Archives par mot-clé : seuil

Parution d’un article de Caroline LECALVEZ dans la revue Norois

Caroline LE CALVEZ a publié un article intitulé « Rétablir la libre circulation piscicole dans les vallées fluviales : mise en perspective des enjeux et des aménagements à partir du cas de l’Aulne (XIXe-XXIe siècles) » dans le dernier numéro de la revue Norois (n°237) consacré à la Dynamique des paysages fluviaux. Vous trouverez ci-dessous un résumé de l’article.
Continuer la lecture de Parution d’un article de Caroline LECALVEZ dans la revue Norois

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils (exemples sur la Sienne et l’Orne)

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils.

Suivi de deux sites en Basse-Normandie : moulin de Ver sur la Sienne (50) et usine de l’Enfernay sur l’Orne (14)

Camille Desvoies a réalisé son mémoire de Master 1 de Géographie à l’Université de Caen durant l’année 2013/2014. Ce travail soutenu en juillet 2014 et encadré par Anne-Julia Rollet (Univ. de Caen) et Marie-Anne Germaine (Univ. de Nanterre) a l’originalité de s’intéresser aux conséquences à la fois géomorphologiques et paysagères de l’arasement de seuils. Alors que l’établissement de suivis post-arasement est très rarement mis en œuvre dans le cadre des opérations de restauration écologique des cours d’eau, Camille Desvoies a choisi d’étudier deux sites bas-normands sur lesquels des opérations de restauration de la continuité écologique ont récemment eu lieu :

– le site du moulin de Ver, sur la Sienne (Manche), arasé en Octobre 2010

– l’usine de l’Enfernay, sur l’Orne, situé sur les communes de Clécy et de Thury-Harcourt (Calvados), sur lequel les travaux ont été achevés en Juin 2013

L’objet de ce travail encadré par Anne-Julia Rollet et Marie-Anne Germaine, était de voir s’il existait une corrélation entre les changements physiques et le ressenti des riverains et usagers, et donc de  confronter la réalité physique du milieu à la perception des personnes interrogées.

Les sites choisis correspondent à des opérations conduites selon des approches assez différentes. Si sur le site du moulin de Ver, seules des mesures préventives ont été mises en place (recépages d’aulnes, mise en place d’enrochements sur la berge au droit de l’ancien seuil …), le site de l’Enfernay a, lui, fait l’objet d’un véritable remodelage. Les berges ont été entièrement retalutées, les chenaux refaçonnés, des enrochements placés sur les berges. Il y a eu également une volonté de valorisation et de pérennisation des usages tels que la randonnée (un GR longe l’Orne sur ce tronçon) et le canoë-kayak.

 

1. Les impacts géomorphologiques

            Pour évaluer les impacts géomorphologiques, nous avons étudié les ajustements de la géométrie en long et en travers du cours d’eau. Pour cela nous avons établi des profils en long. Pour le moulin de Ver, nous disposions de relevés réalisés en 2010 qui nous ont permis de comparer la position de la berge entre 2014 et 2010.

enfernay avant
Le moulin de Ver et son déversoir avant l’opération d’arasement
Octobre 2010 © SIAES
ver avant
Le moulin de Ver après l’opération d’arasement.
23 Mai 2013 © SIAES
enfernay après
Le barrage de l’Enfernay avant l’opération d’arasement
8 Juillet 2010 © F. RENAULT, AESN
enfernay après
Le site de l’Enfernay après l’opération d’arasement
1 Avril 2014, © C. DESVOIES

D’un point de vue géomorphologique, la Sienne, sur le site du moulin de Ver semble avoir retrouvé une pente de la ligne d’eau plus naturelle, avec des écoulements plus diversifiés (présence de faciès d’écoulement de type radier), et la présence de banc de galet est le signe d’un retour de la continuité sédimentaire. Nous avons pu également observer, concernant la géométrie en travers, une reprise de l’érosion latérale dans les zones de concavité. Trois méandres sont concernés par cette reprise de l’érosion, et un en particulier est fortement marqué par celle-ci. En effet, nous avons pu mesurer que le recul de la berge, sur ce méandre, pouvait aller jusqu’à 10 m (carte suivante). L’importance de cet ajustement de la géométrie en travers n’avait pas été prévue par les bureaux d’études.

morpho
Cartographie du recul de la berge concave d’un méandre entre 2010 et 2014
2014 © C. DESVOIES

Concernant l’Orne sur le site de l’Enfernay, celle-ci semble également avoir recouvré des écoulements plus diversifiés. En revanche, ses capacités d’ajustement semblent elles, très limitées, de part non seulement la faible puissance spécifique sur ce tronçon, mais également les aménagements importants, qui contrôlent et limitent les ajustements qui auraient pu avoir lieu.

