Enquête en ligne sur les paysages et pratiques de loisirs dans la vallée de la Sélune

En partenariat avec le Syndicat Mixte du Bassin de la Sélune, une enquête est proposée aux habitants et usagers de la vallée de la Sélune. Celle-ci donne la parole aux habitants sur leurs pratiques de loisirs dans la vallée, les paysages et le projet d’arasement à venir.

Ensemble, imaginons une vallée qui vous ressemble.

Rendez vous sur le blog de l’enquête pour compléter le questionnaire en ligne. Exprimez vous !

 

Mise en place d’un observatoire paysager des opérations de restauration de la continuité écologique des cours d’eau en Basse-Normandie

Dans le cadre de son stage réalisé au laboratoire Géophen UMR LETG 6554 CNRS de l’Université de Caen Basse-Normandie dans le cadre de l’ANR Reppaval, Anthime Maille (Master 2 PRO AGIRE, Univ. Caen) a travaillé à la mise en place d’un observatoire paysager des opérations de restauration de la continuité écologique dans le département du Calvados. Cet observatoire a pour objectif de mettre à disposition une base de données exhaustive qui renseigne à la fois sur l’ouvrage, le cours d’eau, le projet de restauration associé. Une dimension encore peu étudiée est ajoutée : les enjeux socio-économiques et paysagers. Ce travail est issu de la collaboration entre le laboratoire Géophen (L. Lespez, A.-J. Rollet), l’ANR Reppaval (M.-A. Germaine) et les structures en charge de la gestion de l’eau en Basse-Normandie (CATER, Agence de l’eau Seine-Normandie) et dans les bassins versants (syndicats de rivière, EPTB, …). Après avoir défini les modalités à renseigner dans la base de données, Anthime Maille a collecté les informations concernant les opérations menées ou à venir (2010-2015) dans le département du Calvados. Les fiches réalisées dans le cadre de son stage seront bientôt mises en ligne sur le site de l’ANR.

Le projet s’est appuyé sur une démarche méthodologique conséquente alliée à un travail d’identification et de caractérisation des projets de restauration, auxquels se sont ajoutées des visites de terrain exhaustives des sites identifiés. La démarche s’appuie sur quatre étapes.

 

Étape 1 : Inventaire des opérations de restauration

Cette première étape consiste à réaliser un inventaire exhaustif des opérations de restauration sur une période d’étude de plus ou moins 2 ans (2011/2015), concernant les ouvrages de type barrage ou seuil, sur le département du Calvados avec possibilité d’extension aux limites des bassins hydrographiques (voir carte ci-après).

Anthime MAILLE © (2013)
Anthime MAILLE © (2013)

Il apparait qu’aucune base de données synthétique n’est disponible pour réaliser cet inventaire. Pour récolter les informations nécessaires, les acteurs directement concernés par la mise en place des opérations ont été rencontrés à différentes échelles. Tout d’abord à l’échelle du département, des rencontres avec la CATER de Basse Normandie et l’Agence de l’Eau Seine-Normandie (AESN) ont permis d’obtenir une vision globale des opérations et projets de restauration. Puis, nous avons pris directement contact auprès des syndicats Mixtes de Bassin et la Fédération de pêche du Calvados, qui sont les acteurs de terrain impliqués à une échelle plus fine dans les projets de restauration.

L’inventaire auprès des différents acteurs a permis de recenser 46 ouvrages répartis sur 37 sites hydrauliques. À la fin du stage (septembre 2013), 13 projets étaient effectivement réalisés.

 

Étape 2 : Mettre en place et renseigner une grille d’inventaire

Cette seconde étape vise à regrouper la multitude d’informations associées à l’ouvrage, au cours d’eau, à l’opération de restauration, ainsi qu’aux enjeux socio-économiques et paysagers. Les modifications après-projet doivent également être intégrées au document.

Un état des lieux des documents déjà produits et accessibles sur les ressources en ligne a initialement été réalisé (exemples français mais aussi puisés dans la littérature grise dans d’autres pays européens). Ce travail a permis de montrer qu’une multitude de productions existe, et ce, à différentes échelles d’inventaire. Il apparait toutefois qu’aucun document ne peut être intégralement réutilisé dans le cadre des objectifs du stage. Une nouvelle grille a donc été produite à partir d’une synthèse des différentes ressources identifiées .

Le document nouvellement construit est formulé autour de trois thématiques :

– la caractérisation de l’ouvrage et son environnement associé,

– l’opération de démantèlement,

– l’après projet.

Les différents items ont majoritairement été renseignés à partir de la collecte des documents préalables à la mise en place des opérations de restauration. Les projets étant tous différents et les documents d’étude adaptés à chaque type d’ouvrage et d’opération de restauration, il apparait que la grille n’est pas renseignée de manière uniforme. Cette information est un résultat à part entière puisqu’elle affiche l’hétérogénéité des documents préalables aux opérations de restauration.

