Archives par mot-clé : paysage

Parution d’un article dans le Bulletin de la Société Géographique de Liège : La rivière désaménagée ? Les paysages fluviaux et l’effacement des seuils et barrages en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord-Est

En hommage au Professeur François PETIT, 14 articles ont été réunis dans le dernier numéro du Bulletin de la Société Géographique de Liège (volume 67) intitulé « Dynamique fluviale ».

Dans ce numéro, Laurent LESPEZ et Marie-Anne GERMAINE proposent un article intitulé « La rivière désaménagée ? Les paysages fluviaux et l’effacement des seuils et barrages en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord-Est« . Continuer la lecture de Parution d’un article dans le Bulletin de la Société Géographique de Liège : La rivière désaménagée ? Les paysages fluviaux et l’effacement des seuils et barrages en Europe de l’Ouest et en Amérique du Nord-Est

Mise à jour de l’OPP du Bassin de la Sélune

L’Observatoire Photographique du Paysage (OPP) du Bassin de la Sélune a été mis à jour : les clichés pris au cours de l »automne 2014 viennent donc compléter les 88 séries photographiques débutées durant au printemps 2013. Vous pouvez accéder aux séries photographiques en cliquant sur les points disposés sur la carte Continuer la lecture de Mise à jour de l’OPP du Bassin de la Sélune

Atelier paysage autour du Moulin Hébert (Vallée de la Vire)

Dans le cadre d’une collaboration initiée entre le Syndicat Mixte de la Vallée de la Vire et le programme de recherche Reppaval, un groupe d’étudiants paysagistes d’Agrocampus Ouest Angers, accompagnés par Stéphanie LEGENDRE (SMVV) Sébastien CAILLAULT (Agrocampus Angers) et Marie-Anne GERMAINE (Université Paris Ouest), a travaillé sur les possibilités d’aménagement paysager de plusieurs sites hydrauliques de la Vire. Ces étudiants inscrits en M1 Paysage ont passé une semaine sur place au mois d’avril où ils ont travaillé sur les sites du Moulin Hébert et de la Chapelle-sur-Vire. Leurs observations ont débouché sur une étude, téléchargeable ci-dessous, qui propose des aménagements alternatifs favorisant la cohabitation entre les différents usagers : riverains, kayakistes, promeneurs… Continuer la lecture de Atelier paysage autour du Moulin Hébert (Vallée de la Vire)

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils (exemples sur la Sienne et l’Orne)

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils.

Suivi de deux sites en Basse-Normandie : moulin de Ver sur la Sienne (50) et usine de l’Enfernay sur l’Orne (14)

Camille Desvoies a réalisé son mémoire de Master 1 de Géographie à l’Université de Caen durant l’année 2013/2014. Ce travail soutenu en juillet 2014 et encadré par Anne-Julia Rollet (Univ. de Caen) et Marie-Anne Germaine (Univ. de Nanterre) a l’originalité de s’intéresser aux conséquences à la fois géomorphologiques et paysagères de l’arasement de seuils. Alors que l’établissement de suivis post-arasement est très rarement mis en œuvre dans le cadre des opérations de restauration écologique des cours d’eau, Camille Desvoies a choisi d’étudier deux sites bas-normands sur lesquels des opérations de restauration de la continuité écologique ont récemment eu lieu :

– le site du moulin de Ver, sur la Sienne (Manche), arasé en Octobre 2010

– l’usine de l’Enfernay, sur l’Orne, situé sur les communes de Clécy et de Thury-Harcourt (Calvados), sur lequel les travaux ont été achevés en Juin 2013

L’objet de ce travail encadré par Anne-Julia Rollet et Marie-Anne Germaine, était de voir s’il existait une corrélation entre les changements physiques et le ressenti des riverains et usagers, et donc de  confronter la réalité physique du milieu à la perception des personnes interrogées.

Les sites choisis correspondent à des opérations conduites selon des approches assez différentes. Si sur le site du moulin de Ver, seules des mesures préventives ont été mises en place (recépages d’aulnes, mise en place d’enrochements sur la berge au droit de l’ancien seuil …), le site de l’Enfernay a, lui, fait l’objet d’un véritable remodelage. Les berges ont été entièrement retalutées, les chenaux refaçonnés, des enrochements placés sur les berges. Il y a eu également une volonté de valorisation et de pérennisation des usages tels que la randonnée (un GR longe l’Orne sur ce tronçon) et le canoë-kayak.

