Parution d’un ouvrage collectif sur les hydrosystèmes continentaux européens confrontés aux différentes lois sur l’eau

L’ouvrage « European Continental Hydrosystems under changing water policy » dirigé par G. Arnaud-Fassetta, E. Masson et E. Reynard rassemble 28 contributions qui font suite au Colloque « Hydrosystèmes continentaux et territoires européens confrontés aux différentes lois sur l’eau » organisé par la commission « Hydrosystèmes Continentaux » du CNFG et l’Institut de Géographie de l’Université de Lausanne en juillet 2011 à Sion (Valais, Suisse). Cet ouvrage est organisé en 4 sections (cf. sommaire ci-dessous) qui proposent une synthèse des recherches géographiques sur les les différentes lois sur l’eau et leurs impacts en matière de gestion des ressources environnementales et plus spécialement hydrologiques à la fois sur le plan méthodologique et conceptuel. Les nombreuses études de cas en France, Suisse, Portugal, Roumanie, Espagne et Royaume-Uni proposées montrent comment la recherche en géographie peut contribuer à l’application des lois européennes sur l’eau, la DCE tout particulièrement.

Cinq contributions sont proposées par des membres de l’équipe de l’ANR Reppaval (cf. sommaire ci-dessous).

Couverture Ouvrage

Sommaire_1Sommaire_2

Un aperçu des articles en français.

Environmental dynamics of small rivers in Normandy (western France) since the Neolithic era. What lessons for today in the context of the European Water Framework Directive ? Laurent LESPEZ, Vincent VIEL, Jean-Michel CADOR, Marie-Anne GERMAINE, Cécile GERMAIN-VALLEE, Anne-Julia ROLLET et Daniel DELAHAYE

Les dynamiques environnementales des petits cours d’eau bas-normands (Ouest de la France) depuis le Néolithique. Quelles leçons pour aujourd’hui dans le cadre de la Directive Cadre Européenne sur l’eau ? Les recherches pratiquées dans les vallées normandes depuis une dizaine d’années révèlent la forte mobilité des paysages et des environnements fluviaux depuis le Néolithique. Cette mobilité a d’abord eu des causes naturelles liées à l’évolution du climat et de la couverture végétale. Il faut attendre les trois derniers millénaires pour que le développement des activités agro-pastorales affecte suffisamment les bassins versants pour que les dynamiques alluviales changent profondément. Mais alors, les transformations engendrées sont durables et entrainent une véritable métamorphose des systèmes fluviaux. Les fonds de vallées humides aux écoulements divagants et en grande partie boisés des époques antérieures deviennent des espaces atterris où méandrent des cours d’eau de faible énergie. C’est dans ce contexte déjà profondément anthropisé que prennent place les aménagements hydrauliques à partir de l’époque gallo-romaine. Ceux-ci se généralisent au cours de l’époque médiévale et achèvent de transformer le fonctionnement hydrosédimentaire des cours d’eau bas-normands. A la fin du XVIIIe siècle, on comptait en moyenne un moulin tous les 1300 m de cours d’eau, alors qu’il subsiste encore aujourd’hui 1350 km canaux de drainage et de biefs dédoublant les rivières pour un linéaire total de cours d’eau raisonnablement exploitable (i. e., d’ordre > 2, Strahler) de 5250 km, soit 1 km construit pour 4 km de linéaire de rivière. De plus, la densité des aménagements (buse, abreuvoir, berge construite ou aménagée, etc.) sur les linéaires non construits est telle qu’il apparaît clairement que le réseau hydrographique contemporain est en grande partie artificialisé. Il est le fruit de la combinaison d’une transformation longue des bassins versants et d’une histoire plurimillénaire d’aménagements plus ou moins lourds liés à une combinaison complexe d’usages hydrauliques. La perspective du temps long des systèmes fluviaux amène d’abord à s’interroger sur la notion de « renaturation » des cours d’eau qui s’impose souvent comme le principe dominant du désaménagement contemporain et sur les conditions du rétablissement de la « continuité écologique ». Les systèmes fluviaux qui servent de référence à ces opérations n’ont pas toujours été présents et ils ne sont pas forcément le résultat de dynamiques « naturelles ». Par ailleurs, la faible connaissance que nous avons aujourd’hui des systèmes fluviaux de faible énergie des petites rivières de l’ouest de la France rend difficile la mise en place de pratiques de gestion basées sur la notion de service écologique. Au final, elle souligne que l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir pour comprendre avec précision les systèmes sur lesquels on souhaite intervenir massivement et le temps imparti apparaissent incompatibles. Contentons-nous de gérer des lits fluviaux hérités, anthropisés, artificialisés afin de maintenir différentes fonctions (écologiques, d’agrément, etc.). C’est déjà un beau et difficile projet !


Creation of an observatory of sediment transfers in Lower Normandy hydrosystems (western France) in the context of the European Water Framework Directive application. Vincent VIEL, Anne-Julia ROLLET, Daniel DELAHAYE, Laurent LESPEZ et Jean-Michel CADOR

