Colloque Walphy

La restauration hydromorphologique des cours d’eau : premiers enseignements du projet LIFE WALPHY

Dans le cadre de la phase finale du projet LIFE WALPHY, co-financé par l’Union européenne et qui a pour but de concevoir un outil d’aide à la décision pour la restauration hydromorphologique des masses d’eau en région wallonne, les Universités de Liège (Laboratoire d’Hydrographie et de Géomorphologie Fluviatil) et de Namur (Unité de Recherche en Biologie Environnementale et Evolutiv) et la Drection des Cours d’Eau Non Navigables (DCENN) organisent un colloque du 15 au 17 octobre 2013 à Namur.

 

Le colloque a plusieurs objectifs :

– favoriser un échange d’informations entre gestionnaires, scientifiques, autorités compétentes et riverains

– confronter l’expérience wallonne du projet WALPHY avec celle d’autres spécialistes de la restauration des cours d’eau.

Quelles sont aussi les conclusions des suivis scientifiques et de l’impact de ces travaux sur la biodiversité de la rivière ? Quels outils méthodologiques pourrons-nous produire suite à ce projet-pilote ?

Les communications orales mettront en évidence des cas concrets de restauration avec suivi pour en tirer des enseignements utiles à la mise au point d’un outil d’aide à la décision pour les gestionnaire.

Pour plus d’infos : voir le site du colloque.

Offre de stage au Syndicat Mixte du bassin de la Sélune à partir de mars/avril 2013

Titre du stage : Mise en place d’un observatoire paysager dans le cadre de l’effacement des barrages hydroélectriques de la vallée de la Sélune

Direction du stage : Aurélie JOUE (directrice), Syndicat mixte du bassin de la Sélune ; Marie-Anne GERMAINE (Maitre de Conférences en Géographie, Université Paris Ouest Nanterre La Défense, UMR LAVUE 7218 CNRS)

Pour accéder à la fiche du stage : 2013_STAGE Sélune

 

Contexte.

Dans le cadre des objectifs d’atteinte du bon état écologique des masses d’eau fixés par la DCE, l’Etat a annoncé en Novembre 2009 l’arasement des barrages hydroélectriques de Vezins et de la Roche qui Boit. Les hauteurs respectives (36 et 16 m) de ces ouvrages situés sur la partie aval de la Sélune (Manche) confèrent un caractère inédit à l’échelle européenne à cette opération de démantèlement. Outre la restauration écologique du cours d’eau, le Ministère a souhaité que cette opération soit exemplaire et « constitue un véritable plan de mise en valeur de la vallée » visant « l’excellence environnementale tout en intégrant les facteurs de développement locaux ». Cette opération va profondément transformer le paysage de la vallée mais aussi les pratiques des riverains et usagers. Encore insuffisamment prises en compte dans les projets de restauration écologique, ces dimensions paysagère et socio-économique jouent un rôle fort dans l’appropriation du projet d’effacement des barrages à l’échelle locale. Par ailleurs, dans le cadre d’une évaluation globale des programmes de restauration écologique, il semble opportun de mettre en place un suivi spécifique permettant d’évaluer en aval la réussite du projet sur le plan paysager et socio-économique. Ce stage se déroulera dans la phase avant commencement des travaux (vidange prévue en 2014) : il sera l’occasion de mettre en place des outils participatifs permettant d’impliquer la population locale (habitants, usagers, scolaires, …).

 Objectifs de la mission

 L’objectif du stage est de mettre en place un protocole de suivi des transformations qui affecteront la vallée suite aux travaux de restauration aussi bien sur le plan paysager que des pratiques spatiales (usages, fréquentation). Le début de la vidange étant programmé pour 2014, il s’agit de profiter de la période avant travaux pour dresser un état des paysages et des pratiques en cours dans la vallée avant suppression des barrages et mettre en place une méthode reproductible pour suivre les changements.