 

1. Les impacts géomorphologiques

            Pour évaluer les impacts géomorphologiques, nous avons étudié les ajustements de la géométrie en long et en travers du cours d’eau. Pour cela nous avons établi des profils en long. Pour le moulin de Ver, nous disposions de relevés réalisés en 2010 qui nous ont permis de comparer la position de la berge entre 2014 et 2010.

enfernay avant
Le moulin de Ver et son déversoir avant l’opération d’arasement
Octobre 2010 © SIAES
ver avant
Le moulin de Ver après l’opération d’arasement.
23 Mai 2013 © SIAES
enfernay après
Le barrage de l’Enfernay avant l’opération d’arasement
8 Juillet 2010 © F. RENAULT, AESN
enfernay après
Le site de l’Enfernay après l’opération d’arasement
1 Avril 2014, © C. DESVOIES

D’un point de vue géomorphologique, la Sienne, sur le site du moulin de Ver semble avoir retrouvé une pente de la ligne d’eau plus naturelle, avec des écoulements plus diversifiés (présence de faciès d’écoulement de type radier), et la présence de banc de galet est le signe d’un retour de la continuité sédimentaire. Nous avons pu également observer, concernant la géométrie en travers, une reprise de l’érosion latérale dans les zones de concavité. Trois méandres sont concernés par cette reprise de l’érosion, et un en particulier est fortement marqué par celle-ci. En effet, nous avons pu mesurer que le recul de la berge, sur ce méandre, pouvait aller jusqu’à 10 m (carte suivante). L’importance de cet ajustement de la géométrie en travers n’avait pas été prévue par les bureaux d’études.

morpho
Cartographie du recul de la berge concave d’un méandre entre 2010 et 2014
2014 © C. DESVOIES

Concernant l’Orne sur le site de l’Enfernay, celle-ci semble également avoir recouvré des écoulements plus diversifiés. En revanche, ses capacités d’ajustement semblent elles, très limitées, de part non seulement la faible puissance spécifique sur ce tronçon, mais également les aménagements importants, qui contrôlent et limitent les ajustements qui auraient pu avoir lieu.

2. Les transformations paysagères

            Concernant les transformations paysagères, l’objectif était d’identifier l’opinion des riverains sur ces deux opérations d’arasement, d’évaluer quels ont été leurs impacts dans l’appréciation du paysage et sur les différents usages et pratiques du cours d’eau et de ses abords. Pour cela, nous nous sommes d’abord  appuyés sur un travail d’enquêtes de terrain menées auprès de riverains, d’élus, ou d’usagers des cours d’eau en question sur ces sites. Une partie du questionnaire mis en place s’appuie sur des couples photographiques proposant des vues avant et après de chacun des sites : les répondants devaient déterminer quelle configuration ils appréciaient le plus. Dans un second temps, nous avons soumis  la partie du questionnaire reposant sur les photographies à une population de 28 personnes extérieures aux deux sites en leur demandant de choisir celle qui leur semblait la plus agréable.

            Les résultats des enquêtes montrent des avis partagés pour le site de Ver. L’érosion est perçue comme un élément très négatif et décrite comme responsable d’un paysage accidenté, dégradé. L’opération a été mieux accueillie sur le site de l’Enfernay, les avis des personnes interrogées étant ici quasiment tous positifs. Néanmoins, un élément est souvent mis en avant lors des entretiens : le manque de ripisylve. En effet, cette enquête (et dans une moindre mesure, sur le site de Ver également) nous montre que le paysage de rivière le plus apprécié comporte des rives arborées. Ainsi, le débroussaillage total des berges de l’Orne sur le site de l’Enfernay lors de l’opération d’arasement,  rend le paysage moins agréable pour les riverains et usagers. Cependant, ces derniers ont conscience que ce n’est que temporaire (des plantations ont été effectuées) et l’acceptent donc assez bien, et cela est visible lorsque que nous leur soumettons différentes photographies, prises avant et après l’opération, comme nous l’illustre le graphique ci-dessous.

graph1
2014 © C. DESVOIES

Les réponses au  questionnaire à l’attention de personnes étrangères aux sites coïncident avec les réponses données lors des entretiens avec les riverains du site de Ver (les avis semblent là encore mitigés quant aux conséquences de l’opération). En revanche, nous avons pu observer une forte opposition dans l’appréciation du paysage concernant le site de l’Enfernay (graphiques suivants).

