Archives de catégorie : Nos travaux / Our works

Les cours d’eau et vallées bas-normandes au fil du temps à travers la presse quotidienne locale (1900-2012)

Julie Montreuil a réalisé un mémoire de Master 1 de Géographie à l’Université de Caen qui avait pour objectif d’analyser comment les articles de presse locale abordent les rivières et plus particulièrement leur gestion. Continuer la lecture de Les cours d’eau et vallées bas-normandes au fil du temps à travers la presse quotidienne locale (1900-2012)

Mise à jour de l’OPP du Bassin de la Sélune

L’Observatoire Photographique du Paysage (OPP) du Bassin de la Sélune a été mis à jour : les clichés pris au cours de l »automne 2014 viennent donc compléter les 88 séries photographiques débutées durant au printemps 2013. Vous pouvez accéder aux séries photographiques en cliquant sur les points disposés sur la carte Continuer la lecture de Mise à jour de l’OPP du Bassin de la Sélune

Le démantèlement des barrages de la Sélune (Manche). Des réseaux d’acteurs au projet de territoire ? – Parution d’un article de M.-A. Germaine et L. Lespez dans la revue Développement Durable et Territoires

Marie-Anne Germaine et Laurent Lespez ont rédigé un article intitulé « Le démantèlement des barrages de la Sélune (Manche). Des réseaux d’acteurs au projet de territoire ? » dans le dernier numéro de la revue Développement Durable et Territoires. Cet article s’appuie sur un état des lieux réalisé au cours de l’hiver 2013/2014 dans le cadre de l’ANR REPPAVAL. Continuer la lecture de Le démantèlement des barrages de la Sélune (Manche). Des réseaux d’acteurs au projet de territoire ? – Parution d’un article de M.-A. Germaine et L. Lespez dans la revue Développement Durable et Territoires

Premières restitutions des enquêtes sur la Sélune à Saint-James et Saint-Hilaire-du-Harcouët

A l’occasion de la foire Saint-Macé de Saint-James (28 au 30 septembre 2014) et de la foire de Saint-Hilaire-du-Harcouët (8 au 11 novembre 2014), l’équipe de chercheurs impliqués dans le suivi socio-géographique du projet d’arasement des barrages de la Sélune a présenté ses premiers résultats. Continuer la lecture de Premières restitutions des enquêtes sur la Sélune à Saint-James et Saint-Hilaire-du-Harcouët

Atelier paysage autour du Moulin Hébert (Vallée de la Vire)

Dans le cadre d’une collaboration initiée entre le Syndicat Mixte de la Vallée de la Vire et le programme de recherche Reppaval, un groupe d’étudiants paysagistes d’Agrocampus Ouest Angers, accompagnés par Stéphanie LEGENDRE (SMVV) Sébastien CAILLAULT (Agrocampus Angers) et Marie-Anne GERMAINE (Université Paris Ouest), a travaillé sur les possibilités d’aménagement paysager de plusieurs sites hydrauliques de la Vire. Ces étudiants inscrits en M1 Paysage ont passé une semaine sur place au mois d’avril où ils ont travaillé sur les sites du Moulin Hébert et de la Chapelle-sur-Vire. Leurs observations ont débouché sur une étude, téléchargeable ci-dessous, qui propose des aménagements alternatifs favorisant la cohabitation entre les différents usagers : riverains, kayakistes, promeneurs… Continuer la lecture de Atelier paysage autour du Moulin Hébert (Vallée de la Vire)

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils (exemples sur la Sienne et l’Orne)

Transformations géomorphologiques et paysagères après l’arasement de seuils.

Suivi de deux sites en Basse-Normandie : moulin de Ver sur la Sienne (50) et usine de l’Enfernay sur l’Orne (14)

Camille Desvoies a réalisé son mémoire de Master 1 de Géographie à l’Université de Caen durant l’année 2013/2014. Ce travail soutenu en juillet 2014 et encadré par Anne-Julia Rollet (Univ. de Caen) et Marie-Anne Germaine (Univ. de Nanterre) a l’originalité de s’intéresser aux conséquences à la fois géomorphologiques et paysagères de l’arasement de seuils. Alors que l’établissement de suivis post-arasement est très rarement mis en œuvre dans le cadre des opérations de restauration écologique des cours d’eau, Camille Desvoies a choisi d’étudier deux sites bas-normands sur lesquels des opérations de restauration de la continuité écologique ont récemment eu lieu :

– le site du moulin de Ver, sur la Sienne (Manche), arasé en Octobre 2010

– l’usine de l’Enfernay, sur l’Orne, situé sur les communes de Clécy et de Thury-Harcourt (Calvados), sur lequel les travaux ont été achevés en Juin 2013

L’objet de ce travail encadré par Anne-Julia Rollet et Marie-Anne Germaine, était de voir s’il existait une corrélation entre les changements physiques et le ressenti des riverains et usagers, et donc de  confronter la réalité physique du milieu à la perception des personnes interrogées.

