Les actes du colloque « Ouvrages hydrauliques : de la continuité écologique des fleuves et rivières aux projets de territoire », novembre 2010

Les actes du colloque “Ouvrages hydrauliques : de la continuité écologique des fleuves et rivières aux projets de territoire » organisé à Cholet en novembre 2010 par l’Association Française des EPTB sont disponibles sur le site du bassin versant de la Sèvre Nantaise (vidéos, supports des communications).

http://www.sevre-nantaise.com/actions/dossier-actes-colloque-ouvrages-hydrauliques-continuite-ecologique-projets-de-territoire-novembre-2010

  “Paysages de fonds de vallée et projet de restauration de la continuité : le point de vue des acteurs“, Régis Barraud. www.sevre-nantaise.com/videos/-colloque-ouvrages-hydrauliques-regis-barraud-universite-poitiers-paysages-de-fonds-de-vallee-et-projet-de-restauration-de-la-continuite

 “Les dynamiques environnementales des cours d’eau bas-normand depuis le Néolithique.Quelles leçons pour aujourd’hui ?“, Laurent Lespez, Jean-Michel Cador et Marie-Anne Germaine. http://www.sevre-nantaise.com/videos/-colloque-ouvrages-hydrauliques-laurent-lespez-evolution-des-paysages-de-fonds-de-vallee


2 réflexions sur « Les actes du colloque « Ouvrages hydrauliques : de la continuité écologique des fleuves et rivières aux projets de territoire », novembre 2010 »

  1. Je suis effaré, de constater que de brillants universitaires qui militent pour “rendre la continuité écologique de nos rivières” aient totalement occulté un fait important qui remet en cause cette fameuse continuité originelle: le castor ou bièvre qui occupait nos rivières et fleuves à l’arrivée et à l’implantation de l’homme. Cet animal, vulnérable devant le prédateur à deux pattes a été éradiqué de nos cours d’eau depuis le néolithique. Hors cet animal barrait ces cours d’eau presque partout comme on le voit encore ailleurs notamment au Canada. Il remets en cause bon nombre d’études et de conlusion concernant l’existance des barrages et seuls des moulins. Le terme d’entrée “rendre” est donc erroné…De plus vouloir rendre au cours d’eau un faciès originel implique alors aussi la disparition de l’homme…Les experts ne peuvent se départire de la présence humaine et donc leurs études sont encore faussées! Il faut aussi prendre en compte les futurs besoin energétiques qu’engendreront la disparition des carburants fossiles et du démantellement du nucléaire et se débarasser de site déjà aménagés au nom d’un écologisme primaire c’est se tirer une balle dans le pieds. Les lois sauront alors s’affranchir de cette continuité écologique pour revenir à une exploitation des cours d’eau…Mais comme je l’ai constaté, les uns font leurs cuisines dans leurs labo et universités et les autres là leur sur des terrains plus réalistes…

    1. L’équipe de chercheurs impliqués dans le programme Reppaval ne milite ni pour ni contre la restauration de la continuité écologique des cours d’eau.

      Nous nous permettons de vous renvoyer à la présentation du programme de recherche pour mieux comprendre l’objet de celui-ci. Il s’attache à l’analyse des enjeux socio-spatiaux liés à la mise en œuvre des politiques publiques de restauration écologique des cours d’eau dans l’Ouest de la France. Si ces travaux portent des revendications, celles-ci plaident pour une ouverture des diagnostics qui président à la mise en œuvre des opérations de restauration qui négligent encore de nombreuses dimensions dont la dimension temporelle en effet. Nous vous renvoyons notamment à ce sujet à l’ouvrage dirigé par L. Lespez, “Paysages et gestion de l’eau”, qui retrace sept millénaires d’histoire de vallées et de plaines littorales en Basse-Normandie et montre bien le rôle des sociétés et des systèmes techniques de gestion de l’eau dans la construction des paysages de rivières depuis le Néolithique invitant de la sorte à prendre en compte les enseignements du temps long dans la gestion contemporaine des cours d’eau. Dans ce sens, nous rejetons comme vous les argumentaires mettant en avant un “retour” à un cours “naturel”, une rivière “originelle”, … Le programme s’intéresse en outre aux volets sociaux, paysagers, patrimoniaux mais aussi économiques insuffisamment pris en compte dans nombre de projets.

      Si le contexte réglementaire (Directive cadre sur l’eau, Loi sur l’eau et les milieux aquatiques en particulier) suscite une multiplication des opérations de démantèlement de barrages et anciens seuils de moulins, notre propos n’est pas d’en faire la promotion mais bien d’étudier comment ces opérations s’inscrivent dans les territoires des vallées concernées et comment mieux concilier spécificités territoriales, attentes locales et enjeux écologiques.
      Localement les embâcles qu’elles aient été d’origine végétale ou bien animale ont pu jouer sur la continuité écologique mais nous n’avons pour l’instant aucune donnée pour attester de leur influence sur la dynamique des cours d’eau dans les espaces étudiés avant les aménagements hydrauliques. N’hésitez pas à nous faire part de lectures concernant ces questions, et notamment le rôle des castors, sur la continuité écologique des cours d’eau en France ou en Amérique du Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.