Création d’un observatoire des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes bas-normands (France de l’Ouest) dans le contexte d’application de la Directive Cadre Européenne sur l’eau. La quantification et la caractérisation des transferts hydrosédimentaires constituent aujourd’hui des enjeux majeurs, non seulement en termes de connaissance du fonctionnement des hydrosystèmes mais également pour la gestion des milieux et de leurs ressources naturelles. En effet, les conséquences associées à ces transferts peuvent être catastrophiques pour les écosystèmes continentaux et aquatiques, la biodiversité ainsi que les populations lorsqu’ils s’accompagnent de transfert de polluants, d’inondation ou de pollution, autant de problématiques cruciales pour la préservation et la restauration de la ressource en eau et sols qui sont aujourd’hui une des priorités environnementales des pouvoirs publics (Loi sur l’Eau, Directive Cadre sur l’Eau). De nombreuses études scientifiques ont été menées au cours des années passées sur la quantification et l’analyse des dynamiques des transferts sédimentaires. Cependant, les hydrosystèmes de faible énergie (< 15 W/m2), caractéristiques d’un large quart NW de la France, apparaissent peu documentés. De plus, ces études ne s’interrogent que rarement sur l’origine et les modes de transfert des sédiments dans le bassin-versant. En effet, réalisées en règle générale sur les principaux systèmes fluviaux ou aux exutoires de petits bassins versants de quelques km², ces mesures permettent difficilement l’analyse des dynamiques et les transferts d’échelles internes au bassin-versant. Il s’agit pourtant de problématiques fondamentales qui doivent permettre d’orienter les actions de gestion dans les bassins versants sur les zones les plus problématiques. C’est pourquoi, pour aller au-delà du fonctionnement « en boîte noire » du bassin-versant et comprendre le rôle de l’emboîtement des échelles sur les dynamiques spatiales et temporelles des transferts sédimentaires, le laboratoire GEOPHEN a fait le choix de mettre en place un observatoire des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes bas-normands qui s’appuie sur le suivi du bassin-versant de la Seulles (450 km²), représentatif des hydrosystèmes observés en Basse-Normandie. L’objectif de cet observatoire est d’identifier, à l’aide de bilans quantitatifs et qualitatifs, les différentes sources sédimentaires dans le bassin-versant ainsi que les dynamiques temporelles de ces transferts au cours de l’année hydrologique. Ainsi, en vue de l’application de la Directive Cadre sur l’Eau, cet observatoire permettra de focaliser les actions de gestion des transferts sédimentaires sur les points les plus problématiques de ces hydrosystèmes. Cet article présente les différentes méthodes mises en place pour identifier et quantifier l’origine des sédiments au sein du bassin-versant de la Seulles. Deux sources sédimentaires sont ainsi envisagées : les processus de ruissellement érosif dans les parcelles agricoles et la remobilisation de stocks hérités par érosion de berge. La mise en place d’un réseau de mesure haute fréquence des transferts de sédiments est utilisée comme outil de contrôle par l’aval de la contribution des sources sédimentaires préalablement quantifiées.


River groynes along the Armorican Loire River (France) : river responses and local resident reactions. A sociogeographical landscape reading as a complement for ecological engineering. Hervé DAVODEAU, Régis BARRAUD, Nathalie CARCAUD, David MONTEMBAULT et Claire PORDOY


Socio-spatial stakes when implementing footpath easements : the case of the Erdre River banks (France). Nicolas ROLLO, Régis BARRAUD et Etienne CHAUVEAU


Defining and achieving good water status : expert rule versus local participation. Case studies on dam removal in western France. Régis BARRAUD et Marie-Anne GERMAINE

Définir et atteindre le bon état des eaux : du dire d’experts aux paroles d’usagers des vallées. Le cas des opérations de démantèlement d’ouvrages hydrauliques dans l’ouest de la France. Plus de 60 000 ouvrages hydrauliques équipent encore les cours d’eau du territoire métropolitain. Dans l’ouest de la France, un abondant patrimoine hydraulique composé de seuils et de barrages témoigne de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension (ordres 2 à 6 selon la classification de Strahler) pour la production d’énergie, la navigation ou encore la mise en valeur agricole des fonds de vallées. Or, l’ambivalence des préconisations concernant la gestion de cette hydraulique ordinaire pose la question du devenir de ces héritages et des paysages associés. L’évolution de la législation sur l’eau (Directive cadre européenne sur l’eau, DCE, 2000 ; Loi française sur l’eau et les milieux aquatiques, LEMA, 2006) remet en effet en cause ces ouvrages considérés comme des obstacles à la continuité écologique et à l’atteinte du bon état des masses d’eau tandis que, dans le Grenelle de l’environnement, le législateur encourage le développement de l’hydroélectricité dans le cadre de la promotion des énergies renouvelables. Localement, la multiplication des projets de renaturation génère par ailleurs une mobilisation sociale importante et des conflits qui soulignent l’importance des enjeux liés à la gestion des vallées. Ce premier constat nous a conduits à nous interroger sur l’évolution des modèles de gestion des rivières et vallées du nord-ouest de la France.

La gestion de ces vallées se situe à une étape charnière liée à la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Ce système n’est pas encore totalement remplacé et plusieurs nouveaux modèles sont proposés. Leur analyse met en exergue des confrontations complexes d’acteurs aux usages et intérêts divergents mais aussi de fortes oppositions entre niveaux de décision (Barraud et Ménanteau, 2009). La compréhension des enjeux au centre desquels se trouvent les vallées nécessite de mobiliser une démarche systémique et de faire appel à des champs disciplinaires variés afin de rendre compte des multiples dimensions impactées par ces projets de restauration écologique. Appuyé sur l’étude des vallées de l’ouest de la France (Le Cœur et Gautier, 2005 ; Lespez et al., 2005 ; Barraud, 2007 ; Germaine, 2009 ; Lespez, 2011), cet article propose un état des lieux et des pistes de réflexion pour la mise en œuvre de projets de rivières conciliant problématiques écologiques et gestion locale des territoires. L’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Nous mettrons ensuite celui-ci en regard de deux modèles, le modèle historique de la rivière aménagée et le modèle émergent et importé de la « rivière sauvage ». Leur confrontation permettra de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.