En effet, le ressenti des personnes étrangères à ce site est négatif, les personnes perçoivent un site fortement aménagé (la notion d’aménagement étant ici péjorative pour ces personnes) et artificiel. Ainsi, nous pouvons constater l’importance des usages, pratiques et habitudes, dans l’appréciation du paysage. La lecture du paysage  est influencée par les différentes activités pratiquées par les personnes enquêtées. Lorsque les enjeux disparaissent, le jugement est plus esthétique.

graph2
2014 © C. DESVOIES

 En conclusion, l’étude a montré une concordance sur l’impact « érosion », sur le site de Ver, entre les données recueillies et le ressenti des populations, l’importance de l’érosion ayant bien été perçue, même si elle n’est pas analysée de la même façon selon la personne qui l’observe. L’opération est perçue comme satisfaisante sur le site de l’Enfernay, les aménagements semblent correspondre aux attentes des populations locales sur l’idée d’un cours d’eau « naturel » malgré l’importance des aménagements. Néanmoins, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de la qualification d’opération de « restauration » ou de « renaturation » sur ce site, puisqu’aucun processus n’a été restauré, et où, tous les ajustements ont été anticipés et contrôlés afin qu’ils ne puissent  avoir lieu.

Mise à jour de l’Observatoire Photographique du Paysage du bassin de la Sélune

Une nouvelle mission photographique a été menée cet été (août 2014) pour compléter l’Observatoire Photographique du Paysage du Bassin de la Sélune. Cette dernière campagne permet de disposer pour la plupart des 88 points retenus de séries photographiques rassemblant les quatre saisons (automne 2013, hiver 2014, printemps 2014, été 2014). Des missions photographiques plus rapprochées seront menées au commencement de la vidange du lac de Vezins puis des travaux pour suivre les transformations du paysage de la vallée de la Sélune.

Quelques exemples des séries photographiques

Capture2Capture3Capture

Vous pouvez accéder aux séries photographiques en cliquant sur les points disposés sur la carte :

– les points bleus correspondent à des séries anciennes calées sur des clichés antérieurs à 2000 (cartes postales du début du 20ème siècle,s photographies de la vidange de 1993, …)

– les points verts correspondent à des séries débutant au printemps ou à l’automne 2013


Afficher Observatoire Photographique du Paysage du Bassin de la Sélune (Septembre 2014) sur une carte plus grande

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions (thématiques, lieux manquants par exemple) à propos du choix des points en envoyant un mail à cette adresse : oppp.selune@gmail.com

Exposition photo sur les paysages de la vallée de la Sélune à l’Autre Café (14 au 21 Mai 2013)

L’exposition, 1ère étape de la mise en place d’un observatoire photographique des paysages de la Sélune

Dans le cadre du stage de Baptiste Roulet réalisé au Syndicat Mixte du bassin de la Sélune et coordonné par Aurélie Joué et Marie-Anne Germaine, une première série de photographies des paysages de la vallée de la Sélune est exposée à l’Autre Café. De nouvelles photographies ont été réalisées à partir de cartes postales et photographies anciennes collectées selon les mêmes angles de prise de vue.Ce travail donne lieu à une série de couples photographiques montrant les évolutions des paysages de la vallée de la Sélune sur près d’un siècle. Ce premier travail s’appuie sur des clichés pris entre Saint-Hilaire-du-Harcouët et Pontaubault, avant l’embouchure dans la baie du Mont-Saint-Michel.

Cette exposition est l’occasion de présenter le projet de mise en place d’un Observatoire Photographique des Paysages (OPP) dans la vallée de la Sélune. Le projet d’arasement des barrages de Vezins et de la Roche-qui-Boit va induire des transformations paysagères importantes, au niveau des gorges de la Sélune en particulier du fait de la disparition des lac, mais aussi sur l’ensemble du territoire. L’observatoire photographique des paysages apparaît comme un outil particulièrement adapté pour assurer un suivi de ces modifications. Il consiste à définir sur le territoire de la Sélune un itinéraire photographique composé d’environ 40 clichés qui seront re-photographiés dans le temps afin de constituer des séries photographiques qui mettent en évidence les évolutions du paysage. Intégrée dans le programme scientifique global de suivi de l’opération d’arasement des barrages de la Sélune, cette  démarche a surtout pour vocation à s’ouvrir au grand public et à l’ensemble des habitants de la vallée de la Sélune qui pourront participer à sa construction.