  1. Il s’agit donc dans un premier temps de dresser un état actuel des paysages de la vallée et en particulier du tronçon en gorges qui sera le plus directement affecté par l’opération de restauration. Pour cela, on s’appuiera sur la méthode des observatoires photographiques de paysage qui consiste à collecter des clichés le long d’un itinéraire photographique précis qui pourront être reconduits selon des intervalles de temps variables (saison, année).
  2. En parallèle, des enquêtes seront menées auprès de certaines catégories d’usagers dont les activités sont menacées par la disparition des lacs : les pêcheurs (carpistes en particulier) et les propriétaires de cabanes/résidences sur les rives des lacs de Vezins et de la Roche qui Boit. Il s’agit de mieux cerner les attentes de ces acteurs.

Enfin, cette mission comportera un volet consacré à la mise en place d’une démarche participative visant à impliquer les populations locales dans le projet de restauration et de revalorisation de la vallée de la Sélune. En lien avec l’élaboration de l’observatoire photographique, un concours photo accompagné d’un court questionnaire sera adressé aux habitants de la vallée. D’autres outils et méthodes pourront être mobilisés pour alimenter l’observatoire photographique (collecte de clichés anciens privés, …) et sensibiliser les riverains de la Sélune (concours de dessins auprès des écoles, expositions des données collectées, …).

 Contexte institutionnel du stage

Cette offre de stage s’inscrit dans le cadre du projet de recherche REPPAVAL«Représentations de la nature et des paysages dans les petites vallées de l’ouest de la France face aux projets de restauration écologique » (Resp. R. Barraud, Univ. Poitiers et M.-A. Germaine, Univ. Nanterre) qui fait l’objet d’un financement ANR. Inscrit dans le cadre de l’évolution récente du contexte réglementaire (DCE, LEMA, …), ce projet a pour objet l’analyse des enjeux socio-spatiaux liés à la mise en œuvre des politiques publiques de restauration écologique des cours d’eau. Il doit contribuer à proposer des diagnostics complémentaires aux approches environnementales permettant de réintégrer les dimensions sociale et temporelle dans les projets de gestion. Ce programme associe des chercheurs (géographes surtout mais aussi une paysagiste et un historien des sciences) de l’Ouest de la France (Poitiers, Caen, Angers, Rennes et Nanterre). L’étudiant stagiaire sera intégré à cette équipe et participera aux différentes réunions et séminaires de travail programmés.

 Profil recherchÉ

Niveau requis Master 2 (ou 1)

Formation/Compétences en géographie et SIG.

– Goût du terrain

– Intérêt pour les milieux humides et la gestion de l’environnement

– Compétences en techniques d’enquête

– Maîtrise de l’outil SIG

– Capacité de synthèse

– Intérêt pour l’outil photographique

– Permis B et véhicule personnel obligatoires

 Conditions matérielles du stage

 – Le stage couvre une durée de 5 à 6 mois (à partir de mars/avril 2013).

– L’étudiant sera accueilli dans les locaux du syndicat mixte du bassin de la Sélune à Saint-James (Manche) où il bénéficiera de tous les équipements nécessaires à la réalisation de son travail de recherche (bureau, logiciels…).

– Il sera appuyé dans ses travaux par les enseignants chercheurs du programme REPPAVAL (http://reppaval.hypotheses.org/) en particulier l’équipe de l’Université Caen Basse-Normandie.

– Il touchera une indemnité de stage correspondant aux grilles officielles en vigueurs.

– Les frais de missions seront pris en charge.

 

Candidature

 Envoyer une lettre de motivation et un CV à marie-anne.germaine@u-paris10.fr

Le recrutement du stagiaire se fera suite à un entretien.

