimonialisation de la nature sauvage dans la mise en œuvre de politiques publiques de gestion des milieux naturels.

Accéder à l’ensemble des vidéos du colloque.

Retours d’expériences sur les opérations de démantèlement d’ouvrages hydrauliques

L’équipe “Normandie” (M.-A. Germaine, L. Lespez, J.-M. Cador) via le laboratoire GEOPHEN participe à l’élaboration du schéma de développement durable de la vallée de la Sélune pilotée par le cabinet ETHEIS Conseil pour la DDTM 50. Suite à l’annonce du démantèlement des barrages de la roche-qui-Boit et de Vezins en novembre 2009, l’obligation de définir  un nouveau projet de territoire et d’accompagner les acteurs locaux dans la reconversion des activités notamment liées au tourisme s’est imposée.

Un rapport de 21 pages présente des retours d’expériences sur les opérations de démantèlement  d’ouvrages hydrauliques est disponible sur le site de la DDTM 50 :

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCQQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.manche.gouv.fr%2Fcontent%2Fdownload%2F7296%2F41875%2Ffile%2FBenchmarking_operations_demantelement.pdf&ei=aK2qUMjaHo2LhQep3YDIDA&usg=AFQjCNF_uMxPRGL-PPOY-_ew5xT9ltqHjg

Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosges (Octobre 2012)

La restauration de la continuité écologique des cours d’eau révélatrices de conflits paysagers. Exemple de l’effacement des barrages hydroélectriques de la Sélune (Manche). Poster présenté par M.-A. Germaine au Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosages, Octobre 2012, thème “Les facettes du paysage”.

Poster FIG 2012

Les Paysages de l’eau (édition électronique) – CTHS 2012 Neuchâtel

Parution (édition électronique) des actes du 135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques qui a lieu à Neuchâtel en avril 2012 : volume consacré aux “Paysages de l’eau” et coordonné par G. Joly. La première partie évoque les paysages de rivière, leur valeur patrimoniale, les politiques d’aménagement qui leur sont liées, ainsi que les protections appliquées pour parer aux risques dans les zones inondables.

http://cths.fr/ed/edition.php?id=5633

Sommaire :

Hervé Davodeau, Régis Barraud, David Montembault et Apolline Taillade : Le remodelage des épis de la Loire armoricaine : patrimoine naturel versus patrimoine culturel ?

Marie-Anne Germaine – Des enjeux d’environnement à la demande de paysage, vers de nouvelles fonctions pour les vallées ordinaires ? L’exemple des politiques publiques en place dans les vallées bas-normandes

Sylvain Dournel, Sylvie Servain-Courant, Bertrand Sajaloli, Jean-Louis Yengué et Dominique Andrieu – Le risque d’inondation, moteur de nouveaux paysages urbains ? Le cas des villes de Loire moyenne (Orléans, Tours)

Sylvie Salles – La Meurthe : du risque environnemental au paysage