Caen retrouve ses rivières : l’Orne et l’Odon à l’honneur dans le cadre du festival « Normandie impressionniste »

Dans le cadre du festival « Normandie impressionniste », Caen organise vendredi 28 juin de 18h à 1h la Nuit impressionnante. Celle-ci est l’occasion de nombreuses et originales animations et manifestations sur le thème de l’eau. On notera en particulier deux évènements complémentaires sur la rivière de l’Odon, qui rejoint l’Orne au niveau de Caen.

Normandie Impressionniste

Le CPIE Vallée de l’Orne propose « Sur les pas des Odons » vendredi 28 Juin à 18h. Cette promenade invite à voir la ville autrement à travers un parcours de 2h du Conservatoire jusqu’au bassin Saint-Pierre retraçant le chemin souterrain des Odons (Réservation : 02 31 30 43 27).

En centre-ville de Caen, l’exposition en plein air « Le chemin des Odons » sera visible jusqu’à fin août. Réalisée par Tristan Jeanne Valès en partenariat avec l’Agence de l’eau, elle propose une matérialisation des cours d’eau souterrains de la ville en suivant une ligne bleue ponctuée d’escales photographiques grand format.

Caen, Promenade du Fort, 26 Juin 2013. © MAG
Caen, Av. de l'Hippodrome, 26 Juin 2013. © MAG
Caen, Av. de l’Hippodrome, 26 Juin 2013. © MAG
IMAG0023
Caen, Rue Quincampoix, 26 Juin 2013. © MAG
IMAG0025
Caen, Rue Quincampoix, 26 Juin 2013. © MAG

L’Orne n’est cependant pas en reste puisqu’elle fait l’objet d’une exposition photo « Un fleuve, l’Orne, de la source à l’estuaire ». Les photographies d’Oliver Mériel seront visibles à l’Abbaye aux Dames du 8 juin au 22 septembre. L’exposition rassemble les clichés réalisés pour une mission photographique menée dans la vallée de l’Orne sur quatre saisons et sur un parcours de 170 km de la source (Aunou-sur-Orne) à l’embouchure (Ouistreham). Ces derniers révèlent les différentes formes de cohabitation entre l’homme et le fleuve.

Olivier Mériel© Olivier Mériel

Par ailleurs, l’association le Dit de l’Eau propose du 4 mai au 21 septembre un voyage en huit promenades-spectacles le long de la rivière aussi bien dans le département de l’Orne que du Calvados. Ces promenades scientifiques, contées et musicales, en journée, au crépuscule ou bien nocturnes, sont autant d’escales au fil de l’eau, entre science et imaginaire en des lieux ayant inspiré de nombreux peintres de la période impressionniste. Voici quelques-unes des balades proposées dans le cadre de Normandie impressionniste : Un soir au bord de l’eau (04/05/2013, à Clécy) ; Des eaux, couleurs du temps (08/06/2013, au Ménil-Jean) ; L’Orne à petits pas ou les caprices d’un fleuve (14/07/2013, à Argentan) ; L’avant-soir (8/08/2013, au Mesnil-Glaise) ; Le Grand cours (10/08/2013, à Caen) ; Du fil au film, une eau (31/08/2013, à Sées) ; Nuits d’étoiles (14/09/2013, à  Hérouville-Saint-Clair) ; Un havre, un quai, un port (21/09/2013, d’Amfreville à Sallenelles). Réservations : 02 31 08 05 84 ou  contact@leditdeleau.fr

Enfin, ce week-end marque également l’inauguration du Musée Eclaté de la Presqu’île de Caen : les 15 œuvres exposées dans des conteneurs dispersés entre Caen et Ousitreham seront visibles gratuitement tout l’été.