Vidéos du colloque « Patrimonialiser la nature : valeurs et processus » (Pau, 2011)

En attendant la publication prochaine sous forme d’articles dans diverses revues, vous pourrez voir l’ensemble des communications orales présentées au colloque « Patrimonialiser la nature : valeurs et processus » organisé à l’Université de Pau en septembre 2011. Cette manifestation ouverte aux chercheurs des sciences sociales et humaines avait pour but d’explorer le processus de patrimonialisation de la nature dans sa composante géographique. Ce sont en particulier les processus d’appropriation patrimoniale mis en œuvre par les groupes d’acteurs et les valeurs mobilisées à cette fin qui sont questionnés (voir programme et appel).

Plusieurs travaux de l’équipe REPPAVAL ont pu être présentés à cette occasion :

La mise en patrimoine de la nature en question : les conflits liés aux opérations de restauration écologique dans les petites vallées de l’Ouest de la France (Marie-Anne GERMAINE et Régis BARRAUD)

Mots-clés : Vallée, Continuité écologique, Patrimoine hydraulique, Renaturation, Représentations

Résumé : Les petites vallées de l’Ouest de la France constituent un terrain d’étude privilégié des enjeux liés à une mise en patrimoine croissante de la nature. Qu’ils se traduisent par des opérations de désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, les projets de « renaturation » se multiplient en effet dans ces espaces dans le cadre de l’évolution récente du contexte réglementaire (DCE, LEMA, Plan national de restauration de la continuité écologique des cours d’eau, Grenelle de l’environnement, Trames vertes et bleues, …). Les gestionnaires se trouvent alors confrontés à la nécessité d’articuler deux formes de patrimonialisation des vallées : la première caractérise une phase de reconquête des paysages de rivières abandonnés ou bouleversés par les grands travaux d’aménagement hydraulique tandis que la seconde, plus récente et fondée sur l’amélioration de la biodiversité, tend à instituer la vallée comme infrastructure naturelle. Or, sur le terrain, ces projets suscitent des réactions divergentes de la part des usagers qui témoignent de la diversité des représentations de ces paysages et plus généralement de la nature. Le renouvellement et la recrudescence des conflits locaux traduisent en réalité la confrontation de différents modes de patrimonialisation entre groupes d’acteurs (patrimoine naturel vs. patrimoine culturel ; paysage/aménités vs. environnement/biodiversité) mais aussi de communautés (pêcheurs de salmonidés contre pêcheurs locaux ; écologistes pour la biodiversité vs. écologistes pour l’énergie renouvelable ; …). La mise en oeuvre des projets de restauration écologique constitue ainsi une occasion intéressante pour questionner les valeurs et processus qui sous-tendent la défense du patrimoine naturel au fil de l’eau. A travers des exemples normands (Sélune, Touques), sud-armoricains (Sèvre Nantaise, Thouet) et bretons (Léguer), il s’agira d’identifier les causes des mouvements de contestation auxquels sont confrontés les gestionnaires mais aussi la nature des conflits locaux qui opposent les acteurs. Une réflexion sera ensuite proposée sur la façon dont sont débattus ces enjeux sur la scène locale à partir de l’analyse des jeux d’acteurs et de la gouvernance des projets de restauration écologique étudiés afin d’interroger la place de l’expert et des discours dominants et de comprendre le rôle des habitants, élus et usagers qui se mobilisent pour lutter contre ou pour des projets de restauration écologique ou de mise en défens de section de vallées.

Patrimonialiser la nature et les paysages : contradictions et paradoxes au sujet des épis de la Loire armoricaine (Hervé DAVODEAU et Claire PORDOY)

Mots-clés : Patrimonialisation, Nature, Paysages, Représentations, Loire

Résumé : Dans le lit mineur de la Loire entre Angers et Nantes, 700 « épis » destinés à améliorer la navigation ont été implantés entre la fin du 19ème siècle et les années 1920. Ces ouvrages sont aujourd’hui accusés d’être responsables de l’abaissement de la ligne d’eau et de ses effets négatifs sur le recul de la biodiversité et la stabilité des ouvrages d’art. En vue de restaurer la morphologie du fleuve et les milieux humides qui lui sont associés, une opération de remodelage des épis a été expérimentée en 2010 sur un tronçon d’une 10aine de kilomètres. Cette action a été engagée par Voies navigables de France (maîtrise d’ouvrage) dans le cadre du Plan Loire Grandeur Nature (2007-2013).

