Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE (à paraître dans la revue Natures Sciences Sociétés)

L’article intitulé « Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE » va paraître dans le 3ème numéro de l’année 2013 de la revue Natures Sciences Sociétés. Rédigé par Marie-Anne Germaine et Régis Barraud, celui-ci  traite des enjeux liés à la gestion de l’abondant héritage constitué des seuils, barrages et chaussées de moulins, témoins de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension dans l’Ouest de la France. L’article s’interroge sur l’étape charnière dans laquelle se situe aujourd’hui la gestion des vallées en lien avec la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Deux grands modèles de patrimonialisation semblent s’affronter : l’un envisage ces héritages, le moulin à eau et les infrastructures hydrauliques qui lui sont associés (seuils, biefs, vannes) en particulier, comme une ressource à conserver dans le cadre de la valorisation des paysages de vallées tandis que l’autre les considère comme un obstacle au bon fonctionnement des corridors écologiques. Dans ce modèle,  les cours d’eau et zones humides associées sont envisagées comme des infrastructures naturelles linéaires. Dans un premier temps, l’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Celui-ci est ensuite mis en regard du modèle techniciste de la rivière aménagée et du modèle écologique émergeant. Leur confrontation permet enfin de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de rivières partagées. Voir le résumé ci-dessous.

Résumé : Les nouvelles lois sur l’eau entraînent une multiplication des opérations de restauration écologique des cours d’eau. Qu’ils se traduisent par le désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, ces projets suscitent localement des oppositions et conflits qui témoignent de la diversité des usages et représentations de ces espaces. L’analyse des alternatives proposées au modèle de la rivière aménagée conduit à s’interroger sur les décalages entre les préconisations des services de l’État et les attentes exprimées par les populations locales. À partir de l’étude d’opérations achevées ou en cours dans les petites vallées de l’Ouest de la France, des pistes de réflexion pour une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et économiques sont proposées pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

Mots-clés : environnement ; gouvernance ; cours d’eau ; restauration écologique ; ouest de la France

Are the small valleys of Western France are only natural infrastructures? The management models in the test of WFD

Abstract: Since the adoption of the EU Water Framework Directive in 2000, all European waters have to achieve good ecological status by 2015. Water policy strengthening involves a multiplication of river basin management plans, even river restoration projects, at local scale. In France, the Minister of Environment promotes a dam removal policy in order to restore ecological continuity of rivers. It concerns medium dams and small weirs which were associated with mills but a part of them continue to be used to produce electricity. In the same time, rivers and valleys landscapes have a renewal of interest which entails multiple expectations linked to the valorization of rivers amenities which can be in contradiction with environment problematic. At local scale, we observe conflicts which illustrate water local governance difficulties. From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, the purpose of this paper is to throw light on different ways and goals of water management. If the regulated river is obsolete, how are going to evolve rivers between ecological issues – “wild rivers” – and social attempts – “living rivers” –?

Key-words: environment; governance; river; ecological restoration; north western France


2 réflexions sur « Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE (à paraître dans la revue Natures Sciences Sociétés) »

    1. Bonjour,
      L’équipe de chercheurs impliqués dans le programme Reppaval ne milite ni pour ni contre la restauration de la continuité écologique des cours d’eau.
      Nous vous invitons à consulter plus en détail les travaux que nous avons publié sur ces questions. Ces derniers ne constituent en aucun cas un argumentaire à charge contre les ouvrages hydrauliques mais se concentrent sur l’analyse des conflits en jeu autour des opérations de restauration de la continuité écologique des cours d’eau dans l’Ouest de la France en particulier depuis la mise en place de la DCE puis de la LEMA. L’objectif est bien d’œuvrer pour une meilleure prise en compte des volets sociaux, paysagers, patrimoniaux et économiques encore insuffisamment pris en compte dans de nombreux projets.
      En ce qui concerne le caractère « naturel » des systèmes fluviaux, nous vous renvoyons en particulier aux travaux menés sur le temps long (sept millénaires) coordonnés par Laurent Lespez et rassemblés dans l’ouvrage « Paysages et gestion de l’eau » : ces derniers montrent bien le rôle ancien des sociétés dans la construction des paysages de rivières qu’on ne peut de fait pas considérés comme « naturels ». Les termes « naturel », « originelle » ou encore « rivières sauvages » doivent de notre point de vue être abandonnés dans la mesure où il s’agit bien de gérer des systèmes hérités.
      Deux chapitres parus récemment dans un ouvrage collectif présentent également ce point de vue : http://reppaval.hypotheses.org/538 (voir Lespez et al – p. 71-86 et Barraud et Germaine – p.233-246)
      Cordialement

Répondre à ANR Reppaval Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.