MEPIC

© ESAM Caen – Cherbourg, MEPIC

 

Atelier « Art contemporain et pratiques géographiques » à l’ESAM Caen – Changer les regards sur la presqu’île et l’estuaire de l’Orne

L’ESAM (école supérieure d’arts et médias) Caen/Cherbourg a organisé le mercredi 19 Juin 2013 à Caen un premier atelier de recherche dans le cadre du MEPIC (Musée éclaté de la presqu’île de Caen). Le MEPIC est un projet artistique porté par l’ESAM : il s’agit du volet contemporain du Festival Normandie Impressionniste dont la 2ème édition a lieu cet été dans les deux régions. L’exposition consiste en 15 projets d’artistes différents invités à créer une œuvre en résonance avec le traitement du thème de l’eau par les impressionnistes. Ces pièces sont présentées dans 15 conteneurs éparpillés sur le territoire entre Caen et la mer du 28 juin jusqu’au 28 octobre 2013.

Intitulé « Art contemporain et pratiques géographiques : territoires en représentation« , ce premier atelier, organisé par Claire LE THOMAS du laboratoire de l’art et de l’eau de l’ESAM en collaboration avec l’UFR de géographie de l’UCBN et le laboratoire Géophen LETG CAEN UMR 6554 CNRS, avait pour objectif de déplacer/confronter les regards portés sur la nature, le paysage de la presqu’île de Caen, et plus largement le territoire de Caen à l’estuaire de l’Orne à Ousitreham. Artistes et scientifiques ont partagé leurs points de vue et leurs représentations du territoire, de ses héritages et de son devenir.

La journée s’est déroulée en deux temps :

La matinée a été consacrée à une performance artistique déambulatoire (en bus, et à pied) : Dector et Dupuy ont proposé une visite guidée de la presqu’île amenant les participants à porter leur regard sur des détails du paysage jusqu’à la plage de Ousitreham. Ces derniers invitent à s’interroger sur de multiples héritages.

Marie-Anne Germaine
La presqu’île, Caen. 19 Juin 2013. MAG 

Le pont de Calix, Caen. 19 juin 2013. MAG
Le pont de Calix, Caen. 19 juin 2013. MAG
Vue sur l'estuaire de l'Orne, Amfréville, 19 Juin 2013. MAG
Vue sur l’estuaire de l’Orne, Amfréville, 19 Juin 2013. MAG

L’après-midi s’est déroulé en salle autour d’interventions d’artistes participant au MEPIC qui ont pu présenté les œuvres en cours de finalisation (Jonathan Loppin et Ariane Michel) et de géographes proposant pour l’un, un regard informé par le temps long sur l’environnement de la presqu’île et ses projets (Laurent Lespez) et l’autre, une réflexion plus générale sur les rapports entre esthétique et environnement et la nécessité de développer une véritable esthétique environnementale (Nathalie Blanc) :

Laurent LESPEZ – Les possibles et nos représentations, la presqu’île sous le regard de la longue durée [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Jonathan LOPPIN – Sand Memorial, présentation de l’oeuvre réalisée à Ouistreham [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Nathalie BLANC – Esthétique environnementale : quels liens au politique ? [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Ariane MICHEL – Le dernier voyage, présentation de l’œuvre réalisée à Sallenelles [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Deux autres ateliers sont d’ores et déjà prévus en septembre 2013 – « Identités portuaires, les espaces de l’eau » – et en octobre 2013 – « Jeux d’échelles ».

Parution d’un article dans la revue Vertigo : Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’ouest de la France

La revue Vertigo vient de mettre en ligne un numéro hors-série intitulé « Patrimonialiser la nature« . Dirigé par Christine Bouisset et Isabelle Desgrémont, cCelui-ci fait suite au colloque de Pau organisé du 6 au 8 septembre 2011 par le laboratoire SET (Université de Pau et des Pays de l’Adour). Ce numéro regroupe plusieurs articles regroupés autour de quatre thématiques : (1) Institutionnalisation de la nature et territorialisation politique : des dimensions publiques omniprésentes dans le mouvement patrimonial, (2)Quand le patrimoine naturel oppose : de la confrontation des regards aux conflits, (3) Regards non institutionnels : une construction patrimoniale en filigrane et (4) Le public : le grand oublié de la patrimonialisation ?

