Nature et renaturation : premières explorations d’une équipe de recherche du Laboratoire de l’art & de l’eau (ésam Caen/Cherbourg)

Du mardi 10 au vendredi 13 juin 2014, une équipe de recherche de l’école supérieure d’arts & médias (ésam Caen/Cherbourg), du Laboratoire de l’art & de l’eau, a entamé sa recherche sur les barrages et seuils situés dans la Vallée de l’Orne (Clécy, Saint Rémy, Thury-Harcourt). Cette équipe était composée de deux chercheurs de l’école d’art (Camille Prunet, historienne de l’art, Thierry Weyd, artiste, éditeur) et de deux chercheuses invitées (Agnès Villette, photographe et journaliste, Jana Winderen, artiste). Ces journées ont été consacrées à la découverte physique, architecturale, et historique des sites (quinze seuils et barrages). A cela se sont ajoutées des rencontres et interviews de personnes concernées par le projet ou qui travaillent dessus. Ces témoignages ont permis d’observer la variété, la complexité et la densité des enjeux de ce chantier national. En plus de ce travail d’entretiens, chacun a enregistré, photographié, filmé et noté. Les éléments collectés nourriront la recherche.

Cette semaine de recherche s’est conclue par un concert de Jana WINDEREN et de Thomas KÖNER, le samedi 14 juin dans le cloître du musée d’art, d’histoire et d’archéologie d’Evreux. Cette soirée était organisée par L’ATELIERS, dans le cadre de son festival annuel de musique contemporaine. En amont de cette soirée était organisée à la médiathèque d’Evreux une rencontre publique à propos du « field-recording » et des relations entre création sonore et recherches scientifiques dans le paysage. Les participants à cette conférence étaient Denis BOYER (rédacteur en chef de la revue musicale Fear-Drop), Mike HARDING (directeur du label musical britannique TOUCH, producteur de Jana Winderen) et Thierry WEYD (en tant que chercheur du Laboratoire de l’art & de l’eau pour présenter ce projet).

D’autres visites sur les sites sont prévues puisque le projet « Nature et renaturation : aperçu sensible d’une histoire des cours d’eau en mutation » court jusqu’à la fin de l’année 2016.
Une première restitution des recherches est envisagée au début de l’année 2015.

Cet projet de recherche est financé par l’Ambassade de Norvège, le projet ANR JC REPPAVAL, et l’ésam Caen / Cherbourg. Il a été initié par la rencontre avec les chercheurs de l’ANR JC Reppaval.

Photo Jana Winderen, "a backswimmer in Göta kanal", Sweden, 2011
Photo Jana Winderen, « a backswimmer in Göta kanal », Sweden, 2011

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils (exemples sur la Sienne et l’Orne)

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils.

Suivi de deux sites en Basse-Normandie : moulin de Ver sur la Sienne (50) et usine de l’Enfernay sur l’Orne (14)

Camille Desvoies a réalisé son mémoire de Master 1 de Géographie à l’Université de Caen durant l’année 2013/2014. Ce travail soutenu en juillet 2014 et encadré par Anne-Julia Rollet (Univ. de Caen) et Marie-Anne Germaine (Univ. de Nanterre) a l’originalité de s’intéresser aux conséquences à la fois géomorphologiques et paysagères de l’arasement de seuils. Alors que l’établissement de suivis post-arasement est très rarement mis en œuvre dans le cadre des opérations de restauration écologique des cours d’eau, Camille Desvoies a choisi d’étudier deux sites bas-normands sur lesquels des opérations de restauration de la continuité écologique ont récemment eu lieu :

– le site du moulin de Ver, sur la Sienne (Manche), arasé en Octobre 2010

– l’usine de l’Enfernay, sur l’Orne, situé sur les communes de Clécy et de Thury-Harcourt (Calvados), sur lequel les travaux ont été achevés en Juin 2013

L’objet de ce travail encadré par Anne-Julia Rollet et Marie-Anne Germaine, était de voir s’il existait une corrélation entre les changements physiques et le ressenti des riverains et usagers, et donc de  confronter la réalité physique du milieu à la perception des personnes interrogées.

Les sites choisis correspondent à des opérations conduites selon des approches assez différentes. Si sur le site du moulin de Ver, seules des mesures préventives ont été mises en place (recépages d’aulnes, mise en place d’enrochements sur la berge au droit de l’ancien seuil …), le site de l’Enfernay a, lui, fait l’objet d’un véritable remodelage. Les berges ont été entièrement retalutées, les chenaux refaçonnés, des enrochements placés sur les berges. Il y a eu également une volonté de valorisation et de pérennisation des usages tels que la randonnée (un GR longe l’Orne sur ce tronçon) et le canoë-kayak.

