Approche par les Services Ecosystémiques pour la mise en œuvre de la Directive Cadre Eau (ESAWADI) – Exemple de la vallée de la Dordogne

Le projet de recherche ESAWADI (Utilising the Ecosystem Services Approach for Water Framework Directive Implementation) propose sur son site plusieurs rapports de fin de programme dont un sur la vallée de la Dordogne. Cinq organismes de recherche (Asconit Consultants, le Crédoc, Seeconsult, Intersus et IMAR) associés à des partenaires locaux en France (vallée de la Dordogne), en Allemagne (vallée de l’Ems) et au Portugal (estuaire du Mondego) ont travaillé durant deux ans (2010-2012) sur l’utilisation de l’approche par les Services Ecosystémiques (ASE) pour la mise en œuvre de la Directive Cadre Eau.

Dans la vallée de la Dordogne (travaux menés par Élise Catalon dans le cadre de sa thèse en sociologie), l’approche par les services éco-systémiques a été mobilisée pour animer le débat et répondre à des problématiques spécifiques du bassin versant en partenariat avec l’établissement public territorial de bassin EPIDOR et l’Agence de l’eau Adour-Garonne. Le secteur étudié est situé en aval de la chaîne de barrages hydroélectriques installés sur la Dordogne et fonctionnant par éclusées. Les enjeux principaux sont donc :

– la conciliation entre la production hydroélectrique par éclusées et les usages et la protection des milieux

– la restauration de la mobilité de la rivière et ses impacts positifs et négatifs sur les usages

Une première partie du travail mené a consisté à identifier les services éco-systémiques (effectifs et potentiels) pertinents au vue des enjeux posés. Chacun des services a précisément été relié aux caractéristiques et fonctionnalités de l’écosystème qui le conditionnent.  Des schémas très pédagogiques offrent ainsi une vision globale des interactions existantes entre processus écologiques et structure de l’écosystème, et les liens entre ces écosystèmes et les bénéfices que les sociétés peuvent en tirer, soit les services éco-systémique, et enfin les usages associés. Les services retenus sont la « mise à disposition de poissons » (pêche), la « mise à disposition de la ressource en eau » (alimentation en eau potable, irrigation), la « création des conditions pour la pratique d’activités récréatives » (baignade, canoé-kayak) et le « maintien d’une bonne qualité de l’eau » (baignade, alimentation en eau potable). Ce mode de représentation utilisé lors d’ateliers de concertation/participation a la vertu d’exposer une vue d’ensemble des problématiques en jeu tant du point de vue écologique que socio-économique : les liens entre les caractéristiques des écosystèmes et les usages sont clairement révélés.

Selon le même modèle, d’autres organigrammes ont été construits afin de comparer l’offre de services selon que la rivière suive (1) un régime hydrologique naturel, (2) un régime hydrologique perturbé par les éclusées (variations artificielles, brutales et fréquentes des débits liées à l’exploitation des barrages hydroélectriques ; les ouvrages alternent des phases de stockage d’eau dans les retenues et des phases de déstockage pendant lesquelles les turbines sont mises en marche), ou (3) que des actions de gestion soient mises en œuvre. Apparaissent alors les conséquences (négatives comme positives) sur les différents usages de la disparition des crues morphogènes et de la perturbation du transport sédimentaire.

Au-delà de la quantification et de la monétarisation des services rendus par la nature aux sociétés, l’approche par les services éco-systémiques est avant tout intéressante ici comme base de dialogue entre les acteurs dans le cadre d’ateliers de concertation. Cette étude montre que la notion peut aussi être utilisée de manière qualitative : cela offre une meilleure prise en compte des acteurs locaux (plus d’interactions entre les acteurs, participation à l’identification des services éco-systémiques, considération des services culturels plus facile, retrait de l’expert, …) et est certainement plus une démarche plus facilement généralisable (moins coûteuse en temps/moyens qu’une approche quantitative et monétaire qui comporte de nombreuses difficultés méthodologiques). Elle permet de construire une vision globale des enjeux et des mécanismes en jeu. Elle apporte un éclairage sur les liens entre les structures de l’écosystème, les mesures de gestion et les bénéfices obtenus/attendus. L’approche par les services éco-systémiques conduite en partenariat avec les usagers, amenés à s’exprimer sur les services identifiés tout au long de la méthode, se révèle ainsi un outil d’aide à la décision pertinent pour les gestionnaires et acteurs locaux.

Pour consulter le rapport sur l’étude menée sur la Dordogne. Pour d’avantage d’informations : consulter les autres rapports du programme sur le site du projet ESAWADI.

Mise en ligne de l’Observatoire photographique du Paysage du bassin de la Sélune

En partenariat avec l’ANR Reppaval, le Syndicat Mixte du bassin de la Sélune a débuté la mise en œuvre d’un observatoire photographique des paysages du bassin de la Sélune. Il s’agit d’un itinéraire photographique composé de 60 points de vue répartis sur l’ensemble du territoire. Chacun de ces clichés sera reconduit régulièrement. L’objectif est de suivre les transformations du paysage sur le territoire, en particulier en lien avec l’opération de restauration de la Sélune.