Étape 3 : Réaliser un observatoire paysager des opérations de restauration

Cette troisième étape consiste à réaliser un observatoire paysager des opérations de restauration à partir d’un inventaire des photographies existantes mais également par un travail de collecte de nouveaux clichés in-situ. L’ouvrage et son environnement associé sont au centre de la démarche. De plus, une production cartographique propose une synthèse de la configuration de l’environnement proche de l’ouvrage, de son accessibilité (physique et visuelle) mais également des modifications induites par l’opération de restauration (couvertures du sol, cheminements, …).

L’observatoire paysager s’appuie aujourd’hui sur une collection complète de photographies à laquelle s’ajoutent de nombreux clichés qui ont été obtenus auprès des acteurs ressources. L’outil demande toutefois d’être reconduit de façon à suivre les dynamiques nouvelles suscitées par les projets de restauration récents ou à venir. La cartographie diachronique affiche un constat identique : la plus-value de cet outil apparait avec le temps, notamment en termes de modification paysagère et modification des usages post-projet.

Étape 4 : Synthétiser et valoriser l’information

Cette dernière étape du travail consiste à valoriser les informations collectées sur chaque opération de restauration au sein d’une fiche de synthèse. Les documents produits regroupent de manière homogène les différentes informations collectées et seront prochainement mis à disposition via une ressource internet. Le document produit se présente sous la forme d’une fiche au format recto-verso, qui synthétise l’information à partir d’un rendu sous forme de tableau, cartographies, orthophotoplans et photographies. La fiche sera accessible à partir du site internet de l’ANR REPPAVAL en téléchargement libre. Chaque ouvrage recensé est géolocalisé sur un fond cartographique Google Map, ce qui permet de localiser les différents projets à l’échelle du département.

Bilan

Les différentes composantes du travail proposent aujourd’hui une ressource qu’il est possible d’alimenter par les projets de restauration nouvellement identifiés, mais également d’étendre à la zone d’étude initialement définie par le stage : la région Basse-Normandie. Le travail mené propose ainsi un modèle de suivi possible des opérations de restauration écologique des cours d’eau sur lesquels on dispose de peu de retour d’expérience. Une attention particulière est ici proposée pour fournir un outil de suivi qui intègre des thématiques encore peu étudiées à travers la prise en compte du volet socio-économique et paysager dans la mise en place des opérations de restauration écologique.

poster anthime

Version PDF du poster : Observatoire paysager des opérations de restauration des cours d’eau en basse-Normandie

Journée de restitution du diagnostic socio-économique des sites hydrauliques de la vallée de la Vire

Le Syndicat Mixte de la Vallée de la Vire et le SAGE de la Vire ont organisé le vendredi 6 Septembre 2013 à Saint-Lô une journée d’échanges à l’occasion de la restitution du travail mené par Arnaud CHILOU dans le cadre de son stage au Syndicat Mixte de la Vallée de la Vire. Ce travail encadré par Stéphanie LEGENDRE (SAGE de la Vire) et Marie-Anne GERMAINE avait pour objectif de produire un diagnostic socio-économique des ouvrages hydrauliques du cours principal de la Vire. Les résultats ont pu être présentés à l’ensemble des participants : élus, gestionnaires, riverains et surtout propriétaires de moulins qui ont bien voulu participer à cette étude en accueillant Arnaud sur leur site et en lui fournissant des renseignements pour compléter la grille d’inventaire mise en place. La base de données constituée pour renseigner de manière générique l’ensemble des 62 sites hydrauliques du cours principal de la Vire des sources aux Claies de Vire (la partie aval dans les marais présentant des questionnement très spécifiques n’a pas été intégrée dans l’étude) est compilée dans un catalogue de fiches illustrées qui seront prochainement mises en ligne.

La journée était organisée en deux temps.

La matinée, une soixantaine de participants (élus, propriétaires de moulins et gestionnaires) étaient réunis pour assister à des présentations orales :

– Laurent LESPEZ (Université Paris Est Créteil Val de Marne) : Les dynamiques environnementales des petits cours d’eau bas-normands depuis le Néolithique : Quelles leçons pour aujourd’hui dans le cadre de la DCE ? Voir le diaporama de la présentation de L. Lespez.

– Arnaud CHILOU – Diagnostic socio-économique des sites hydrauliques de la vallée de la Vire

2013-09-06 SAGE Vire (1)
Saint-Lô, 6 Septembre 2013. © MAG

Ci-dessous, sont proposés quelques résultats illustrés dans l’attente de la mise en ligne de l’ensemble de l’étude. Il s’agit des cartes de synthèse produites à l’issue du diagnostic socio-économique sur les 62 sites hydrauliques du cours principal de la Vire : elles proposent un aperçu sur les différents critères renseignés (état de conservation, accessibilité/visibilité, aménagement, intérêt patrimonial et valorisation, compatibilité avec les objectifs fixés par la DCE, usages directement et indirectement associés aux sites hydrauliques) ainsi qu’un carte finale de synthèse qui doit servir de support de dialogue et de réflexion pour les discussions à venir au sein de la CLE dans le cadre du choix de l’élaboration des scénarii du SAGE.