Les sites choisis correspondent à des opérations conduites selon des approches assez différentes. Si sur le site du moulin de Ver, seules des mesures préventives ont été mises en place (recépages d’aulnes, mise en place d’enrochements sur la berge au droit de l’ancien seuil …), le site de l’Enfernay a, lui, fait l’objet d’un véritable remodelage. Les berges ont été entièrement retalutées, les chenaux refaçonnés, des enrochements placés sur les berges. Il y a eu également une volonté de valorisation et de pérennisation des usages tels que la randonnée (un GR longe l’Orne sur ce tronçon) et le canoë-kayak.

 

1. Les impacts géomorphologiques

            Pour évaluer les impacts géomorphologiques, nous avons étudié les ajustements de la géométrie en long et en travers du cours d’eau. Pour cela nous avons établi des profils en long. Pour le moulin de Ver, nous disposions de relevés réalisés en 2010 qui nous ont permis de comparer la position de la berge entre 2014 et 2010.

enfernay avant
Le moulin de Ver et son déversoir avant l’opération d’arasement
Octobre 2010 © SIAES
ver avant
Le moulin de Ver après l’opération d’arasement.
23 Mai 2013 © SIAES
enfernay après
Le barrage de l’Enfernay avant l’opération d’arasement
8 Juillet 2010 © F. RENAULT, AESN
enfernay après
Le site de l’Enfernay après l’opération d’arasement
1 Avril 2014, © C. DESVOIES

D’un point de vue géomorphologique, la Sienne, sur le site du moulin de Ver semble avoir retrouvé une pente de la ligne d’eau plus naturelle, avec des écoulements plus diversifiés (présence de faciès d’écoulement de type radier), et la présence de banc de galet est le signe d’un retour de la continuité sédimentaire. Nous avons pu également observer, concernant la géométrie en travers, une reprise de l’érosion latérale dans les zones de concavité. Trois méandres sont concernés par cette reprise de l’érosion, et un en particulier est fortement marqué par celle-ci. En effet, nous avons pu mesurer que le recul de la berge, sur ce méandre, pouvait aller jusqu’à 10 m (carte suivante). L’importance de cet ajustement de la géométrie en travers n’avait pas été prévue par les bureaux d’études.

morpho
Cartographie du recul de la berge concave d’un méandre entre 2010 et 2014
2014 © C. DESVOIES

Concernant l’Orne sur le site de l’Enfernay, celle-ci semble également avoir recouvré des écoulements plus diversifiés. En revanche, ses capacités d’ajustement semblent elles, très limitées, de part non seulement la faible puissance spécifique sur ce tronçon, mais également les aménagements importants, qui contrôlent et limitent les ajustements qui auraient pu avoir lieu.

2. Les transformations paysagères

            Concernant les transformations paysagères, l’objectif était d’identifier l’opinion des riverains sur ces deux opérations d’arasement, d’évaluer quels ont été leurs impacts dans l’appréciation du paysage et sur les différents usages et pratiques du cours d’eau et de ses abords. Pour cela, nous nous sommes d’abord  appuyés sur un travail d’enquêtes de terrain menées auprès de riverains, d’élus, ou d’usagers des cours d’eau en question sur ces sites. Une partie du questionnaire mis en place s’appuie sur des couples photographiques proposant des vues avant et après de chacun des sites : les répondants devaient déterminer quelle configuration ils appréciaient le plus. Dans un second temps, nous avons soumis  la partie du questionnaire reposant sur les photographies à une population de 28 personnes extérieures aux deux sites en leur demandant de choisir celle qui leur semblait la plus agréable.

            Les résultats des enquêtes montrent des avis partagés pour le site de Ver. L’érosion est perçue comme un élément très négatif et décrite comme responsable d’un paysage accidenté, dégradé. L’opération a été mieux accueillie sur le site de l’Enfernay, les avis des personnes interrogées étant ici quasiment tous positifs. Néanmoins, un élément est souvent mis en avant lors des entretiens : le manque de ripisylve. En effet, cette enquête (et dans une moindre mesure, sur le site de Ver également) nous montre que le paysage de rivière le plus apprécié comporte des rives arborées. Ainsi, le débroussaillage total des berges de l’Orne sur le site de l’Enfernay lors de l’opération d’arasement,  rend le paysage moins agréable pour les riverains et usagers. Cependant, ces derniers ont conscience que ce n’est que temporaire (des plantations ont été effectuées) et l’acceptent donc assez bien, et cela est visible lorsque que nous leur soumettons différentes photographies, prises avant et après l’opération, comme nous l’illustre le graphique ci-dessous.

graph1
2014 © C. DESVOIES

Les réponses au  questionnaire à l’attention de personnes étrangères aux sites coïncident avec les réponses données lors des entretiens avec les riverains du site de Ver (les avis semblent là encore mitigés quant aux conséquences de l’opération). En revanche, nous avons pu observer une forte opposition dans l’appréciation du paysage concernant le site de l’Enfernay (graphiques suivants).

