Dépasser l’enjeu piscicole, vers la définition d’une gestion concertée du cours d’eau et de ses berges. L’exemple de la vallée de la Touques (Calvados)

Parution de l’article « Dépasser l’enjeu piscicole, vers la définition d’une gestion concertée du cours d’eau et de ses berges. L’exemple de la vallée de la Touques (Calvados) » de Marie-Anne Germaine dans la revue Géocarrefour : http://geocarrefour.revues.org/8483

Résumé : Le renforcement de la législation dans le domaine de l’eau se traduit localement par la multiplication des projets de restauration des cours d’eau. Contraintes à atteindre le bon état écologique pour 2015, les collectivités assument cette compétence en s’organisant par bassin. Dans le même temps, les paysages au fil de l’eau font l’objet d’un regain d’intérêt qui se traduit par des attentes multiples pouvant se révéler contradictoires avec les problématiques environnementales. A partir de l’exemple de la Touques, valorisée pour le tourisme pêche, un éclairage sur les difficultés de la gouvernance locale de l’eau est proposé. L’analyse des opérations menées et leur confrontation aux discours des usagers conduisent à identifier les facteurs garantissant la mise en place d’une gestion intégrée.

Parution du n° thématique de la revue Vertigo « Fleuves, estuaires et cours d’eau : représentations et pratiques »

Ce riche numéro thématique est à consulter en ligne : http://vertigo.revues.org/11304

Il comprend notamment un article de Régis Barraud :Rivières du futur, wild rivers ?

Résumé de l’article : Depuis le milieu des années 1990, à l’échelle internationale, de nouveaux principes de gestion écologique des cours d’eau sont mis en place. Afin d’améliorer la qualité de l’eau et des milieux aquatiques, il ne s’agit plus uniquement de réduire les flux de pollution, mais d’agir sur la structure même des milieux fluviaux pour rétablir les processus physiques qui orientent la dynamique fluviale. Parmi les actions de restauration écologique les plus emblématiques, l’effacement de barrages et de seuil est une solution de plus en plus mise en avant par les associations environnementalistes, mais aussi par les acteurs institutionnels. La suppression d’ouvrage hydraulique est associée à une « libération » physique et symbolique des cours d’eau. La promotion du démantèlement de barrage semble s’accompagner d’une quête d’un modèle de rivière qui serait plus sauvage. Cet article propose un décryptage du mouvement international de démantèlement de barrage à partir de l’analyse comparée de sa mise en œuvre et de ses implications sociospatiales, entre Amérique du Nord (foyer émetteur) et l’Europe.