1. État des ouvrages hydrauliques étudiés

2. État de conservation des sites hydrauliques de la Vire

3.  Accessibilité et visibilité des sites hydrauliques de la Vire

4. Aménagement des sites hydrauliques

5. Valorisation et intérêt patrimonial des sites hydrauliques

6.  Compatibilité des ouvrages avec les objectifs fixés par la DCE

7. Usages associés aux sites hydrauliques de la Vire

9. Usages indirectement liés aux sites hydrauliques de la Vire

10. Carte de synthèse

L’après-midi a été consacré à des visites de terrain. Près de trente personnes se sont rendus sur deux moulins des gorges de la Vire – le moulin Neuf de Carville et le moulin de Combray – que leurs propriétaires ont bien voulu faire visiter. Ces moulins présentent un intérêt patrimonial particulièrement intéressant et ont permis d’observer et d’échanger à partir de situations différentes puisque sur le premier le seuil est conservé tandis que les vannages ont disparu sur le second.

 

Moulin Neuf, 6 Septembre 2013. © MAG
Moulin Neuf, 6 Septembre 2013. © MAG
Moulin Neuf, 6 Septembre 2013. © MAG
Moulin Neuf, 6 Septembre 2013. © MAG

 

Moulin de Combray, 6 Septembre 2013. © MAG
Moulin de Combray, 6 Septembre 2013. © MAG
Moulin de Combray, 6 Septembre 2013. © MAG
Moulin de Combray, 6 Septembre 2013. © MAG

Merci à l’ensemble des participants et un grand bravo à Arnaud pour le travail réalisé.

Plus d’infos prochainement sur le site de REPPAVAL et sur le site du SAGE de la Vire. Vous trouverez notamment l’ensemble des relevés de décision pris par le Comité de Pilotage constitué à l’occasion de cette étude ainsi que les grilles de critères utilisées pour construire la base de données.

Journée d’échanges (20 Novembre 2013) / La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux au projet de territoire

Dans le cadre des rencontres chercheurs/gestionnaires organisées par l’Institut régional du Développement Durable (IRD2), la CATER Basse Normandie et le laboratoire Géophen (Université de Caen) proposent une journée d’échanges intitulée « La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux au projet de territoire« .

Celle-ci réunira les promoteurs des opérations de restauration écologique et hydrogéomorphologique des cours d’eau (Onema, Agence de l’au Seine Normandie, DREAL), les maîtres d’ouvrage (élus), les chargés de mission et techniciens de rivière en charge de la mise en œuvre de ces opérations sur le terrain, les structures de gestion (SAGE, syndicats de bassin, …) et des scientifiques. L’objectif est de dépasser les débats actuels en proposant une discussion autour des différentes initiatives qui promeuvent le projet environnemental et se pose la question de son lien avec le développement durable du territoire dans lequel il s’insère.

Le programme prévisionnel de cette journée à laquelle plusieurs membres de l’équipe REPPAVAL participeront est indiqué ci-dessous.

9h30 : Introduction de la journée :

  • Agence de l’eau : contexte, notion de continuité écologique
  • DREAL : point réglementaire
  • ONEMA : les outils de diagnostic actuels

 10h : Introduction de la problématique régionale par la CATER : Premières pistes/propositions: Bilan et constat régional en termes de réalisations maîtrises d’ouvrages, typologie des opérations, etc. Présentation des résultats du sondage réalisé par la CATER auprès des acteurs du territoire. Enjeux et besoins pressentis pour une maitrise d’ouvrage publique non marginale sur les projets de restauration de la continuité écologique des cours d’eau ?

10h15 : Benchmarking international sur les outils et méthodes de diagnostic et de restauration des cours d’eau. Laurent LESPEZ, GEOPHEN

10h30 – 10h45 : Pause

10h45 : Présentation des principaux manques dans la réalisation des diagnostics existants :

  • Évolutions géomorphologiques. Laurent LESPEZ et Anne Julia ROLLET, GEOPHEN
  • Impacts socio économiques des projets de démantèlement et d’aménagement des cours d’eau. M.A. GERMAINE, UMR LAVUE
  • Indicateurs bio physiques : prise en compte de la biodiversité globale de la vallée. Sensibilisation à la diversité de la faune aquatique existante et proposition d’indicateurs concrets d’évaluation des incidences de la restauration de la continuité écologique. (contact en cours)
  • Intérêts et limites de la notion de services éco systémique pour la proposition de différents scénarios de gestion des milieux concernés. Régis BARRAUD, maitre de conférences à l’Université de Poitiers (contact en cours)

12h30 : déjeuner

14h : Visite de terrain

15h : Tables rondes pour déterminer la marche à suivre afin d’intégrer effectivement de nouveaux outils de diagnostic :

Table ronde 1 / Quels critères ajouter au diagnostic ? Mise en place d’un COPIL (scientifique ? Institutionnel ?) pour définir l’ensemble des critères et les modalités de leur prise en compte dans le cadre des « troncs communs » de cahiers des charges préalables aux études qui sont utilisés régionalement

Table ronde 2 / Quelles cibles et quels moyens de communication sur ces nouveaux critères à mettre en place? Organisation d’une journée annuelle de la continuité écologique ?

Pour plus d’infos : consulter le site de l’IRD2 IRD2