La communication propose d’analyser le processus de patrimonialisation en l’appliquant à un « objet » distinct de la nature : les paysages. Si cette distinction peut et doit être argumentée d’un point de vue théorique, les deux termes sont étroitement associés dans les pratiques aménagistes. La patrimonialisation des paysages repose aussi bien sur des valeurs esthétiques que naturalistes : autrement dit, la nature est une valeur du paysage, même si elle est une valeur parmi d’autres et même si les paysages ne sont pas « naturels ». A l’inverse, la valeur patrimoniale de la nature peut être justifiée au regard de l’organisation des paysages et de leurs fonctionnalités (celle d’habitat pour les naturalistes ou celle de connectivité pour les écologues du paysage). L’objectif de la communication est donc de penser l’articulation des processus de patrimonialisation de la nature et des paysages. La démarche prend pour objet les épis de Loire. L’objet choisi ne relève a priori ni du patrimoine naturel (les épis sont des ouvrages de navigation) ni du patrimoine paysager (ils ne cadrent pas avec les représentations dominantes produites depuis et avec l’inscription du Val de Loire au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 2000). La méthode s’appuie sur une campagne d’enquêtes auprès des riverains et usagers du fleuve qui sera réalisée au printemps/été 2011 dans le cadre d’un programme de recherche sur les Patrimoines et dynamiques paysagères de la vallée de la Loire (PATRA 2010-201212). L’objectif est de confronter les pratiques sociales et les représentations locales associées aux épis afin de dépasser/compléter la démarche d’ingénierie écologique privilégiée par les aménageurs. L’hypothèse retenue est que le déclassement des épis de navigation (fonction initiale désormais révolue) et surtout l’expérimentation récente de remodelage (qui amorce peut-être à plus long terme une politique de déconstruction des ouvrages) sont susceptibles d’enclencher un nouveau regard patrimonial sur ces objets spécifiques (identitaires ?) de la Loire armoricaine. Ce cas d’étude est particulièrement pertinent pour comprendre l’articulation des processus de patrimonialisation de la nature et des paysages car l’opération de remodelage relève d’une politique de renaturation du fleuve (de désaménagement) qui alimente le modèle de la « Loire sauvage » renforcé par l’inscription du Val de Loire au Patrimoine Mondial (catégorie des « paysages culturels évolutifs et vivants »…) ; La section de la Loire des épis soumise au remodelage et incluse dans ce périmètre de reconnaissance patrimoniale est donc un terrain idéal pour évaluer les catégories d’action du patrimoine naturel et du patrimoine culturel qui légitiment l’action publique mais dont la distinction porte bien des paradoxes et contradictions.

 

L’Europe ensauvagée : émergence d’une nouvelle forme de patrimonialisation de la nature ? (Régis BARRAUD)

