Vidéos du colloque “Patrimonialiser la nature : valeurs et processus” (Pau, 2011)

En attendant la publication prochaine sous forme d’articles dans diverses revues, vous pourrez voir l’ensemble des communications orales présentées au colloque « Patrimonialiser la nature : valeurs et processus » organisé à l’Université de Pau en septembre 2011. Cette manifestation ouverte aux chercheurs des sciences sociales et humaines avait pour but d’explorer le processus de patrimonialisation de la nature dans sa composante géographique. Ce sont en particulier les processus d’appropriation patrimoniale mis en œuvre par les groupes d’acteurs et les valeurs mobilisées à cette fin qui sont questionnés (voir programme et appel).

Plusieurs travaux de l’équipe REPPAVAL ont pu être présentés à cette occasion :

La mise en patrimoine de la nature en question : les conflits liés aux opérations de restauration écologique dans les petites vallées de l’Ouest de la France (Marie-Anne GERMAINE et Régis BARRAUD)

Mots-clés : Vallée, Continuité écologique, Patrimoine hydraulique, Renaturation, Représentations

Résumé : Les petites vallées de l’Ouest de la France constituent un terrain d’étude privilégié des enjeux liés à une mise en patrimoine croissante de la nature. Qu’ils se traduisent par des opérations de désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, les projets de « renaturation » se multiplient en effet dans ces espaces dans le cadre de l’évolution récente du contexte réglementaire (DCE, LEMA, Plan national de restauration de la continuité écologique des cours d’eau, Grenelle de l’environnement, Trames vertes et bleues, …). Les gestionnaires se trouvent alors confrontés à la nécessité d’articuler deux formes de patrimonialisation des vallées : la première caractérise une phase de reconquête des paysages de rivières abandonnés ou bouleversés par les grands travaux d’aménagement hydraulique tandis que la seconde, plus récente et fondée sur l’amélioration de la biodiversité, tend à instituer la vallée comme infrastructure naturelle. Or, sur le terrain, ces projets suscitent des réactions divergentes de la part des usagers qui témoignent de la diversité des représentations de ces paysages et plus généralement de la nature. Le renouvellement et la recrudescence des conflits locaux traduisent en réalité la confrontation de différents modes de patrimonialisation entre groupes d’acteurs (patrimoine naturel vs. patrimoine culturel ; paysage/aménités vs. environnement/biodiversité) mais aussi de communautés (pêcheurs de salmonidés contre pêcheurs locaux ; écologistes pour la biodiversité vs. écologistes pour l’énergie renouvelable ; …). La mise en oeuvre des projets de restauration écologique constitue ainsi une occasion intéressante pour questionner les valeurs et processus qui sous-tendent la défense du patrimoine naturel au fil de l’eau. A travers des exemples normands (Sélune, Touques), sud-armoricains (Sèvre Nantaise, Thouet) et bretons (Léguer), il s’agira d’identifier les causes des mouvements de contestation auxquels sont confrontés les gestionnaires mais aussi la nature des conflits locaux qui opposent les acteurs. Une réflexion sera ensuite proposée sur la façon dont sont débattus ces enjeux sur la scène locale à partir de l’analyse des jeux d’acteurs et de la gouvernance des projets de restauration écologique étudiés afin d’interroger la place de l’expert et des discours dominants et de comprendre le rôle des habitants, élus et usagers qui se mobilisent pour lutter contre ou pour des projets de restauration écologique ou de mise en défens de section de vallées.

Patrimonialiser la nature et les paysages : contradictions et paradoxes au sujet des épis de la Loire armoricaine (Hervé DAVODEAU et Claire PORDOY)

Mots-clés : Patrimonialisation, Nature, Paysages, Représentations, Loire

Résumé : Dans le lit mineur de la Loire entre Angers et Nantes, 700 « épis » destinés à améliorer la navigation ont été implantés entre la fin du 19ème siècle et les années 1920. Ces ouvrages sont aujourd’hui accusés d’être responsables de l’abaissement de la ligne d’eau et de ses effets négatifs sur le recul de la biodiversité et la stabilité des ouvrages d’art. En vue de restaurer la morphologie du fleuve et les milieux humides qui lui sont associés, une opération de remodelage des épis a été expérimentée en 2010 sur un tronçon d’une 10aine de kilomètres. Cette action a été engagée par Voies navigables de France (maîtrise d’ouvrage) dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature (2007-2013).

