Gestion physique des cours d’eau et restauration de la continuité écologique : rétrospective et contexte actuel

Les politiques de restauration écologique des cours d’eau qui soutiennent les opérations de démantèlement des seuils s’inscrivent dans la mise en place d’un nouveau paradigme d’aménagement des cours d’eau que souligne l’évolution récente du contexte réglementaire. Pour comprendre la situation actuelle, il est utile de retracer les étapes clefs qui ont marqué la gestion des cours d’eau en France et dans le monde. Elles sont découpées ici en trois phases principales : (A) l’émergence de la question de la continuité écologique, (B) les prémices d’une gestion « écologique » fondée sur l’hydromorphologie et l’hydrobiologie, (C) nouveau droit, nouvelle doctrine de gestion : une mise en œuvre complexe. Cette rétrospective est commentée dans un article à paraître dans la revue Natures, Sciences, Sociétés (Germaine et Barraud, 2013). Les éclairages internationaux sont indiqués en bleu.

A / Émergence de la question de la continuité écologique

1851 : Circulaire ministérielle du 23 octobre 1851 à laquelle est annexé un règlement d’eau type à respecter comportant la disposition « passe à poisson (elle ne sera appliquée que rarement, sur quelques cours d’eau fréquentés par de grands migrateurs tels que le saumon).

1856 : Le barrage/seuil bonifie la rivière : « Il y a entre une rivière dans son état primitif et une rivière pourvue de barrages la même différence qu’entre la nature brute et la nature cultivée, qu’entre un arbre sauvage et un autre chargé de fruits » (Nadault de Buffon).

1865 : Loi du 31 Mai 1865 qui introduit la possibilité d’aménager des échelles à poissons sur les barrages des usines hydrauliques à la suite d’une enquête instruite par les conservateurs des Eaux et Forêts (Cazeils, 2003). L’usine du Bazacle sur la Garonne à Toulouse est alors déjà équipée d’une passe à poissons. Une première échelle à poissons avait été mise au point par l’écossais Smith en 1837.

1913 : Aux USA, J. Muir perd la bataille contre la construction du grand barrage de Hetch Hetchy (Yosemite). Cette défaite constituera une pierre angulaire de la structuration du mouvement préservationniste et de la lutte contre les barrages. Cet ouvrage fait actuellement l’objet d’un projet de démantèlement.

 

B / Les prémices d’une gestion « écologique » fondée sur l’hydromorphologie et l’hydrobiologie

1980 : Classement « rivières réservées ». Des sections de cours d’eau sont préservées de la construction de nouveaux aménagements hydroélectriques.

1984 : Loi « pêche ». Obligation d’efficacité des dispositifs de franchissement piscicole, obligation d’aménagement d’ouvrages dans les cinq ans qui suivent la publication d’un arrêté « espèces » sur les sections désignées.

Au début des années 1990 : le démantèlement des seuils et barrages commence à s’imposer comme un outil de restauration écologique aux USA et en Australie en particulier.

1992 : Nouvelle loi sur l’eau. Mise en place du paradigme scientifique de la gestion écologique intégrée (Wasson, 1992).

1995/96 : le barrage de Kernansquillec est démantelé dans la vallée du Léguer (Côtes-d’Armor) ; entre 1988 et 2007 cinq ouvrages sont supprimés dans le bassin de la Loire.

2000 : le rapport de la Commission Internationale des Grands Barrages reconnaît le démantèlement comme une option envisageable.

 

C / Nouveau droit, nouvelle doctrine de gestion : une mise œuvre complexe

2000 : La Directive-cadre européenne sur l’Eau consacre l’idée de la rivière « infrastructure écologique » fournissant des aménités. L’atteinte du bon état écologique est conditionnée par la restauration des processus hydromorphologiques. En France, Stroffek et Piégay formalisent la notion de « gestion physique ». Voir le document de présentation du Ministère de l’écologie et du développement durable.

2004/05 : Etude de diagnostic des masses d’eau (DCE). Le compartiment hydromorphologique et l’incidence des seuils deviennent des éléments majeurs de l’expertise institutionnelle (Agence de l’eau, Conseil Supérieur de la Pêche puis Onema, Fédération de Pêche, etc.).