Résumé : L’annonce de ce colloque pose le postulat suivant : « le patrimoine naturel est [ainsi] sorti de la dimension wilderness, rendant de plus en plus floues la limite entre nature et culture […]». Il est incontestable que le patrimoine naturel déborde aujourd’hui cette dimension, mais a-t-elle totalement disparue ? Plusieurs exemples signalent que la volonté de préserver voire de restaurer une « nature sauvage » est toujours présente. On l’a retrouve aussi bien dans les discours et actions issus de la mobilisation associative (ONG, associations nationales et locales de protection de l’environnement) qu’au coeur de certaines politiques publiques. L’écologie est elle-même toujours traversée par le débat sur la valeur du « sauvage », sur l’intérêt et la possibilité de maintenir / de restaurer des espaces à haut niveau de naturalité. À la suite, d’Yves Luginbühl (2001) et de Raphael Larrère (2005) on peut constater l’émergence de nouveaux modèles paysagers indicateurs de la diversification des regards sur les paysages et de l’évolution de la demande sociale de paysage et de nature. Parmi ces modèles émergents, il semble que l’esthétique et les valeurs associées à la nature sauvage connaissent une certaine montée en puissance. Cette tendance peut participer à la consécration du modèle « pittoresque écologique » (Luginbühl, ibid.). Le développement du regard «informé » par la science écologique et l’ingénierie associée (la restauration écologique) peut expliquer l’émergence de modèles nourris par l’esthétique du « sauvage » (Fel, 2009). En France, les débats scientifiques récents sur les représentations de la nature et sur l’éthique environnementale renouvellent le questionnement de la catégorie « nature sauvage » (Larrère, 2008 ; Blanc et Lolive, 2009). D’une manière complémentaire aux réflexions théoriques générales on peut identifier de véritables partisans de la nature sauvage. Le plus emblématique est sans doute l’écologue Jean-Claude Génot (1998, 2003) qui examine avec un regard critique les pratiques conventionnelles de gestion de la nature. Enfin, concrètement plusieurs initiatives portées par des associations et / ou des institutions publiques semblent exprimer la volonté d’une reconquête d’espaces de nature sauvage à l’échelle européenne (Wild Europe Initiative, Rewilding Europe, PanParks, Mountain Wilderness Europe). À l’échelle française la construction d’une alternative à la gestion classique des milieux naturels est aussi à l’oeuvre à travers les projets des réseaux « forêts sauvages » et « rivières sauvages » (WWF). Cette communication a pour objectif de faire le point sur ce renouvellement des idées et des actions de patrimonialisation de la nature qui valorisent l’imaginaire du sauvage,   prônent la préservation de la spontanéité des processus biophysiques et le maintien / la reconquête d’espaces à haut niveau de naturalité. À partir de l’analyse d’exemples de préservation variés (forêts, montagnes, cours d’eau), il s’agira de comprendre ce mouvement protéiforme. Il conviendra d’évaluer son degré de filiation avec le wilderness nord-américain, de mettre au jour les représentations de la nature et les stratégies d’appropriation de l’espace qu’il sous-tend. Partant de l’analyse d’initiatives portées par le monde associatif, nous chercherons à repérer l’intégration de cette nouvelle forme de patrimonialisation de la nature sauvage dans la mise en œuvre de politiques publiques de gestion des milieux naturels.

Accéder à l’ensemble des vidéos du colloque.

Forum dédié aux barrages de la Vire sur Ouest-France

Le quotidien régional Ouest-France propose régulièrement à ses lecteurs de s’exprimer sur des questions d’actualité dans la rubrique « Forums » de son site Internet. Les lecteurs bas-normands de l’édition Saint-Lô peuvent ainsi depuis quelques jours donner leur opinion sur les menaces qui pèsent sur les barrages de la Vire.

Question proposée par Ouest-France :

Les barrages de la Vire sont menacés. Qu’en pensez-vous ?

Les microcentrales électriques de la Vire sont menacées. Les barrages plus imposants de la Sélune, dans le sud-Manche aussi. Certains pêcheurs sont pour, d’autres contre. Et vous?

Quelle rivière pour nous demain ? (SAGE de la Vire, Manche-Calvados)

Le Syndicat Mixte du Val de Vire (structure en charge du SAGE de la Vire) a organisé en 2009 avec l’AAPPMA de Saint-Lô une journée intitulée « Quelle rivière pour nous demain ? » sur le thème de la reconquête des milieux aquatiques de qualité et des impacts sur les usages. Le film de la journée et les présentations sont disponibles sur le site du SAGE.