 

1. Les impacts géomorphologiques

            Pour évaluer les impacts géomorphologiques, nous avons étudié les ajustements de la géométrie en long et en travers du cours d’eau. Pour cela nous avons établi des profils en long. Pour le moulin de Ver, nous disposions de relevés réalisés en 2010 qui nous ont permis de comparer la position de la berge entre 2014 et 2010.

enfernay avant
Le moulin de Ver et son déversoir avant l’opération d’arasement
Octobre 2010 © SIAES
ver avant
Le moulin de Ver après l’opération d’arasement.
23 Mai 2013 © SIAES
enfernay après
Le barrage de l’Enfernay avant l’opération d’arasement
8 Juillet 2010 © F. RENAULT, AESN
enfernay après
Le site de l’Enfernay après l’opération d’arasement
1 Avril 2014, © C. DESVOIES

D’un point de vue géomorphologique, la Sienne, sur le site du moulin de Ver semble avoir retrouvé une pente de la ligne d’eau plus naturelle, avec des écoulements plus diversifiés (présence de faciès d’écoulement de type radier), et la présence de banc de galet est le signe d’un retour de la continuité sédimentaire. Nous avons pu également observer, concernant la géométrie en travers, une reprise de l’érosion latérale dans les zones de concavité. Trois méandres sont concernés par cette reprise de l’érosion, et un en particulier est fortement marqué par celle-ci. En effet, nous avons pu mesurer que le recul de la berge, sur ce méandre, pouvait aller jusqu’à 10 m (carte suivante). L’importance de cet ajustement de la géométrie en travers n’avait pas été prévue par les bureaux d’études.

morpho
Cartographie du recul de la berge concave d’un méandre entre 2010 et 2014
2014 © C. DESVOIES

Concernant l’Orne sur le site de l’Enfernay, celle-ci semble également avoir recouvré des écoulements plus diversifiés. En revanche, ses capacités d’ajustement semblent elles, très limitées, de part non seulement la faible puissance spécifique sur ce tronçon, mais également les aménagements importants, qui contrôlent et limitent les ajustements qui auraient pu avoir lieu.

2. Les transformations paysagères

            Concernant les transformations paysagères, l’objectif était d’identifier l’opinion des riverains sur ces deux opérations d’arasement, d’évaluer quels ont été leurs impacts dans l’appréciation du paysage et sur les différents usages et pratiques du cours d’eau et de ses abords. Pour cela, nous nous sommes d’abord  appuyés sur un travail d’enquêtes de terrain menées auprès de riverains, d’élus, ou d’usagers des cours d’eau en question sur ces sites. Une partie du questionnaire mis en place s’appuie sur des couples photographiques proposant des vues avant et après de chacun des sites : les répondants devaient déterminer quelle configuration ils appréciaient le plus. Dans un second temps, nous avons soumis  la partie du questionnaire reposant sur les photographies à une population de 28 personnes extérieures aux deux sites en leur demandant de choisir celle qui leur semblait la plus agréable.

            Les résultats des enquêtes montrent des avis partagés pour le site de Ver. L’érosion est perçue comme un élément très négatif et décrite comme responsable d’un paysage accidenté, dégradé. L’opération a été mieux accueillie sur le site de l’Enfernay, les avis des personnes interrogées étant ici quasiment tous positifs. Néanmoins, un élément est souvent mis en avant lors des entretiens : le manque de ripisylve. En effet, cette enquête (et dans une moindre mesure, sur le site de Ver également) nous montre que le paysage de rivière le plus apprécié comporte des rives arborées. Ainsi, le débroussaillage total des berges de l’Orne sur le site de l’Enfernay lors de l’opération d’arasement,  rend le paysage moins agréable pour les riverains et usagers. Cependant, ces derniers ont conscience que ce n’est que temporaire (des plantations ont été effectuées) et l’acceptent donc assez bien, et cela est visible lorsque que nous leur soumettons différentes photographies, prises avant et après l’opération, comme nous l’illustre le graphique ci-dessous.

graph1
2014 © C. DESVOIES

Les réponses au  questionnaire à l’attention de personnes étrangères aux sites coïncident avec les réponses données lors des entretiens avec les riverains du site de Ver (les avis semblent là encore mitigés quant aux conséquences de l’opération). En revanche, nous avons pu observer une forte opposition dans l’appréciation du paysage concernant le site de l’Enfernay (graphiques suivants).