2006 : Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA). Elle rénove l’organisation institutionnelle de la gestion de l’eau (création de l’Onema) et se dote d’outils en vue d’atteindre en 2015 l’objectif de « bon état » fixé par la DCE et de reconquérir la qualité écologique des cours d’eau (continuité écologique, obligation d’un débit minimum imposé au droit des ouvrages hydrauliques). Voir le document de synthèse sur les ambitions de la Loi.

2007 : Le règlement européen « Anguille » : 1 600 ouvrages (seuils pour la plupart) sont ciblés pour un aménagement prioritaire. Voir le rapport de mise en œuvre du plan de gestion anguille du Ministère de l’écologie et du développement durable.

2009 : La loi de programmation du Grenelle de l’environnement fixe des objectifs de restauration de la continuité écologique par la mise en place des Trames Vertes et Bleues. L’engagement 114 du Grenelle (restauration des continuités pour les écosystèmes d’eau douce) indique des objectifs précis. Ainsi, ce sont plus de 2 000 ouvrages qui devront être « traités » d’ici fin 2015 dont environ 1 200 d’ici fin 2012.

2009 : Le lancement du Plan National de Restauration de la continuité écologique s’accompagne de l’annonce symbolique de la suppression des barrages de Vezins et de la Roche qui Boit sur la Sélune (Manche). Voir le communiqué de presse et le dossier préparé par l’Onema sur la restauration des cours d’eau.

2010 : Circulaire du 25 janvier 2010 qui précise les modalités de mise en œuvre par l’État et ses établissements publics du plan d’action de restauration de la continuité écologique. Attaquée en Conseil d’État par les associations de riverains et de sauvegarde du patrimoine, elle fait l’objet en 2012 d’une mission d’expertise conduite par le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable.

2010 : L’Onema met en ligne un recueil d’expériences françaises de démantèlement et d’aménagement d’ouvrages (seuils).

2010 : Le Ministère du Développement Durable signe une Convention d’engagements pour l’hydroélectricité durable en cohérence avec la restauration des milieux aquatiques, avec les représentants des élus, les producteurs d’hydroélectricité, les associations et fondations de protection de l’environnement, les associations pour les énergies renouvelables et l’association des pêcheurs professionnels en eau douce.

2010 : L’Onema publie un manuel d’hydromorphologie réalisé par J.-R. Malavoi et J.-P. Bravard.

2012 : Le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable rend son rapport sur la mise en œuvre concrète du Parce (Plan d’actions pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau). Le diagnostic se concentre sur la problématique des moulins, et sur les problèmes de gouvernance. 

Parution d’un ouvrage collectif sur les hydrosystèmes continentaux européens confrontés aux différentes lois sur l’eau

L’ouvrage « European Continental Hydrosystems under changing water policy » dirigé par G. Arnaud-Fassetta, E. Masson et E. Reynard rassemble 28 contributions qui font suite au Colloque « Hydrosystèmes continentaux et territoires européens confrontés aux différentes lois sur l’eau » organisé par la commission « Hydrosystèmes Continentaux » du CNFG et l’Institut de Géographie de l’Université de Lausanne en juillet 2011 à Sion (Valais, Suisse). Cet ouvrage est organisé en 4 sections (cf. sommaire ci-dessous) qui proposent une synthèse des recherches géographiques sur les les différentes lois sur l’eau et leurs impacts en matière de gestion des ressources environnementales et plus spécialement hydrologiques à la fois sur le plan méthodologique et conceptuel. Les nombreuses études de cas en France, Suisse, Portugal, Roumanie, Espagne et Royaume-Uni proposées montrent comment la recherche en géographie peut contribuer à l’application des lois européennes sur l’eau, la DCE tout particulièrement.

Cinq contributions sont proposées par des membres de l’équipe de l’ANR Reppaval (cf. sommaire ci-dessous).

Couverture Ouvrage

Sommaire_1Sommaire_2

Un aperçu des articles en français.