 

Marie-Anne Germaine et Régis Barraud proposent dans ce numéro un article intitulé « Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France » dont le résumé est repris ci-dessous.

Résumé : Manifestations concrètes de l’évolution récente du cadre réglementaire dans le domaine de l’eau, les projets de restauration écologique, qu’ils se traduisent par des opérations de « désaménagement » d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, se multiplient. Sur le terrain, ces opérations suscitent des réactions divergentes de la part des usagers qui témoignent de la diversité des représentations qu’ils se font de ces paysages et plus généralement de la nature. S’affrontent alors différentes logiques de mises en patrimoine (patrimoine naturel vs patrimoine culturel ; paysage vs biodiversité…). La mise en œuvre de ces projets constitue ainsi une occasion intéressante pour questionner les valeurs et processus qui sous-tendent la défense du patrimoine naturel au fil de l’eau. À partir d’exemples choisis parmi les petites vallées de l’ouest de la France sont identifiées les causes des mouvements de contestation auxquels sont confrontés les gestionnaires, mais aussi la nature des conflits locaux qui opposent les acteurs. Une réflexion est ensuite proposée sur la façon dont sont débattus ces enjeux sur la scène locale à partir de l’analyse des jeux d’acteurs et de la gouvernance des projets étudiés permettant d’interroger la place de l’expert et des discours dominants et de comprendre le rôle des habitants, élus et usagers qui se mobilisent.

Ecological restoration and rivers heritage conservation’s process in western France

Abstract : The adoption of the EU Water Framework Directive and the evolution of French water policy involves a multiplication of ecological restoration projects in all valleys. It concerns dam removal and maintain of wild landscape. At local scale, we observe conflicts which illustrate the diversity of landscape and nature representations. River users defend the preservation of different heritages (natural heritage vs. cultural heritage, biodiversity vs. landscape …). From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, we purpose to identify rivers heritage conservation’s values and process. The study is based on local conflicts analysis and water local governance difficulties.

Actualisation du recueil hydromorphologique de l’Onema

L’Onema a mis en ligne des compléments au recueil d’expérience sur l’hydromorphologie publié en 2009. Parmi celles-ci, on notera 23 nouvelles fiches de retour d’expérience sur des opérations de préservation ou de restauration de cours d’eau dont plusieurs concernent l’Ouest de la France :

effacement du seuil du moulin de Ver sur la Sienne (Manche)

effacement du seuil du moulin du Bourg sur le Vicoin (Mayenne)

Des ajouts sont également proposés dans les parties introductives générales. La notion de services écosystémiques apparait dans l’argumentaire de la restauration. Surtout, sur la démarche, plusieurs ajouts témoignent d’une volonté d’inscrire les interventions techniques de restauration dans une approche intégrée dépassant le site restauré et le cours d’eau pour aller vers l’échelle du bassin versant. L’intérêt d’intégrer les opérations dans le cadre d’un projet de territoire global est également mis en avant.

Sous les pavés, la Dollée : un projet de Land art pour retrouver une petite rivière urbaine à St-Lô

Dans le cadre du festival Les Hétéroclites organisé à Saint-Lô du 19 Mai au 1er Juin dans le vallon de la Dollée,une installation de Land Art invite à retrouver la Dollée, petit affluent de la Vire. Le cours d’eau disparaît à sa sortie du parc du vallon de la Dollée : canalisé, enterré, il ne réapparaît que lorsqu’il se jette dans la Vire? Seuls des rgards sur le souterrain rappellent sa présence. Deux paysagistes, Thibaut Guezais et Alexis Durand Jeanson, en résidence dans les ateliers d’Art Plume, ont installé périscopes et sculptures le long de ce parcours pour souligner la présence souterraine de la rivière …

Des photos sur l’avancé du projet sur le blog du projet « Sous les pavés, la Dollée ».

L’interview des paysagistes (Ouest-France, 30 Mai 2013)

kitd.html5loader(« flash_kplayer_5a80a8993bas »);