2. Les transformations paysagères

            Concernant les transformations paysagères, l’objectif était d’identifier l’opinion des riverains sur ces deux opérations d’arasement, d’évaluer quels ont été leurs impacts dans l’appréciation du paysage et sur les différents usages et pratiques du cours d’eau et de ses abords. Pour cela, nous nous sommes d’abord  appuyés sur un travail d’enquêtes de terrain menées auprès de riverains, d’élus, ou d’usagers des cours d’eau en question sur ces sites. Une partie du questionnaire mis en place s’appuie sur des couples photographiques proposant des vues avant et après de chacun des sites : les répondants devaient déterminer quelle configuration ils appréciaient le plus. Dans un second temps, nous avons soumis  la partie du questionnaire reposant sur les photographies à une population de 28 personnes extérieures aux deux sites en leur demandant de choisir celle qui leur semblait la plus agréable.

            Les résultats des enquêtes montrent des avis partagés pour le site de Ver. L’érosion est perçue comme un élément très négatif et décrite comme responsable d’un paysage accidenté, dégradé. L’opération a été mieux accueillie sur le site de l’Enfernay, les avis des personnes interrogées étant ici quasiment tous positifs. Néanmoins, un élément est souvent mis en avant lors des entretiens : le manque de ripisylve. En effet, cette enquête (et dans une moindre mesure, sur le site de Ver également) nous montre que le paysage de rivière le plus apprécié comporte des rives arborées. Ainsi, le débroussaillage total des berges de l’Orne sur le site de l’Enfernay lors de l’opération d’arasement,  rend le paysage moins agréable pour les riverains et usagers. Cependant, ces derniers ont conscience que ce n’est que temporaire (des plantations ont été effectuées) et l’acceptent donc assez bien, et cela est visible lorsque que nous leur soumettons différentes photographies, prises avant et après l’opération, comme nous l’illustre le graphique ci-dessous.

graph1
2014 © C. DESVOIES

Les réponses au  questionnaire à l’attention de personnes étrangères aux sites coïncident avec les réponses données lors des entretiens avec les riverains du site de Ver (les avis semblent là encore mitigés quant aux conséquences de l’opération). En revanche, nous avons pu observer une forte opposition dans l’appréciation du paysage concernant le site de l’Enfernay (graphiques suivants).

En effet, le ressenti des personnes étrangères à ce site est négatif, les personnes perçoivent un site fortement aménagé (la notion d’aménagement étant ici péjorative pour ces personnes) et artificiel. Ainsi, nous pouvons constater l’importance des usages, pratiques et habitudes, dans l’appréciation du paysage. La lecture du paysage  est influencée par les différentes activités pratiquées par les personnes enquêtées. Lorsque les enjeux disparaissent, le jugement est plus esthétique.

graph2
2014 © C. DESVOIES

 En conclusion, l’étude a montré une concordance sur l’impact « érosion », sur le site de Ver, entre les données recueillies et le ressenti des populations, l’importance de l’érosion ayant bien été perçue, même si elle n’est pas analysée de la même façon selon la personne qui l’observe. L’opération est perçue comme satisfaisante sur le site de l’Enfernay, les aménagements semblent correspondre aux attentes des populations locales sur l’idée d’un cours d’eau « naturel » malgré l’importance des aménagements. Néanmoins, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de la qualification d’opération de « restauration » ou de « renaturation » sur ce site, puisqu’aucun processus n’a été restauré, et où, tous les ajustements ont été anticipés et contrôlés afin qu’ils ne puissent  avoir lieu.