Environmental dynamics of small rivers in Normandy (western France) since the Neolithic era. What lessons for today in the context of the European Water Framework Directive ? Laurent LESPEZ, Vincent VIEL, Jean-Michel CADOR, Marie-Anne GERMAINE, Cécile GERMAIN-VALLEE, Anne-Julia ROLLET et Daniel DELAHAYE

Les dynamiques environnementales des petits cours d’eau bas-normands (Ouest de la France) depuis le Néolithique. Quelles leçons pour aujourd’hui dans le cadre de la Directive Cadre Européenne sur l’eau ? Les recherches pratiquées dans les vallées normandes depuis une dizaine d’années révèlent la forte mobilité des paysages et des environnements fluviaux depuis le Néolithique. Cette mobilité a d’abord eu des causes naturelles liées à l’évolution du climat et de la couverture végétale. Il faut attendre les trois derniers millénaires pour que le développement des activités agro-pastorales affecte suffisamment les bassins versants pour que les dynamiques alluviales changent profondément. Mais alors, les transformations engendrées sont durables et entrainent une véritable métamorphose des systèmes fluviaux. Les fonds de vallées humides aux écoulements divagants et en grande partie boisés des époques antérieures deviennent des espaces atterris où méandrent des cours d’eau de faible énergie. C’est dans ce contexte déjà profondément anthropisé que prennent place les aménagements hydrauliques à partir de l’époque gallo-romaine. Ceux-ci se généralisent au cours de l’époque médiévale et achèvent de transformer le fonctionnement hydrosédimentaire des cours d’eau bas-normands. A la fin du XVIIIe siècle, on comptait en moyenne un moulin tous les 1300 m de cours d’eau, alors qu’il subsiste encore aujourd’hui 1350 km canaux de drainage et de biefs dédoublant les rivières pour un linéaire total de cours d’eau raisonnablement exploitable (i. e., d’ordre > 2, Strahler) de 5250 km, soit 1 km construit pour 4 km de linéaire de rivière. De plus, la densité des aménagements (buse, abreuvoir, berge construite ou aménagée, etc.) sur les linéaires non construits est telle qu’il apparaît clairement que le réseau hydrographique contemporain est en grande partie artificialisé. Il est le fruit de la combinaison d’une transformation longue des bassins versants et d’une histoire plurimillénaire d’aménagements plus ou moins lourds liés à une combinaison complexe d’usages hydrauliques. La perspective du temps long des systèmes fluviaux amène d’abord à s’interroger sur la notion de « renaturation » des cours d’eau qui s’impose souvent comme le principe dominant du désaménagement contemporain et sur les conditions du rétablissement de la « continuité écologique ». Les systèmes fluviaux qui servent de référence à ces opérations n’ont pas toujours été présents et ils ne sont pas forcément le résultat de dynamiques « naturelles ». Par ailleurs, la faible connaissance que nous avons aujourd’hui des systèmes fluviaux de faible énergie des petites rivières de l’ouest de la France rend difficile la mise en place de pratiques de gestion basées sur la notion de service écologique. Au final, elle souligne que l’ampleur de la tâche qui reste à accomplir pour comprendre avec précision les systèmes sur lesquels on souhaite intervenir massivement et le temps imparti apparaissent incompatibles. Contentons-nous de gérer des lits fluviaux hérités, anthropisés, artificialisés afin de maintenir différentes fonctions (écologiques, d’agrément, etc.). C’est déjà un beau et difficile projet !