En effet, le ressenti des personnes étrangères à ce site est négatif, les personnes perçoivent un site fortement aménagé (la notion d’aménagement étant ici péjorative pour ces personnes) et artificiel. Ainsi, nous pouvons constater l’importance des usages, pratiques et habitudes, dans l’appréciation du paysage. La lecture du paysage  est influencée par les différentes activités pratiquées par les personnes enquêtées. Lorsque les enjeux disparaissent, le jugement est plus esthétique.

graph2
2014 © C. DESVOIES

 En conclusion, l’étude a montré une concordance sur l’impact « érosion », sur le site de Ver, entre les données recueillies et le ressenti des populations, l’importance de l’érosion ayant bien été perçue, même si elle n’est pas analysée de la même façon selon la personne qui l’observe. L’opération est perçue comme satisfaisante sur le site de l’Enfernay, les aménagements semblent correspondre aux attentes des populations locales sur l’idée d’un cours d’eau « naturel » malgré l’importance des aménagements. Néanmoins, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de la qualification d’opération de « restauration » ou de « renaturation » sur ce site, puisqu’aucun processus n’a été restauré, et où, tous les ajustements ont été anticipés et contrôlés afin qu’ils ne puissent  avoir lieu.

Invitation à la première restitution des enquêtes en cours auprès des habitants et usagers de de la Sélune – Histoire et usages des lacs et de la Sélune : Parole aux habitants

L’opération de restauration écologique de la vallée de la Sélune soulève toute une série de questions qui intéressent les Sciences Humaines et Sociales. Il s’agit en effet, contrairement à de nombreux cas d’arasements de barrages outre Atlantique, d’une opération située en contexte rural et qui affecte donc les populations riveraines (essentiellement les 4 cantons de St-James, St-Hilaire, Isigny-le-Buat et Ducey). Le cas de la Sélune, de par les dimensions des ouvrages affectés (36 et 16m de haut), constitue un cas unique pour étudier les enjeux socio-économiques liés aux opérations de restauration écologique des cours d’eau, et plus spécialement aux démantèlements d’ouvrages transversaux en vue de restaurer la continuité écologique des rivières, qui constituent l’opération la plus emblématique mais aussi la plus conflictuelle. Ainsi, dans le cadre du Programme de suivi scientifique de l’opération d’arasement des barrages de la Sélune, un volet (n°4) dit socio-géographique a été intégré afin de compléter les travaux de recherche menés pour suivre les changements dus à l’effacement des barrages. Ce volet propose de se focaliser sur les paysages, usages et représentations.

Depuis quelques mois, l’équipe de géographes (Matthieu Viry, Olivier Thomas, Marie-Anne Germaine) et sociologues (Marie-Jo Menozzi) impliqués dans ce volet a commencé à rencontrer des habitants et usagers de la vallée de la Sélune afin de collecter des témoignages sur la vie au bord de la rivière et des lacs. À l’occasion de la Foire Saint-Macé organisée à Saint-James les samedi 27, dimanche 28 et lundi 29 Septembre 2014, l’ensemble des habitants et visiteurs sont invités à venir partager une première restitution de ces travaux intitulée : « Histoire et usages des lacs et de la Sélune : Parole aux habitants ». Au sein de l’Ecovillage, à côté du stand du Syndicat Mixte du bassin de la Sélune qui présentera des informations sur le déroulement et le calendrier de la vidange du lac de Vezins et les travaux à venir, chacun pourra découvrir plusieurs panneaux retraçant l’histoire de la vallée et des lacs de la Sélune depuis le début du 20ème siècle ainsi que les activités pratiquées le long de la rivière. Les visiteurs découvrir ces travaux mais aussi les compléter de manière interactive.

collage_lacs_cabanes2bis
Inventaire des cabanons, lacs de la Sélune, Septembre 2014. © M. VIRY

 

Mise à jour de l’Observatoire Photographique du Paysage du bassin de la Sélune

Une nouvelle mission photographique a été menée cet été (août 2014) pour compléter l’Observatoire Photographique du Paysage du Bassin de la Sélune. Cette dernière campagne permet de disposer pour la plupart des 88 points retenus de séries photographiques rassemblant les quatre saisons (automne 2013, hiver 2014, printemps 2014, été 2014). Des missions photographiques plus rapprochées seront menées au commencement de la vidange du lac de Vezins puis des travaux pour suivre les transformations du paysage de la vallée de la Sélune.

Quelques exemples des séries photographiques

Capture2Capture3Capture

Vous pouvez accéder aux séries photographiques en cliquant sur les points disposés sur la carte :

– les points bleus correspondent à des séries anciennes calées sur des clichés antérieurs à 2000 (cartes postales du début du 20ème siècle,s photographies de la vidange de 1993, …)

– les points verts correspondent à des séries débutant au printemps ou à l’automne 2013


Afficher Observatoire Photographique du Paysage du Bassin de la Sélune (Septembre 2014) sur une carte plus grande

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions (thématiques, lieux manquants par exemple) à propos du choix des points en envoyant un mail à cette adresse : oppp.selune@gmail.com