La communication propose d’analyser le processus de patrimonialisation en l’appliquant à un « objet » distinct de la nature : les paysages. Si cette distinction peut et doit être argumentée d’un point de vue théorique, les deux termes sont étroitement associés dans les pratiques aménagistes. La patrimonialisation des paysages repose aussi bien sur des valeurs esthétiques que naturalistes : autrement dit, la nature est une valeur du paysage, même si elle est une valeur parmi d’autres et même si les paysages ne sont pas « naturels ». A l’inverse, la valeur patrimoniale de la nature peut être justifiée au regard de l’organisation des paysages et de leurs fonctionnalités (celle d’habitat pour les naturalistes ou celle de connectivité pour les écologues du paysage). L’objectif de la communication est donc de penser l’articulation des processus de patrimonialisation de la nature et des paysages. La démarche prend pour objet les épis de Loire. L’objet choisi ne relève a priori ni du patrimoine naturel (les épis sont des ouvrages de navigation) ni du patrimoine paysager (ils ne cadrent pas avec les représentations dominantes produites depuis et avec l’inscription du Val de Loire au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2000). La méthode s’appuie sur une campagne d’enquêtes auprès des riverains et usagers du fleuve qui sera réalisée au printemps/été 2011 dans le cadre d’un programme de recherche sur les Patrimoines et dynamiques paysagères de la vallée de la Loire (PATRA 2010-201212). L’objectif est de confronter les pratiques sociales et les représentations locales associées aux épis afin de dépasser/compléter la démarche d’ingénierie écologique privilégiée par les aménageurs. L’hypothèse retenue est que le déclassement des épis de navigation (fonction initiale désormais révolue) et surtout l’expérimentation récente de remodelage (qui amorce peut-être à plus long terme une politique de déconstruction des ouvrages) sont susceptibles d’enclencher un nouveau regard patrimonial sur ces objets spécifiques (identitaires ?) de la Loire armoricaine. Ce cas d’étude est particulièrement pertinent pour comprendre l’articulation des processus de patrimonialisation de la nature et des paysages car l’opération de remodelage relève d’une politique de renaturation du fleuve (de désaménagement) qui alimente le modèle de la « Loire sauvage » renforcé par l’inscription du Val de Loire au Patrimoine Mondial (catégorie des « paysages culturels évolutifs et vivants »…) ; La section de la Loire des épis soumise au remodelage et incluse dans ce périmètre de reconnaissance patrimoniale est donc un terrain idéal pour évaluer les catégories d’action du patrimoine naturel et du patrimoine culturel qui légitiment l’action publique mais dont la distinction porte bien des paradoxes et contradictions.

 

L’Europe ensauvagée : émergence d’une nouvelle forme de patrimonialisation de la nature ? (Régis BARRAUD)

Résumé : L’annonce de ce colloque pose le postulat suivant : « le patrimoine naturel est [ainsi] sorti de la dimension wilderness, rendant de plus en plus floues la limite entre nature et culture […]». Il est incontestable que le patrimoine naturel déborde aujourd’hui cette dimension, mais a-t-elle totalement disparue ? Plusieurs exemples signalent que la volonté de préserver voire de restaurer une « nature sauvage » est toujours présente. On l’a retrouve aussi bien dans les discours et actions issus de la mobilisation associative (ONG, associations nationales et locales de protection de l’environnement) qu’au coeur de certaines politiques publiques. L’écologie est elle-même toujours traversée par le débat sur la valeur du « sauvage », sur l’intérêt et la possibilité de maintenir / de restaurer des espaces à haut niveau de naturalité. À la suite, d’Yves Luginbühl (2001) et de Raphael Larrère (2005) on peut constater l’émergence de nouveaux modèles paysagers indicateurs de la diversification des regards sur les paysages et de l’évolution de la demande sociale de paysage et de nature. Parmi ces modèles émergents, il semble que l’esthétique et les valeurs associées à la nature sauvage connaissent une certaine montée en puissance. Cette tendance peut participer à la consécration du modèle « pittoresque écologique » (Luginbühl, ibid.). Le développement du regard «informé » par la science écologique et l’ingénierie associée (la restauration écologique) peut expliquer l’émergence de modèles nourris par l’esthétique du « sauvage » (Fel, 2009). En France, les débats scientifiques récents sur les représentations de la nature et sur l’éthique environnementale renouvellent le questionnement de la catégorie « nature sauvage » (Larrère, 2008 ; Blanc et Lolive, 2009). D’une manière complémentaire aux réflexions théoriques générales on peut identifier de véritables partisans de la nature sauvage. Le plus emblématique est sans doute l’écologue Jean-Claude Génot (1998, 2003) qui examine avec un regard critique les pratiques conventionnelles de gestion de la nature. Enfin, concrètement plusieurs initiatives portées par des associations et / ou des institutions publiques semblent exprimer la volonté d’une reconquête d’espaces de nature sauvage à l’échelle européenne (Wild Europe Initiative, Rewilding Europe, PanParks, Mountain Wilderness Europe). À l’échelle française la construction d’une alternative à la gestion classique des milieux naturels est aussi à l’oeuvre à travers les projets des réseaux « forêts sauvages » et « rivières sauvages » (WWF). Cette communication a pour objectif de faire le point sur ce renouvellement des idées et des actions de patrimonialisation de la nature qui valorisent l’imaginaire du sauvage,   prônent la préservation de la spontanéité des processus biophysiques et le maintien / la reconquête d’espaces à haut niveau de naturalité. À partir de l’analyse d’exemples de préservation variés (forêts, montagnes, cours d’eau), il s’agira de comprendre ce mouvement protéiforme. Il conviendra d’évaluer son degré de filiation avec le wilderness nord-américain, de mettre au jour les représentations de la nature et les stratégies d’appropriation de l’espace qu’il sous-tend. Partant de l’analyse d’initiatives portées par le monde associatif, nous chercherons à repérer l’intégration de cette nouvelle forme de patrimonialisation de la nature sauvage dans la mise en œuvre de politiques publiques de gestion des milieux naturels.

Accéder à l’ensemble des vidéos du colloque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.