Creation of an observatory of sediment transfers in Lower Normandy hydrosystems (western France) in the context of the European Water Framework Directive application. Vincent VIEL, Anne-Julia ROLLET, Daniel DELAHAYE, Laurent LESPEZ et Jean-Michel CADOR

Création d’un observatoire des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes bas-normands (France de l’Ouest) dans le contexte d’application de la Directive Cadre Européenne sur l’eau. La quantification et la caractérisation des transferts hydrosédimentaires constituent aujourd’hui des enjeux majeurs, non seulement en termes de connaissance du fonctionnement des hydrosystèmes mais également pour la gestion des milieux et de leurs ressources naturelles. En effet, les conséquences associées à ces transferts peuvent être catastrophiques pour les écosystèmes continentaux et aquatiques, la biodiversité ainsi que les populations lorsqu’ils s’accompagnent de transfert de polluants, d’inondation ou de pollution, autant de problématiques cruciales pour la préservation et la restauration de la ressource en eau et sols qui sont aujourd’hui une des priorités environnementales des pouvoirs publics (Loi sur l’Eau, Directive Cadre sur l’Eau). De nombreuses études scientifiques ont été menées au cours des années passées sur la quantification et l’analyse des dynamiques des transferts sédimentaires. Cependant, les hydrosystèmes de faible énergie (< 15 W/m2), caractéristiques d’un large quart NW de la France, apparaissent peu documentés. De plus, ces études ne s’interrogent que rarement sur l’origine et les modes de transfert des sédiments dans le bassin-versant. En effet, réalisées en règle générale sur les principaux systèmes fluviaux ou aux exutoires de petits bassins versants de quelques km², ces mesures permettent difficilement l’analyse des dynamiques et les transferts d’échelles internes au bassin-versant. Il s’agit pourtant de problématiques fondamentales qui doivent permettre d’orienter les actions de gestion dans les bassins versants sur les zones les plus problématiques. C’est pourquoi, pour aller au-delà du fonctionnement « en boîte noire » du bassin-versant et comprendre le rôle de l’emboîtement des échelles sur les dynamiques spatiales et temporelles des transferts sédimentaires, le laboratoire GEOPHEN a fait le choix de mettre en place un observatoire des transferts sédimentaires dans les hydrosystèmes bas-normands qui s’appuie sur le suivi du bassin-versant de la Seulles (450 km²), représentatif des hydrosystèmes observés en Basse-Normandie. L’objectif de cet observatoire est d’identifier, à l’aide de bilans quantitatifs et qualitatifs, les différentes sources sédimentaires dans le bassin-versant ainsi que les dynamiques temporelles de ces transferts au cours de l’année hydrologique. Ainsi, en vue de l’application de la Directive Cadre sur l’Eau, cet observatoire permettra de focaliser les actions de gestion des transferts sédimentaires sur les points les plus problématiques de ces hydrosystèmes. Cet article présente les différentes méthodes mises en place pour identifier et quantifier l’origine des sédiments au sein du bassin-versant de la Seulles. Deux sources sédimentaires sont ainsi envisagées : les processus de ruissellement érosif dans les parcelles agricoles et la remobilisation de stocks hérités par érosion de berge. La mise en place d’un réseau de mesure haute fréquence des transferts de sédiments est utilisée comme outil de contrôle par l’aval de la contribution des sources sédimentaires préalablement quantifiées.


River groynes along the Armorican Loire River (France) : river responses and local resident reactions. A sociogeographical landscape reading as a complement for ecological engineering. Hervé DAVODEAU, Régis BARRAUD, Nathalie CARCAUD, David MONTEMBAULT et Claire PORDOY


Socio-spatial stakes when implementing footpath easements : the case of the Erdre River banks (France). Nicolas ROLLO, Régis BARRAUD et Etienne CHAUVEAU


Defining and achieving good water status : expert rule versus local participation. Case studies on dam removal in western France. Régis BARRAUD et Marie-Anne GERMAINE

