Archives de catégorie : Orne (14, 61)

SECONDE NATURE Nature & renaturation, un aperçu sensible d’une histoire des cours d’eau en mutation

Depuis le mois de juin 2014 une équipe de chercheurs constituée de Camille Prunet (Docteur en esthétique et sciences de l’art), Agnès Villette (journaliste et photographe, agrégée en lettres modernes), Thierry Weyd (artiste, éditeur et enseignant) et Jana Winderen (artiste sonore, curator et biologiste), parcourent régulièrement les rives de l’Orne dans le cadre d’une expérience singulière de recherche initiée à la suite d’une sollicitation par un groupe d’universtitaires géographes.
En novembre 2016 une série d’expositions et de rencontres sur différents sites de la région rendront compte de cette expérience inédite.

Continuer la lecture de SECONDE NATURE Nature & renaturation, un aperçu sensible d’une histoire des cours d’eau en mutation

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils (exemples sur la Sienne et l’Orne)

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils.

Suivi de deux sites en Basse-Normandie : moulin de Ver sur la Sienne (50) et usine de l’Enfernay sur l’Orne (14)

Camille Desvoies a réalisé son mémoire de Master 1 de Géographie à l’Université de Caen durant l’année 2013/2014. Ce travail soutenu en juillet 2014 et encadré par Anne-Julia Rollet (Univ. de Caen) et Marie-Anne Germaine (Univ. de Nanterre) a l’originalité de s’intéresser aux conséquences à la fois géomorphologiques et paysagères de l’arasement de seuils. Alors que l’établissement de suivis post-arasement est très rarement mis en œuvre dans le cadre des opérations de restauration écologique des cours d’eau, Camille Desvoies a choisi d’étudier deux sites bas-normands sur lesquels des opérations de restauration de la continuité écologique ont récemment eu lieu :

– le site du moulin de Ver, sur la Sienne (Manche), arasé en Octobre 2010

– l’usine de l’Enfernay, sur l’Orne, situé sur les communes de Clécy et de Thury-Harcourt (Calvados), sur lequel les travaux ont été achevés en Juin 2013

L’objet de ce travail encadré par Anne-Julia Rollet et Marie-Anne Germaine, était de voir s’il existait une corrélation entre les changements physiques et le ressenti des riverains et usagers, et donc de  confronter la réalité physique du milieu à la perception des personnes interrogées.

Les sites choisis correspondent à des opérations conduites selon des approches assez différentes. Si sur le site du moulin de Ver, seules des mesures préventives ont été mises en place (recépages d’aulnes, mise en place d’enrochements sur la berge au droit de l’ancien seuil …), le site de l’Enfernay a, lui, fait l’objet d’un véritable remodelage. Les berges ont été entièrement retalutées, les chenaux refaçonnés, des enrochements placés sur les berges. Il y a eu également une volonté de valorisation et de pérennisation des usages tels que la randonnée (un GR longe l’Orne sur ce tronçon) et le canoë-kayak.

 

1. Les impacts géomorphologiques

            Pour évaluer les impacts géomorphologiques, nous avons étudié les ajustements de la géométrie en long et en travers du cours d’eau. Pour cela nous avons établi des profils en long. Pour le moulin de Ver, nous disposions de relevés réalisés en 2010 qui nous ont permis de comparer la position de la berge entre 2014 et 2010.

enfernay avant
Le moulin de Ver et son déversoir avant l’opération d’arasement
Octobre 2010 © SIAES
ver avant
Le moulin de Ver après l’opération d’arasement.
23 Mai 2013 © SIAES
enfernay après
Le barrage de l’Enfernay avant l’opération d’arasement
8 Juillet 2010 © F. RENAULT, AESN
enfernay après
Le site de l’Enfernay après l’opération d’arasement
1 Avril 2014, © C. DESVOIES

D’un point de vue géomorphologique, la Sienne, sur le site du moulin de Ver semble avoir retrouvé une pente de la ligne d’eau plus naturelle, avec des écoulements plus diversifiés (présence de faciès d’écoulement de type radier), et la présence de banc de galet est le signe d’un retour de la continuité sédimentaire. Nous avons pu également observer, concernant la géométrie en travers, une reprise de l’érosion latérale dans les zones de concavité. Trois méandres sont concernés par cette reprise de l’érosion, et un en particulier est fortement marqué par celle-ci. En effet, nous avons pu mesurer que le recul de la berge, sur ce méandre, pouvait aller jusqu’à 10 m (carte suivante). L’importance de cet ajustement de la géométrie en travers n’avait pas été prévue par les bureaux d’études.

morpho
Cartographie du recul de la berge concave d’un méandre entre 2010 et 2014
2014 © C. DESVOIES

Concernant l’Orne sur le site de l’Enfernay, celle-ci semble également avoir recouvré des écoulements plus diversifiés. En revanche, ses capacités d’ajustement semblent elles, très limitées, de part non seulement la faible puissance spécifique sur ce tronçon, mais également les aménagements importants, qui contrôlent et limitent les ajustements qui auraient pu avoir lieu.

