Emission radio sur la petite hydroélectricité : CO2 Mon amour

L’émission « CO2 Mon amour » de D. Cheissoux sur France Inter était consacrée samedi 8 décembre 2012 à la petite hydroélectricité et plus spécialement à son articulation avec les enjeux de restauration écologique. La place des microcentrales posée par la DCE est questionnée : énergie verte ou production marginale ? tradition de l’usage de la force motrice de l’eau ? obstacle à l’atteinte de la bonne qualité des eaux ? Comment concilier bon état écologique des rivières et développement des énergies renouvelables ?

Plusieurs invités sont intervenus : Guy Pustelnik (Directeur d’EPIDOR), Philippe Barran (Directeur du Pôle Eco hydraulique Onema), et Anne Pénalba (Présidente de France Hydro Électricité).

Pour écouter l’émission (à partir de 23’45).

 

Série de reportages sur le label « Rivières sauvages » sur TF1

« Rivières sauvages » est un fonds pour la conservation des rivières sauvages créé en 2011. Soutenu par des ONG comme WWF, SOS Loire Vivante , le Conservatoire National Saumon Sauvage ou  Moutain Wilderness, il a pour ambition de susciter le développement d’une « culture de la nature » inspirée de celle identifiée aux États-Unis, au Québec ou en Irlande afin de protéger efficacement les « dernières rivières naturelles ». Définie comme un « écosystème aquatique au stade climacique » (Rivières sauvages, 2011, p. 22), la « rivière sauvage » se distingue par un label décliné en 3 niveaux fonction de son « degré de naturalité » ou de « sauvagitude » déterminé selon des critères biologiques, hydrauliques, hydrogéomorphologiques et physico-chimiques. Ce modèle s’ancre sur l’idée nord-américaine de wilderness ou idéologie de la nature vierge. Les images associées privilégient des rivières à méandres, voire en tresses, caractérisées par des écoulements rapides sur fond caillouteux et une succession d’habitats variés insérés dans un environnement verdoyant de prairies humides ou de bois. À moyen terme (10/15 ans), la sanctuarisation est clairement reconnue comme un objectif devant concerner près de 10% du linéaire. Dans l’Ouest de la France, cela concerne deux cours d’eau bretons : le Léguer dont les gestionnaires ont demandé le label et l’Ellé identifié comme un site potentiel.

Les reportages diffusés au JT de 13h sur TF1 en Avril 2012.

Vidéo / Le Léguer, un trésor de rivière sauvage :

Vidéo / La rivière du Chéran, perle du massif des Bauges :

Vidéo / Bientôt un label pour les rivières sauvages :

Retours d’expériences sur les opérations de démantèlement d’ouvrages hydrauliques

L’équipe “Normandie” (M.-A. Germaine, L. Lespez, J.-M. Cador) via le laboratoire GEOPHEN participe à l’élaboration du schéma de développement durable de la vallée de la Sélune pilotée par le cabinet ETHEIS Conseil pour la DDTM 50. Suite à l’annonce du démantèlement des barrages de la roche-qui-Boit et de Vezins en novembre 2009, l’obligation de définir  un nouveau projet de territoire et d’accompagner les acteurs locaux dans la reconversion des activités notamment liées au tourisme s’est imposée.

Un rapport de 21 pages présente des retours d’expériences sur les opérations de démantèlement  d’ouvrages hydrauliques est disponible sur le site de la DDTM 50 :

http://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=0CCQQFjAA&url=http%3A%2F%2Fwww.manche.gouv.fr%2Fcontent%2Fdownload%2F7296%2F41875%2Ffile%2FBenchmarking_operations_demantelement.pdf&ei=aK2qUMjaHo2LhQep3YDIDA&usg=AFQjCNF_uMxPRGL-PPOY-_ew5xT9ltqHjg

Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosges (Octobre 2012)

La restauration de la continuité écologique des cours d’eau révélatrices de conflits paysagers. Exemple de l’effacement des barrages hydroélectriques de la Sélune (Manche). Poster présenté par M.-A. Germaine au Festival International de Géographie de Saint-Dié des Vosages, Octobre 2012, thème « Les facettes du paysage ».

Poster FIG 2012