Définir et atteindre le bon état des eaux : du dire d’experts aux paroles d’usagers des vallées. Le cas des opérations de démantèlement d’ouvrages hydrauliques dans l’ouest de la France. Plus de 60 000 ouvrages hydrauliques équipent encore les cours d’eau du territoire métropolitain. Dans l’ouest de la France, un abondant patrimoine hydraulique composé de seuils et de barrages témoigne de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension (ordres 2 à 6 selon la classification de Strahler) pour la production d’énergie, la navigation ou encore la mise en valeur agricole des fonds de vallées. Or, l’ambivalence des préconisations concernant la gestion de cette hydraulique ordinaire pose la question du devenir de ces héritages et des paysages associés. L’évolution de la législation sur l’eau (Directive cadre européenne sur l’eau, DCE, 2000 ; Loi française sur l’eau et les milieux aquatiques, LEMA, 2006) remet en effet en cause ces ouvrages considérés comme des obstacles à la continuité écologique et à l’atteinte du bon état des masses d’eau tandis que, dans le Grenelle de l’environnement, le législateur encourage le développement de l’hydroélectricité dans le cadre de la promotion des énergies renouvelables. Localement, la multiplication des projets de renaturation génère par ailleurs une mobilisation sociale importante et des conflits qui soulignent l’importance des enjeux liés à la gestion des vallées. Ce premier constat nous a conduits à nous interroger sur l’évolution des modèles de gestion des rivières et vallées du nord-ouest de la France.

La gestion de ces vallées se situe à une étape charnière liée à la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Ce système n’est pas encore totalement remplacé et plusieurs nouveaux modèles sont proposés. Leur analyse met en exergue des confrontations complexes d’acteurs aux usages et intérêts divergents mais aussi de fortes oppositions entre niveaux de décision (Barraud et Ménanteau, 2009). La compréhension des enjeux au centre desquels se trouvent les vallées nécessite de mobiliser une démarche systémique et de faire appel à des champs disciplinaires variés afin de rendre compte des multiples dimensions impactées par ces projets de restauration écologique. Appuyé sur l’étude des vallées de l’ouest de la France (Le Cœur et Gautier, 2005 ; Lespez et al., 2005 ; Barraud, 2007 ; Germaine, 2009 ; Lespez, 2011), cet article propose un état des lieux et des pistes de réflexion pour la mise en œuvre de projets de rivières conciliant problématiques écologiques et gestion locale des territoires. L’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Nous mettrons ensuite celui-ci en regard de deux modèles, le modèle historique de la rivière aménagée et le modèle émergent et importé de la « rivière sauvage ». Leur confrontation permettra de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

 

Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE (à paraître dans la revue Natures Sciences Sociétés)

L’article intitulé « Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE » va paraître dans le 3ème numéro de l’année 2013 de la revue Natures Sciences Sociétés. Rédigé par Marie-Anne Germaine et Régis Barraud, celui-ci  traite des enjeux liés à la gestion de l’abondant héritage constitué des seuils, barrages et chaussées de moulins, témoins de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension dans l’Ouest de la France. L’article s’interroge sur l’étape charnière dans laquelle se situe aujourd’hui la gestion des vallées en lien avec la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Deux grands modèles de patrimonialisation semblent s’affronter : l’un envisage ces héritages, le moulin à eau et les infrastructures hydrauliques qui lui sont associés (seuils, biefs, vannes) en particulier, comme une ressource à conserver dans le cadre de la valorisation des paysages de vallées tandis que l’autre les considère comme un obstacle au bon fonctionnement des corridors écologiques. Dans ce modèle,  les cours d’eau et zones humides associées sont envisagées comme des infrastructures naturelles linéaires. Dans un premier temps, l’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Celui-ci est ensuite mis en regard du modèle techniciste de la rivière aménagée et du modèle écologique émergeant. Leur confrontation permet enfin de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de rivières partagées. Voir le résumé ci-dessous.

Résumé : Les nouvelles lois sur l’eau entraînent une multiplication des opérations de restauration écologique des cours d’eau. Qu’ils se traduisent par le désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, ces projets suscitent localement des oppositions et conflits qui témoignent de la diversité des usages et représentations de ces espaces. L’analyse des alternatives proposées au modèle de la rivière aménagée conduit à s’interroger sur les décalages entre les préconisations des services de l’État et les attentes exprimées par les populations locales. À partir de l’étude d’opérations achevées ou en cours dans les petites vallées de l’Ouest de la France, des pistes de réflexion pour une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et économiques sont proposées pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

Mots-clés : environnement ; gouvernance ; cours d’eau ; restauration écologique ; ouest de la France

Are the small valleys of Western France are only natural infrastructures? The management models in the test of WFD

