Atelier paysage autour du Moulin Hébert (Vallée de la Vire)

Dans le cadre d’une collaboration initiée entre le Syndicat Mixte de la Vallée de la Vire et le programme de recherche Reppaval, un groupe d’étudiants paysagistes d’Agrocampus Ouest Angers, accompagnés par Stéphanie LEGENDRE (SMVV) Sébastien CAILLAULT (Agrocampus Angers) et Marie-Anne GERMAINE (Université Paris Ouest), a travaillé sur les possibilités d’aménagement paysager de plusieurs sites hydrauliques de la Vire. Ces étudiants inscrits en M1 Paysage ont passé une semaine sur place au mois d’avril où ils ont travaillé sur les sites du Moulin Hébert et de la Chapelle-sur-Vire. Leurs observations ont débouché sur une étude, téléchargeable ci-dessous, qui propose des aménagements alternatifs favorisant la cohabitation entre les différents usagers : riverains, kayakistes, promeneurs…

2014-04-14_Agrocampus-Moulin-Hebert-REDIM-12-e1406102317821
Les étudiants et quelques participants (M.A. Germaine, Université de Nanterre, S. Caillault, Agrocampus Angers, F. Goulmy, Fédération de pêche et protection des milieux aquatiques, J. Legrand, Maire de Troisgots, F. Renault, AESN, S. Legendre, SMVV)
Avril 2014 © SMVV
2014-05-16_AgroCampus-RestitutionREDIM-4-e1406102349483
Présentation des résultats par les étudiants en mairie de Troisgots
16 mai 2014 © SMVV
Imaginer un « après barrage convivial »

Le cours de la Vire est en grande partie artificialisé du fait de son aménagement ancien pour la navigation et l’artisanat. Moulins, chaussées et seuils peuvent constituer des obstacles pour le transit sédimentaire et la migration des poissons. Cependant, la vallée de la Vire est aussi un espace fréquenté et approprié par de nombreux usagers (riverains, kayakistes, promeneurs, producteurs d’hydroélectricité …).

Les projets d’aménagement d’ouvrage menés pour l’amélioration de la fonctionnalité des milieux aquatiques conduisent à créer de nouveaux paysages. Comment aménager l’espace libéré après abaissement du plan d’eau ? Comment traiter les berges et la ripisylve ? Comment davantage valoriser ces sites au bord de l’eau … Il est difficile pour les acteurs locaux de répondre à ces questions et d’imaginer la(es) configuration(s) possible(s) de la vallée autour de certains sites.

L’objectif de l’atelier paysage organisé sur la Vire au printemps 2014 était de proposer des pistes d’aménagement paysager dans le cas d’un arasement des seuils en place en tenant compte des spécificités des lieux, des usages à l’œuvre, des attentes des propriétaires et des collectivités concernées, des enjeux écologiques … L’étude s’est centrée sur le cas du Moulin Hébert, propriété privée, située en rive droite de la Vire face à une maison éclusière transformée en gîte le long du chemin de halage, mais les étudiants ont également pris soin de resituer ce site dans un cadre plus global, la vallée, en intégrant les Roches de Ham mais aussi les parties amont et aval du site qui doivent être également appréhendées. Au Moulin Hébert, le groupe a notamment imaginé deux scénarios d’aménagement tournés vers l’accueil du tourisme familial (plage enherbée, aire de pique-nique, gîte…), une reconnexion du site avec le chemin de halage et une renaturation des berges de la Vire. Toutes ces propositions serviront de socle de médiation et feront l’objet d’échanges entre usagers et gestionnaires. Ces travaux répondent également aux objectifs de restauration de bon état et de rétablissement de la continuité écologique de la Vire en alimentant la réflexion sur le devenir des nombreux ouvrages qui ponctuent le cours du fleuve (moulins, seuils…).

Le diagnostic et les propositions des étudiants – Mathilde BOZONNET, Geoffrey QUIGNON, Mélanie CHANOINE, Isaline SOLLER, Mathilde BOURGON, Marie GAND et Clément BOURGOIN – sont consultables en cliquant sur les différentes parties listées ci-dessous.

Rapport_p1_Diag-350x247

Rapport_p1_MH-350x247

Rapport_p1_seq-350x247

Rapport_p1_CV-350x247

Rapport_p1_Biblio-annexes-350x247

Le seuil de Moulin Hébert est un ouvrage privé appartenant aux propriétaires du moulin. Cette étude a été réalisée avec leur accord. Nous les remercions pour leur accueil chaleureux et leur dynamique contribution. Les ouvrages liés à la navigation appartiennent au SDSL et sont mis à disposition de la commune de Troisgots, qui gère le gîte implanté dans l’ancienne maison éclusière. Nous remercions madame Jocelyne LEGRAND, maire de Troisgots, ainsi que madame SAVARY, pour leur participation active à cette étude paysagère.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.