2. Les transformations paysagères

            Concernant les transformations paysagères, l’objectif était d’identifier l’opinion des riverains sur ces deux opérations d’arasement, d’évaluer quels ont été leurs impacts dans l’appréciation du paysage et sur les différents usages et pratiques du cours d’eau et de ses abords. Pour cela, nous nous sommes d’abord  appuyés sur un travail d’enquêtes de terrain menées auprès de riverains, d’élus, ou d’usagers des cours d’eau en question sur ces sites. Une partie du questionnaire mis en place s’appuie sur des couples photographiques proposant des vues avant et après de chacun des sites : les répondants devaient déterminer quelle configuration ils appréciaient le plus. Dans un second temps, nous avons soumis  la partie du questionnaire reposant sur les photographies à une population de 28 personnes extérieures aux deux sites en leur demandant de choisir celle qui leur semblait la plus agréable.

            Les résultats des enquêtes montrent des avis partagés pour le site de Ver. L’érosion est perçue comme un élément très négatif et décrite comme responsable d’un paysage accidenté, dégradé. L’opération a été mieux accueillie sur le site de l’Enfernay, les avis des personnes interrogées étant ici quasiment tous positifs. Néanmoins, un élément est souvent mis en avant lors des entretiens : le manque de ripisylve. En effet, cette enquête (et dans une moindre mesure, sur le site de Ver également) nous montre que le paysage de rivière le plus apprécié comporte des rives arborées. Ainsi, le débroussaillage total des berges de l’Orne sur le site de l’Enfernay lors de l’opération d’arasement,  rend le paysage moins agréable pour les riverains et usagers. Cependant, ces derniers ont conscience que ce n’est que temporaire (des plantations ont été effectuées) et l’acceptent donc assez bien, et cela est visible lorsque que nous leur soumettons différentes photographies, prises avant et après l’opération, comme nous l’illustre le graphique ci-dessous.

graph1
2014 © C. DESVOIES

Les réponses au  questionnaire à l’attention de personnes étrangères aux sites coïncident avec les réponses données lors des entretiens avec les riverains du site de Ver (les avis semblent là encore mitigés quant aux conséquences de l’opération). En revanche, nous avons pu observer une forte opposition dans l’appréciation du paysage concernant le site de l’Enfernay (graphiques suivants).

En effet, le ressenti des personnes étrangères à ce site est négatif, les personnes perçoivent un site fortement aménagé (la notion d’aménagement étant ici péjorative pour ces personnes) et artificiel. Ainsi, nous pouvons constater l’importance des usages, pratiques et habitudes, dans l’appréciation du paysage. La lecture du paysage  est influencée par les différentes activités pratiquées par les personnes enquêtées. Lorsque les enjeux disparaissent, le jugement est plus esthétique.

graph2
2014 © C. DESVOIES

 En conclusion, l’étude a montré une concordance sur l’impact « érosion », sur le site de Ver, entre les données recueillies et le ressenti des populations, l’importance de l’érosion ayant bien été perçue, même si elle n’est pas analysée de la même façon selon la personne qui l’observe. L’opération est perçue comme satisfaisante sur le site de l’Enfernay, les aménagements semblent correspondre aux attentes des populations locales sur l’idée d’un cours d’eau « naturel » malgré l’importance des aménagements. Néanmoins, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de la qualification d’opération de « restauration » ou de « renaturation » sur ce site, puisqu’aucun processus n’a été restauré, et où, tous les ajustements ont été anticipés et contrôlés afin qu’ils ne puissent  avoir lieu.

L’Orne renaît à l’Enfernay – Vidéo

Vous trouverez ci-dessous une vidéo intitulée « L’Orne renaît à l’Enfernay » produite par l’Agence de l’eau Seine-Normandie et la CATER. Celle-ci revient sur l’opération de démantèlement du barrage de l’Enfernay à Saint-Rémy sur l’Orne supprimé en 2012 : l’ouverture des vannages du barrage, les travaux de suppression de l’ouvrage mais aussi le terrassement du lit mineur qui dessine le nouveau tracé de la rivière et les aménagements et plantations réalisés sur les berges. Ces aménagements ont façonné un nouveau paysage de la rivière.