Abstract: Since the adoption of the EU Water Framework Directive in 2000, all European waters have to achieve good ecological status by 2015. Water policy strengthening involves a multiplication of river basin management plans, even river restoration projects, at local scale. In France, the Minister of Environment promotes a dam removal policy in order to restore ecological continuity of rivers. It concerns medium dams and small weirs which were associated with mills but a part of them continue to be used to produce electricity. In the same time, rivers and valleys landscapes have a renewal of interest which entails multiple expectations linked to the valorization of rivers amenities which can be in contradiction with environment problematic. At local scale, we observe conflicts which illustrate water local governance difficulties. From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, the purpose of this paper is to throw light on different ways and goals of water management. If the regulated river is obsolete, how are going to evolve rivers between ecological issues – “wild rivers” – and social attempts – “living rivers” –?

Key-words: environment; governance; river; ecological restoration; north western France

Mars 2013 – Dernier volet du Schéma de développement durable de la Vallée de la Sélune (plan d’actions)

Une Commission Locale d’Information a été organisée le 29 Mars 2013 à Isigny-le-Buat afin de présenter l’avancement des études commandées par les services de l’Etat en vue de l’arasement des barrages hydroélectriques du Sud Manche.

Outre l’étude portant sur les inondations et l’étude sur les sédiments présentées par les services de l’Etat, cette réunion a été l’occasion pour le cabinet Etheis de restituer publiquement le dernier volet du Schéma de développement durable de la vallée de la Sélune auquel ont participé plusieurs chercheurs de l’équipe (Marie-Anne Germaine, Laurent Lespez). L’étude débutée en 2011 avait pour objectif de proposer des axes majeurs de reconversion de la vallée. Les documents produits dans cette phase qui suit le diagnostic (rendu début 2012) constituent une boite à outils à disposition des acteurs locaux pour construire le projet définitif de la future vallée de la Sélune. Le plan d’actions se compose de plusieurs documents : un plan d’actions global (stratégie), 50 fiches actions reprenant les grands axes identifiés (gouvernance et conception globale ; accessibilité ; itinérance ; patrimoine ; sports et loisirs nature ; gestion piscicole et pêche ; hébergement et restauration ; Mazure) et déclinées en scénarii d’ambitions plus ou moins fortes, un récapitulatif du plan d’actions et une estimation budgétaire. La stratégie repose sur plusieurs grands principes :

–          Reconquérir une qualité environnementale du territoire en particulier pour la qualité de l’eau sur le bassin versant et la qualité paysagère pour refonder une identité locale cohérente avec les « Gorges »

–          Construire une nouvelle image, attractive et génératrice de fréquentation

–          Rendre les « Gorges de la Sélune » facilement et durablement accessibles à tous

–          Développer des activités de loisirs et de tourisme autour d’une diversité d’offres répondant à une économie plurielle durable et conforter les activités économiques existantes

–          D’aujourd’hui aux Gorges de demain impliquer les acteurs locaux et la population dans une démarche de co-construction du projet

La délicate et urgente question du portage a ensuite été abordée par le Préfet de la Manche devant les élus locaux. L’Etat, qui a pris la décision d’arasement des barrages de la Roche-qui-Boit et de Vezins, assumera l’opération d’effacement mais n’imposera pas de projet. A défaut de porteurs locaux, l’Etat s’engage donc seulement à réaliser l’arasement. Afin d’éviter cette situation peu favorable au développement local de la vallée de la Sélune, une solution tripartite associant l’Etat représenté par le Préfet de la Manche, le Pays de la Baie du Mont Saint-Michel et le Syndicat Mixte du bassin de la Sélune est proposé par le Préfet. Ces deux structures légitimes et compétentes sur des domaines complémentaires (économie, tourisme pour le Pays ; eau et environnement pour le Syndicat Mixte du bassin de la Sélune) constitueraient les maitres d’ouvrages principaux auxquels pourraient s’ajouter d’autres porteurs sur des actions ponctuelles. A l’issue de la Commission Locale d’Information, la gouvernance de la vallée de la Sélune reste en suspens.