Expo

Vous souhaitez participer ?

Vous habitez dans la vallée de la Sélune ? Vous vous promenez souvent aux environs des gorges de la Sélune ? Vous pêchez sur les lacs ou sur le cours d’eau ? Vous êtes photographe professionel, amateur ou du dimanche ? Vous appréciez les paysages qu’offrent les gorges de la Sélune ? Vos regards sont tous différents. Ils nous intéressent et nous permettront de construire un observatoire en lien étroit avec la réalité du territoire (usages, pratiques, histoire, …). Vous pouvez contribuer à l’observatoire en nous proposant vos photographies (actuelles ou anciennes) ou en soumettant vos idées quant aux paysages qui vous plaisent ou ceux dont vous aimeriez suivre l’évolution. Laissez vos impressions, qu’elles soient bonnes ou mauvaises dans le livre d’or de l’exposition. Vos idées viendront enrichir le projet. Nous vous contacterons bientôt pour vous proposer des moyens pratiques de participer à ce projet.

Contactez Baptiste Roulet. Tel. 02.33.89.62.14 (Syndicat Mixte du Bassin de la Sélune).

Mail : oppp.selune@gmail.com

Informations pratiques.

L’exposition est visible du 14 au 21 mai 2013 à l’Autre Café (la Roche qui Boit) de 11h à minuit.

Adresse : L’Autre Café, Le Rocher, 50240 Saint-Laurent-de-Terregatte

Itinéraires :

– de Ducey : direction St Laurent de Terregatte par la D78 puis village vacances du « Bel Orient »

– de Saint James : Direction St Laurent de Terregatte, à Saint Laurent de Terregatte suivre village vacances du « Bel Orient »

– de l’A84 : Sortie Ducey, à Ducey direction St Laurent de Terregatte par la D78 puis village vacances du « Bel Orient »

Carte de localisation


Afficher L’Autre Café sur une carte plus grande

Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosges (Octobre 2012)

La restauration de la continuité écologique des cours d’eau révélatrices de conflits paysagers. Exemple de l’effacement des barrages hydroélectriques de la Sélune (Manche). Poster présenté par M.-A. Germaine au Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosages, Octobre 2012, thème « Les facettes du paysage ».

Poster FIG 2012

Offre de stage – Observatoire des opérations de restauration de la continuité écologique des cours d’eau en Basse-Normandie

Titre du stage : Mise en place d’un observatoire paysager des opérations de restauration de la continuité écologique des cours d’eau en Basse-Normandie (réalisation d’une base de données SIG, mise en œuvre d’un observatoire photographique, projet de cartographie en ligne)
Direction du stage : Laurent LESPEZ (Maître de Conférences en Géographie, Université Caen Basse-Normandie, Géophen LETG CAEN UMR 6554 CNRS) ; Anne-Julia ROLLET (Maître de Conférences en Géographie, Université Caen Basse-Normandie, Géophen LETG CAEN UMR 6554 CNRS) ; Marie-Anne GERMAINE (Maitre de Conférences en Géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR LAVUE 7218 CNRS)

Voir la fiche de stage : 2013_STAGE Observatoire BN_Reppaval

Les Paysages de l’eau (édition électronique) – CTHS 2012 Neuchâtel

Parution (édition électronique) des actes du 135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques qui a lieu à Neuchâtel en avril 2012 : volume consacré aux « Paysages de l’eau » et coordonné par G. Joly. La première partie évoque les paysages de rivière, leur valeur patrimoniale, les politiques d’aménagement qui leur sont liées, ainsi que les protections appliquées pour parer aux risques dans les zones inondables.

http://cths.fr/ed/edition.php?id=5633

Sommaire :

Hervé Davodeau, Régis Barraud, David Montembault et Apolline Taillade : Le remodelage des épis de la Loire armoricaine : patrimoine naturel versus patrimoine culturel ?

