Parution d’un n° de Géocarrefour consacré à l’eau « Encrer les eaux courantes »

Le dernier numéro de la revue Géocarrefour (vol. 88/1) vient de paraître. Intitulé « Encrer les eaux courantes. Quelles méthodes pour analyser les discours ? » (Written narratives about water: what methods to analyse these accounts?), il comporte plusieurs articles traitant de la question de l’eau.

Présentation du numéro thématique « Encrer les eaux courantes »

Rapprocher discours et cours d’eau ne doit pas étonner : leur étymologie elle-même les rassemble. Fondé sur le substantif « cours » qui désigne l’action de courir, le mot discours provient de discursus et a d’abord signifié en latin classique l’action de courir çà et là, à différents endroits – du fait de son préfixe marquant la distinction –, puis discours, conversation ou entretien en bas-latin. Dès le Moyen Age, le cours se référait aux hommes, aux bateaux, aux sentiments, au temps, mais aussi au mouvement d’une eau courante. De même, en anglais, discourse et watercourse partagent le même radical.

Le cours de la parole et celui de l’eau ont plusieurs points communs. La parole s’écoule et ses flots peuvent indisposer ; l’eau murmure et parle au contemplatif. Le flux de l’eau comme celui des mots occupent l’espace et s’y diffusent. Ils évoluent avec le temps : le débit d’une rivière ou d’une parole varie selon les heures de la journée, les saisons ou les années. Le discours et le cours d’eau sont ainsi marqués par une dimension principale, diachronique ou chronologique, qui domine tellement la perception que les autres dimensions ont longtemps été négligées : les cours de l’eau et des mots étant orientés, tous deux présentent un début et une fin. Si le discours correspond à une séquence ordonnée de phrases employées concrètement pour transmettre des informations, le cours d’eau s’écoule d’amont en aval depuis sa source jusqu’à sa partie terminale. Ainsi le torrent a-t-il son bassin de réception, son chenal d’écoulement et son cône de déjection.

Le discours et l’eau courante servent de fils directeurs à ce numéro. En effet, les eaux courantes suscitent des discours oraux et écrits que les ruptures et les crises, en particulier, alimentent et renouvellent.

Pourquoi appréhender les mots ? Ils intéressent moins en eux-mêmes que pour ce qu’ils révèlent des motivations à intervenir sur ce qui nous entoure : ils disent quelque chose des interactions entre les individus et leur environnement, donnant ainsi un peu d’épaisseur au paradigme de l’interface hommes-nature.

Le chercheur en SHS s’intéresse aux dits et aux écrits qui révèlent des éléments de connaissances acquises par un énonciateur, aux énoncés évaluatifs tenus à l’égard d’idées, d’objets, de situations ou de personnes, aux discours rationnels sur des actes et aux discours rationnalisant sur des actions. La réduction linguistique reconnaît que la langue, prise comme réserve abstraite des virtualités, reste inaccessible.

Le discours sur les eaux courantes est pluriel ; il varie d’un acteur à l’autre selon des valeurs, des intérêts, des pratiques… En tant qu’espace multifonctionnel, si la rivière est à la fois lieu de production, de protection et de récréation, elle est aussi source d’inquiétudes.

Le discours fluvial connaît des variations spatiales et temporelles. L’analyse diachronique des écrits permet de repérer les évolutions d’un système autour des notions de rupture ou de tendance. Le temps de l’aménagement des cours d’eau par la construction de voies navigables, par les équipements hydroélectriques, par le développement des activités industrielles (notamment chimiques et nucléaires) ou encore par les ouvrages de protection fait place à une vision renouvelée des milieux aquatiques. Peut-on cerner des attitudes environnementales à l’égard des eaux courantes à l’échelle du continuum fluvial ou bien faut-il raisonner à des échelles plus fines ?

L’analyse de contenu est apparue au début du XXe s. pour classer les contenus de presse. Berelson l’a définie comme « une technique de recherche pour la description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste de la communication ». Bien que cette méthode se prête volontiers à une approche plus exploratoire d’un corpus constitué, le chercheur gagne à formuler des hypothèses explicites pour élaborer une grille de catégories cohérentes et pertinentes.

En réaction au système des catégories définies a priori (inhérent à l’analyse de contenu), l’analyse de données textuelles s’est d’abord efforcée de repousser tout travail d’interprétation le plus tard possible (Lebart et Salem, 1988). Les logiciels de lexicométrie et de textométrie accompagnent désormais le chercheur tout au long de son effort de lecture, d’exploration, d’analyse et d’interprétation en lui proposant des outils divers : manipulation du corpus (aménagement de sous-corpus ou d’une partition), production de lexiques alphabétiques et hiérarchiques, création de requêtes sophistiquées qui débouchent sur un concordancier ou bien des index (indices), analyses statistiques descriptives, calcul des spécificités et des cooccurrences, confection de tables lexicales propices aux analyses multivariées (analyse factorielle des correspondances et classification hiérarchique), ou encore des visualisations graphiques de plus en plus convaincantes. Les offres les plus récentes bousculent les frontières traditionnelles entre analyses qualitative et quantitative ou entre analyse de contenu et analyse de données textuelles : elles intègrent des modalités d’import susceptibles d’inciter l’opérateur à coder le texte au préalable ou bien à recueillir des métadonnées utiles lors de l’analyse, et permettent le retour au texte intégral à tout moment. Les textes du corpus peuvent donc être étudiés pour eux-mêmes mais aussi au regard des caractéristiques de leurs producteurs et consommateurs, ce qui facilite le test d’hypothèses concernant d’éventuelles variations spatiales, temporelles et socioculturelles du discours.

Dans les années 1970, réfutant un certain positivisme, des scientifiques ont dénigré une recherche fondée sur la mesure et les statistiques au profit d’une recherche qualitative qui se doit de retranscrire le monde réel vécu par les acteurs. Ce travail au plus près des sources ne dénature pas le texte. Il se prête plus facilement aux ajustements des hypothèses initiales. L’originalité de ces méthodes peut procéder d’une lecture flottante, à la recherche de nouveautés et assumant la subjectivité de l’opérateur. Ces analyses reposent souvent sur un lien immédiat entre le texte et son commentaire.

Sommaire du numéro

Articles

Comptes-rendus d’ouvrages

Varia

 

Pour commander le numéro

Géocarrefour 88/1 : Encrer les eaux courantes. Quelles méthodes pour analyser les discours ?

Prix 15 euros  (+ 3,20 euros de port) par chèque, ou bon de commande

A Géocarrefour, Revue de Géographie de Lyon, 18 rue Chevreul, 69362 LYON cedex 07 ou par mail ; andre.buisson@univ-lyon3.fr