Les diaporamas des présentations sont à consulter sur le site du SAGE :

– La rivière, un milieu vivant. Corinne FORST (Direction générale de l’ONEMA)

Principales interventions humaines et dysfonctionnements associés. Laurent BOYER (membre de l’AAPPMA de Saint-Lô)

Vers plus de renaturation. Stéphane WEIL (Directeur de la CATER Basse-Normandie)

La Vire, un cours d’eau fortement modifié ? Stéphanie LEGENDRE (Animatrice du SAGE de la Vire)

Evolution historique des usages des ouvrages fluviaux, cas d’un cours d’eau bas-normand. Virginie MOREAU (Animatrice du SAGE de l’Orne)

Renaturation : effets sur les habitats et les populations piscicoles. Arnaud RICHARD (Ingénieur de l’ONEMA)

Renaturation : effets sur les pratiques de pêche. Jean-Paul DORON (Président de la Fédération Départementale pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique de l’Orne.)

Renaturation : effets sur les activités touristiques (patrimoine, halage, canoë). Philippe HAMEL (Chef du service « Développement » du Comité Départemental du Tourisme de la Manche)

Journées des jeunes géomorphologues : session « hydrogéomorphologie des cours d’eau »

Vendredi 10 et samedi 11 Janvier 2013 auront lieu les Journées des Jeunes Géomorphologues à Paris à l’Institut de Géographie.

La quatrième session « Hydrogéomorphologie des cours d’eau » est programmée le samedi 12 janvier de 13h30 à 15h35. Elle sera animée par E. Gautier et G. Melun. Parmi les interventions prévues, plusieurs s’intéressent à la restauration écologique des cours d’eau ou au fonctionnement hydrogéomorphologique de rivières à faible énergie :

– 13h30-13h45 : Laetitia LAIGRE, Gilles ARNAUD-FASSETTA, Emmanuel REYNARD
La dynamique fluviale d’une vallée alpine intra-montagnarde à l’Holocène : l’exemple de la plaine alluviale du Rhône en amont du Lac Léman (Suisse)

– 13h45-14h00 : Stérenn RAMOND, Vincent ROBERT, Emmanuèle GAUTIER, Christelle MARLIN, Véronique DURAND, Gaël MONVOISIN, Aurélie NORET, Marc MASSAULT
Impacts de l’évolution géomorphologique d’un méandre sur le fonctionnement hydrologique actuel de la plaine alluviale : exemple d’un méandre de la Loire moyenne, à Guilly (Loiret, France)

– 14h00-14h15 : Fouzi NABET, Emmanuèle GAUTIER, Stéphane GRIVEL
Étude du réajustement du lit actif en Loire moyenne, bilan géomorphologique et diagnostic du fonctionnement des chenaux secondaires en vue d’une gestion raisonnée

– 14h15-14h30 : Thomas DEPRET, Emmanuèle GAUTIER, Janet M. HOOKE, Delphine GRANCHER
Variabilité spatio-temporelle du charriage sur une boucle de méandre du Cher

– 14h30-14h45 : Vincent VIEL, Daniel DELAHAYE
Dynamiques hydro-sédimentaires d’un cours d’eau ordinaire bas-normand, le cas du bassin versant de la Seulles (Calvados)

– 14h45-15h00 : Marion JUGIE, Frédéric GOB, Déborah SLAWSON, Charles LE COEUR
Réajustements des petites rivières à faible énergie de marges urbaines en Ile-de-France. Aménagements historiques en friche et désaménagements en vue de la restauration écologique

– 15h00-15h15 : Nicolas MAUGHAN
Hydrogéomorphologie et espaces rivulaires des cours d’eau en zones urbaines: état des connaissances et perspectives de recherche

– 15h15-15h35 : Discussions

Organisation : F. Bétard et Y. Le Drezen, Groupe Français de Géomorphologie

L’hydrosystème fluvial : genèse et devenir théorique et opérationnel d’un concept (J.-P. Bravard)

Vous trouverez sur le site du Rés-eau P10 le compte-rendu de l’intervention de Jean-Paul Bravard proposée dans le cadre du séminaire Hydrosystèmes et Hydropolitiques de l’Université de Nanterre le 18 Décembre 2012.

Celle-ci est intitulée « Hydrosystème fluvial : genèse et devenir théorique et opérationnel d’un concept« .