Marie-Anne Germaine – Des enjeux d’environnement à la demande de paysage, vers de nouvelles fonctions pour les vallées ordinaires ? L’exemple des politiques publiques en place dans les vallées bas-normandes

Sylvain Dournel, Sylvie Servain-Courant, Bertrand Sajaloli, Jean-Louis Yengué et Dominique Andrieu – Le risque d’inondation, moteur de nouveaux paysages urbains ? Le cas des villes de Loire moyenne (Orléans, Tours)

Sylvie Salles – La Meurthe : du risque environnemental au paysage

Dépasser l’enjeu piscicole, vers la définition d’une gestion concertée du cours d’eau et de ses berges. L’exemple de la vallée de la Touques (Calvados)

Parution de l’article « Dépasser l’enjeu piscicole, vers la définition d’une gestion concertée du cours d’eau et de ses berges. L’exemple de la vallée de la Touques (Calvados) » de Marie-Anne Germaine dans la revue Géocarrefour : http://geocarrefour.revues.org/8483

Résumé : Le renforcement de la législation dans le domaine de l’eau se traduit localement par la multiplication des projets de restauration des cours d’eau. Contraintes à atteindre le bon état écologique pour 2015, les collectivités assument cette compétence en s’organisant par bassin. Dans le même temps, les paysages au fil de l’eau font l’objet d’un regain d’intérêt qui se traduit par des attentes multiples pouvant se révéler contradictoires avec les problématiques environnementales. A partir de l’exemple de la Touques, valorisée pour le tourisme pêche, un éclairage sur les difficultés de la gouvernance locale de l’eau est proposé. L’analyse des opérations menées et leur confrontation aux discours des usagers conduisent à identifier les facteurs garantissant la mise en place d’une gestion intégrée.

Les actes du colloque « Ouvrages hydrauliques : de la continuité écologique des fleuves et rivières aux projets de territoire », novembre 2010

Les actes du colloque « Ouvrages hydrauliques : de la continuité écologique des fleuves et rivières aux projets de territoire » organisé à Cholet en novembre 2010 par l’Association Française des EPTB sont disponibles sur le site du bassin versant de la Sèvre Nantaise (vidéos, supports des communications).

http://www.sevre-nantaise.com/actions/dossier-actes-colloque-ouvrages-hydrauliques-continuite-ecologique-projets-de-territoire-novembre-2010

  « Paysages de fonds de vallée et projet de restauration de la continuité : le point de vue des acteurs« , Régis Barraud. www.sevre-nantaise.com/videos/-colloque-ouvrages-hydrauliques-regis-barraud-universite-poitiers-paysages-de-fonds-de-vallee-et-projet-de-restauration-de-la-continuite

 « Les dynamiques environnementales des cours d’eau bas-normand depuis le Néolithique.Quelles leçons pour aujourd’hui ?« , Laurent Lespez, Jean-Michel Cador et Marie-Anne Germaine. http://www.sevre-nantaise.com/videos/-colloque-ouvrages-hydrauliques-laurent-lespez-evolution-des-paysages-de-fonds-de-vallee

Parution de : « Paysages et gestion de l’eau – Sept millénaires d’histoire de vallées et de plaines littorales en Basse-Normandie » (Lespez, dir.)

Les vallées, les plaines littorales et les zones humides secrètent des paysages remarquables. En ce début du XXIe siècle, ces espaces sont au cœur d’enjeux écologiques et socio-économiques qui les dépassent. Partagés entre valorisation agricole et fonctions d’agrément, ils servent de support aux trames vertes et bleues promues par le Grenelle de l’Environnement en raison des habitats qu’ils offrent à la faune et à la flore pour assurer la continuité écologique. À l’heure où les élus et les gestionnaires se penchent sur le développement durable, cet ouvrage mesure la part des héritages dans les dynamiques à l’œuvre. Il est le fruit d’une démarche collective et pluridisciplinaire qui a associé géographes, spécialistes des paléoenvironnements, archéologues et historiens. Richement illustré, il renouvelle notre connaissance des paysages de l’Ouest de la France en intégrant des approches et des méthodologies complémentaires. À partir d’études de cas, il conduit à s’interroger sur le rôle des sociétés et des systèmes techniques de gestion de l’eau dans la construction paysagère depuis le Néolithique. Au-delà, il invite à une réflexion sur les enjeux de la gestion contemporaine en prenant en compte la longue durée.

Consulter la Table des matières

http://w3.unicaen.fr/services/puc/spip.php?article885