Archives de catégorie : Léguer (22)

Parution d’un article dans la revue Vertigo : Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’ouest de la France

La revue Vertigo vient de mettre en ligne un numéro hors-série intitulé « Patrimonialiser la nature« . Dirigé par Christine Bouisset et Isabelle Desgrémont, cCelui-ci fait suite au colloque de Pau organisé du 6 au 8 septembre 2011 par le laboratoire SET (Université de Pau et des Pays de l’Adour). Ce numéro regroupe plusieurs articles regroupés autour de quatre thématiques : (1) Institutionnalisation de la nature et territorialisation politique : des dimensions publiques omniprésentes dans le mouvement patrimonial, (2)Quand le patrimoine naturel oppose : de la confrontation des regards aux conflits, (3) Regards non institutionnels : une construction patrimoniale en filigrane et (4) Le public : le grand oublié de la patrimonialisation ?

 

Marie-Anne Germaine et Régis Barraud proposent dans ce numéro un article intitulé « Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France » dont le résumé est repris ci-dessous.

Résumé : Manifestations concrètes de l’évolution récente du cadre réglementaire dans le domaine de l’eau, les projets de restauration écologique, qu’ils se traduisent par des opérations de « désaménagement » d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, se multiplient. Sur le terrain, ces opérations suscitent des réactions divergentes de la part des usagers qui témoignent de la diversité des représentations qu’ils se font de ces paysages et plus généralement de la nature. S’affrontent alors différentes logiques de mises en patrimoine (patrimoine naturel vs patrimoine culturel ; paysage vs biodiversité…). La mise en œuvre de ces projets constitue ainsi une occasion intéressante pour questionner les valeurs et processus qui sous-tendent la défense du patrimoine naturel au fil de l’eau. À partir d’exemples choisis parmi les petites vallées de l’ouest de la France sont identifiées les causes des mouvements de contestation auxquels sont confrontés les gestionnaires, mais aussi la nature des conflits locaux qui opposent les acteurs. Une réflexion est ensuite proposée sur la façon dont sont débattus ces enjeux sur la scène locale à partir de l’analyse des jeux d’acteurs et de la gouvernance des projets étudiés permettant d’interroger la place de l’expert et des discours dominants et de comprendre le rôle des habitants, élus et usagers qui se mobilisent.

Ecological restoration and rivers heritage conservation’s process in western France

Abstract : The adoption of the EU Water Framework Directive and the evolution of French water policy involves a multiplication of ecological restoration projects in all valleys. It concerns dam removal and maintain of wild landscape. At local scale, we observe conflicts which illustrate the diversity of landscape and nature representations. River users defend the preservation of different heritages (natural heritage vs. cultural heritage, biodiversity vs. landscape …). From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, we purpose to identify rivers heritage conservation’s values and process. The study is based on local conflicts analysis and water local governance difficulties.

Série de reportages sur le label « Rivières sauvages » sur TF1

« Rivières sauvages » est un fonds pour la conservation des rivières sauvages créé en 2011. Soutenu par des ONG comme WWF, SOS Loire Vivante , le Conservatoire National Saumon Sauvage ou  Moutain Wilderness, il a pour ambition de susciter le développement d’une « culture de la nature » inspirée de celle identifiée aux États-Unis, au Québec ou en Irlande afin de protéger efficacement les « dernières rivières naturelles ». Définie comme un « écosystème aquatique au stade climacique » (Rivières sauvages, 2011, p. 22), la « rivière sauvage » se distingue par un label décliné en 3 niveaux fonction de son « degré de naturalité » ou de « sauvagitude » déterminé selon des critères biologiques, hydrauliques, hydrogéomorphologiques et physico-chimiques. Ce modèle s’ancre sur l’idée nord-américaine de wilderness ou idéologie de la nature vierge. Les images associées privilégient des rivières à méandres, voire en tresses, caractérisées par des écoulements rapides sur fond caillouteux et une succession d’habitats variés insérés dans un environnement verdoyant de prairies humides ou de bois. À moyen terme (10/15 ans), la sanctuarisation est clairement reconnue comme un objectif devant concerner près de 10% du linéaire. Dans l’Ouest de la France, cela concerne deux cours d’eau bretons : le Léguer dont les gestionnaires ont demandé le label et l’Ellé identifié comme un site potentiel.

Les reportages diffusés au JT de 13h sur TF1 en Avril 2012.

Vidéo / Le Léguer, un trésor de rivière sauvage :

Vidéo / La rivière du Chéran, perle du massif des Bauges :

Vidéo / Bientôt un label pour les rivières sauvages :