Le reportage donne également la parole aux différents acteurs concernés : le propriétaire de l’usine de L’Enfernay, les acteurs institutionnels – la Fédération de pêche du Calvados, l’Agence de l’eau Seine-Normandie, l’Onema -, les bureaux d’étude qui sont intervenus sur ce projet, les élus – le maire de Saint-Rémy et le président de la communauté de communes de Suisse Normande et les usagers de la rivière, et notamment kayakistes, avec le responsable de la base de plein air de Pont-d’Ouilly. Une partie d’entre eux sont membres de la Commission locale de l’eau (SAGE Orne). La question de la concertation et de la nécessité de discuter pour trouver des solutions qui conviennent à tous et construire un projet partagé est évoquée à la fin du reportage comme une condition obligatoire pour la réussite du projet par les élus et le responsable de la base de plein air de Pont d’Ouilly.

Caen retrouve ses rivières : l’Orne et l’Odon à l’honneur dans le cadre du festival « Normandie impressionniste »

Dans le cadre du festival « Normandie impressionniste », Caen organise vendredi 28 juin de 18h à 1h la Nuit impressionnante. Celle-ci est l’occasion de nombreuses et originales animations et manifestations sur le thème de l’eau. On notera en particulier deux évènements complémentaires sur la rivière de l’Odon, qui rejoint l’Orne au niveau de Caen.

Normandie Impressionniste

Le CPIE Vallée de l’Orne propose « Sur les pas des Odons » vendredi 28 Juin à 18h. Cette promenade invite à voir la ville autrement à travers un parcours de 2h du Conservatoire jusqu’au bassin Saint-Pierre retraçant le chemin souterrain des Odons (Réservation : 02 31 30 43 27).

En centre-ville de Caen, l’exposition en plein air « Le chemin des Odons » sera visible jusqu’à fin août. Réalisée par Tristan Jeanne Valès en partenariat avec l’Agence de l’eau, elle propose une matérialisation des cours d’eau souterrains de la ville en suivant une ligne bleue ponctuée d’escales photographiques grand format.

Caen, Promenade du Fort, 26 Juin 2013. © MAG
Caen, Av. de l'Hippodrome, 26 Juin 2013. © MAG
Caen, Av. de l’Hippodrome, 26 Juin 2013. © MAG
IMAG0023
Caen, Rue Quincampoix, 26 Juin 2013. © MAG
IMAG0025
Caen, Rue Quincampoix, 26 Juin 2013. © MAG

L’Orne n’est cependant pas en reste puisqu’elle fait l’objet d’une exposition photo « Un fleuve, l’Orne, de la source à l’estuaire ». Les photographies d’Oliver Mériel seront visibles à l’Abbaye aux Dames du 8 juin au 22 septembre. L’exposition rassemble les clichés réalisés pour une mission photographique menée dans la vallée de l’Orne sur quatre saisons et sur un parcours de 170 km de la source (Aunou-sur-Orne) à l’embouchure (Ouistreham). Ces derniers révèlent les différentes formes de cohabitation entre l’homme et le fleuve.

Olivier Mériel© Olivier Mériel

Par ailleurs, l’association le Dit de l’Eau propose du 4 mai au 21 septembre un voyage en huit promenades-spectacles le long de la rivière aussi bien dans le département de l’Orne que du Calvados. Ces promenades scientifiques, contées et musicales, en journée, au crépuscule ou bien nocturnes, sont autant d’escales au fil de l’eau, entre science et imaginaire en des lieux ayant inspiré de nombreux peintres de la période impressionniste. Voici quelques-unes des balades proposées dans le cadre de Normandie impressionniste : Un soir au bord de l’eau (04/05/2013, à Clécy) ; Des eaux, couleurs du temps (08/06/2013, au Ménil-Jean) ; L’Orne à petits pas ou les caprices d’un fleuve (14/07/2013, à Argentan) ; L’avant-soir (8/08/2013, au Mesnil-Glaise) ; Le Grand cours (10/08/2013, à Caen) ; Du fil au film, une eau (31/08/2013, à Sées) ; Nuits d’étoiles (14/09/2013, à  Hérouville-Saint-Clair) ; Un havre, un quai, un port (21/09/2013, d’Amfreville à Sallenelles). Réservations : 02 31 08 05 84 ou  contact@leditdeleau.fr

Enfin, ce week-end marque également l’inauguration du Musée Eclaté de la Presqu’île de Caen : les 15 œuvres exposées dans des conteneurs dispersés entre Caen et Ousitreham seront visibles gratuitement tout l’été.

MEPIC

© ESAM Caen – Cherbourg, MEPIC