La carte ci-dessous répertorie les clichés retenus dans l’Observatoire. En cliquant sur les points, vous pourrez accéder aux séries photographiques : en violet les séries photographiques s’appuyant sur la reconduction de photographies anciennes (cartes postales, fonds privés) et en bleu les séries photographiques qui débutent à l’été 2013.

 


Afficher Observatoire photographique des paysages du bassin de la Sélune sur une carte plus grande

D’où viennent les clichés ?

Le concours photo organisé durant l’été 2013 n’ayant pas permis de collecter suffisamment de photographies, nous avons mené une campagne photographique (plus de 300 clichés).

Une partie des points retenus ont été choisis à partir d’archives (cartes postales anciennes, fonds des archives départementales) qui ont été reconduites dans le cadre du stage de Baptiste Roulet : il s’agit des points violets sur la carte. Les re-photographies de ces photos anciennes montre l’évolution de certains paysages depuis près d’un siècle (voir l’expo organisée à L’Autre Café au printemps 2013).

Une autre partie des points retenus sont donc de nouveaux clichés pris durant le printemps et l’été 2013 : il s’agit des points bleus sur la carte.

Comment ont été choisis les clichés ?

L’ensemble des clichés retenus ont été choisis par les acteurs du territoire lors d’une réunion organisée en septembre 2013 qui a rassemblé des techniciens et chargés de mission des collectivités locales. Cette réunion a conduit à sélectionner 17 clichés anciens qui ont été reconduits et 23 photos nouvelles.

Les photos restantes ont été exposées lors des foires d’automne de Saint-James et de Saint-Hilaire-du-Harcouët (Saint-Macé). Le Syndicat Mixte du bassin de la Sélune a en effet exposé sur son stand un ensemble de panneaux exposant la démarche de l’observatoire. Les visiteurs étaient invités à voter pour les photos qu’ils souhaitaient retenir dans l’observatoire : 120 personnes ont pris part à ce vote. Ainsi, 20 photos supplémentaires ont été intégrées à l’OPP.

2013-09_lessive d'image
Saint-James, Lessive d’image, Septembre 2013. © Roulet B.
2013-09_lessive d'image3
Saint-James, Lessive d’image, Septembre 2013. © MAG
St martin 2013red
Foire Saint-Martin, Septembre 2013. © A. Joué

En cliquant sur l’un des points, vous accéderez aux séries photographiques qui seront progressivement complétées afin d’enregistrer les transformations saisonnières des paysages (un cliché par saison depuis l’été 2013). La partie de l’itinéraire photographique directement concerné par les travaux de restauration de la Sélune – les lacs, les barrages – seront, eux, re-photographiés plus régulièrement (chaque mois voire chaque semaine) dès que la vidange puis les travaux débuteront.

Comment participer à la démarche ?

Nous attendons toutes vos remarques, commentaires et suggestions sur l’observatoire photographique du paysage. Si vous souhaitez participer à la démarche, suggérer d’autres lieux ou thématiques manquantes, ou proposer toute autre initiative, n’hésitez pas à nous contacter.

Un travail mené dans le cadre du stage de baptiste Roulet

Ce travail est principalement issu du stage réalisé par Baptiste Roulet entre avril et septembre 2013 au Syndicat Mixte du Bassin de la Sélune. Encadrée par Aurélie Joué et Marie-Anne Germaine, sa mission a consisté à mettre en place cet observatoire photographique du paysage. En parallèle, il a également mené une enquête auprès des usagers afin de mieux qualifier la fréquentation des lacs. Le poster ci-dessous propose une synthèse des résultats obtenus dans le cadre de ces travaux.

Poster Baptiste
Septembre 2013. © Roulet B.
Cliquer sur le poster pour accéder à une version haute résolution

Portraits de chercheurs

L’institut régional du développement durable (IRD2) a mis en ligne sur son site de nouveaux portraits de chercheurs travaillant sur ces thématiques dans l’Ouest de la France. Ces derniers ont répondu aux questions de l’IRD2 à l’issue de l’atelier consacré à la restauration écologique des cours d’eau organisé le 20 Décembre 2013. Vous accéderez à leurs réponses en cliquant sur les différents liens.

 

Simon DUFOUR sur les services écosystémiques

« Les services écosystémiques sont des bénéfices que les sociétés humaines retirent des milieux naturels et qui vont accroitre leur bien-être« 

Marie-Anne GERMAINE sur les conflits liés aux opérations de restauration écologique

« La base de données que nous avons conçue est un outil pour co-construire une connaissance sur les sites hydrauliques, elle doit permette de désamorcer les conflits inhérents aux projets d’aménagement des ouvrages hydrauliques« 

Laurent LESPEZ sur la restauration physique des cours d’eau

« Le développement durable c’est parvenir à trouver des méthodes pour entretenir les milieux d’une manière qui puisse être assumée par les collectivités sur le long terme …« 

Anne-Julia ROLLET  sur la restauration physique des cours d’eau

« Un bon fonctionnement physique d’un cours d’eau est garant de la mise en place et de l’entretien d’une diversité d’habitats pour de nombreuses espèces tant aquatiques que de bord de cours d’eau«