Approche par les Services Ecosystémiques pour la mise en œuvre de la Directive Cadre Eau (ESAWADI) – Exemple de la vallée de la Dordogne

Le projet de recherche ESAWADI (Utilising the Ecosystem Services Approach for Water Framework Directive Implementation) propose sur son site plusieurs rapports de fin de programme dont un sur la vallée de la Dordogne. Cinq organismes de recherche (Asconit Consultants, le Crédoc, Seeconsult, Intersus et IMAR) associés à des partenaires locaux en France (vallée de la Dordogne), en Allemagne (vallée de l’Ems) et au Portugal (estuaire du Mondego) ont travaillé durant deux ans (2010-2012) sur l’utilisation de l’approche par les Services Ecosystémiques (ASE) pour la mise en œuvre de la Directive Cadre Eau.

Dans la vallée de la Dordogne (travaux menés par Élise Catalon dans le cadre de sa thèse en sociologie), l’approche par les services éco-systémiques a été mobilisée pour animer le débat et répondre à des problématiques spécifiques du bassin versant en partenariat avec l’établissement public territorial de bassin EPIDOR et l’Agence de l’eau Adour-Garonne. Le secteur étudié est situé en aval de la chaîne de barrages hydroélectriques installés sur la Dordogne et fonctionnant par éclusées. Les enjeux principaux sont donc :

– la conciliation entre la production hydroélectrique par éclusées et les usages et la protection des milieux

– la restauration de la mobilité de la rivière et ses impacts positifs et négatifs sur les usages

Une première partie du travail mené a consisté à identifier les services éco-systémiques (effectifs et potentiels) pertinents au vue des enjeux posés. Chacun des services a précisément été relié aux caractéristiques et fonctionnalités de l’écosystème qui le conditionnent.  Des schémas très pédagogiques offrent ainsi une vision globale des interactions existantes entre processus écologiques et structure de l’écosystème, et les liens entre ces écosystèmes et les bénéfices que les sociétés peuvent en tirer, soit les services éco-systémique, et enfin les usages associés. Les services retenus sont la « mise à disposition de poissons » (pêche), la « mise à disposition de la ressource en eau » (alimentation en eau potable, irrigation), la « création des conditions pour la pratique d’activités récréatives » (baignade, canoé-kayak) et le « maintien d’une bonne qualité de l’eau » (baignade, alimentation en eau potable). Ce mode de représentation utilisé lors d’ateliers de concertation/participation a la vertu d’exposer une vue d’ensemble des problématiques en jeu tant du point de vue écologique que socio-économique : les liens entre les caractéristiques des écosystèmes et les usages sont clairement révélés.

Selon le même modèle, d’autres organigrammes ont été construits afin de comparer l’offre de services selon que la rivière suive (1) un régime hydrologique naturel, (2) un régime hydrologique perturbé par les éclusées (variations artificielles, brutales et fréquentes des débits liées à l’exploitation des barrages hydroélectriques ; les ouvrages alternent des phases de stockage d’eau dans les retenues et des phases de déstockage pendant lesquelles les turbines sont mises en marche), ou (3) que des actions de gestion soient mises en œuvre. Apparaissent alors les conséquences (négatives comme positives) sur les différents usages de la disparition des crues morphogènes et de la perturbation du transport sédimentaire.

Au-delà de la quantification et de la monétarisation des services rendus par la nature aux sociétés, l’approche par les services éco-systémiques est avant tout intéressante ici comme base de dialogue entre les acteurs dans le cadre d’ateliers de concertation. Cette étude montre que la notion peut aussi être utilisée de manière qualitative : cela offre une meilleure prise en compte des acteurs locaux (plus d’interactions entre les acteurs, participation à l’identification des services éco-systémiques, considération des services culturels plus facile, retrait de l’expert, …) et est certainement plus une démarche plus facilement généralisable (moins coûteuse en temps/moyens qu’une approche quantitative et monétaire qui comporte de nombreuses difficultés méthodologiques). Elle permet de construire une vision globale des enjeux et des mécanismes en jeu. Elle apporte un éclairage sur les liens entre les structures de l’écosystème, les mesures de gestion et les bénéfices obtenus/attendus. L’approche par les services éco-systémiques conduite en partenariat avec les usagers, amenés à s’exprimer sur les services identifiés tout au long de la méthode, se révèle ainsi un outil d’aide à la décision pertinent pour les gestionnaires et acteurs locaux.

Pour consulter le rapport sur l’étude menée sur la Dordogne. Pour d’avantage d’informations : consulter les autres rapports du programme sur le site du projet ESAWADI.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.