En effet, le ressenti des personnes étrangères à ce site est négatif, les personnes perçoivent un site fortement aménagé (la notion d’aménagement étant ici péjorative pour ces personnes) et artificiel. Ainsi, nous pouvons constater l’importance des usages, pratiques et habitudes, dans l’appréciation du paysage. La lecture du paysage  est influencée par les différentes activités pratiquées par les personnes enquêtées. Lorsque les enjeux disparaissent, le jugement est plus esthétique.

graph2
2014 © C. DESVOIES

 En conclusion, l’étude a montré une concordance sur l’impact « érosion », sur le site de Ver, entre les données recueillies et le ressenti des populations, l’importance de l’érosion ayant bien été perçue, même si elle n’est pas analysée de la même façon selon la personne qui l’observe. L’opération est perçue comme satisfaisante sur le site de l’Enfernay, les aménagements semblent correspondre aux attentes des populations locales sur l’idée d’un cours d’eau « naturel » malgré l’importance des aménagements. Néanmoins, nous pouvons nous interroger sur la pertinence de la qualification d’opération de « restauration » ou de « renaturation » sur ce site, puisqu’aucun processus n’a été restauré, et où, tous les ajustements ont été anticipés et contrôlés afin qu’ils ne puissent  avoir lieu.

Invitation à la première restitution des enquêtes en cours auprès des habitants et usagers de de la Sélune – Histoire et usages des lacs et de la Sélune : Parole aux habitants

L’opération de restauration écologique de la vallée de la Sélune soulève toute une série de questions qui intéressent les Sciences Humaines et Sociales. Il s’agit en effet, contrairement à de nombreux cas d’arasements de barrages outre Atlantique, d’une opération située en contexte rural et qui affecte donc les populations riveraines (essentiellement les 4 cantons de St-James, St-Hilaire, Isigny-le-Buat et Ducey). Le cas de la Sélune, de par les dimensions des ouvrages affectés (36 et 16m de haut), constitue un cas unique pour étudier les enjeux socio-économiques liés aux opérations de restauration écologique des cours d’eau, et plus spécialement aux démantèlements d’ouvrages transversaux en vue de restaurer la continuité écologique des rivières, qui constituent l’opération la plus emblématique mais aussi la plus conflictuelle. Ainsi, dans le cadre du Programme de suivi scientifique de l’opération d’arasement des barrages de la Sélune, un volet (n°4) dit socio-géographique a été intégré afin de compléter les travaux de recherche menés pour suivre les changements dus à l’effacement des barrages. Ce volet propose de se focaliser sur les paysages, usages et représentations.

Depuis quelques mois, l’équipe de géographes (Matthieu Viry, Olivier Thomas, Marie-Anne Germaine) et sociologues (Marie-Jo Menozzi) impliqués dans ce volet a commencé à rencontrer des habitants et usagers de la vallée de la Sélune afin de collecter des témoignages sur la vie au bord de la rivière et des lacs. À l’occasion de la Foire Saint-Macé organisée à Saint-James les samedi 27, dimanche 28 et lundi 29 Septembre 2014, l’ensemble des habitants et visiteurs sont invités à venir partager une première restitution de ces travaux intitulée : « Histoire et usages des lacs et de la Sélune : Parole aux habitants ». Au sein de l’Ecovillage, à côté du stand du Syndicat Mixte du bassin de la Sélune qui présentera des informations sur le déroulement et le calendrier de la vidange du lac de Vezins et les travaux à venir, chacun pourra découvrir plusieurs panneaux retraçant l’histoire de la vallée et des lacs de la Sélune depuis le début du 20ème siècle ainsi que les activités pratiquées le long de la rivière. Les visiteurs découvrir ces travaux mais aussi les compléter de manière interactive.

collage_lacs_cabanes2bis
Inventaire des cabanons, lacs de la Sélune, Septembre 2014. © M. VIRY

 

Mise à jour de l’Observatoire Photographique du Paysage du bassin de la Sélune

Une nouvelle mission photographique a été menée cet été (août 2014) pour compléter l’Observatoire Photographique du Paysage du Bassin de la Sélune. Cette dernière campagne permet de disposer pour la plupart des 88 points retenus de séries photographiques rassemblant les quatre saisons (automne 2013, hiver 2014, printemps 2014, été 2014). Des missions photographiques plus rapprochées seront menées au commencement de la vidange du lac de Vezins puis des travaux pour suivre les transformations du paysage de la vallée de la Sélune.

Quelques exemples des séries photographiques

Capture2Capture3Capture

Vous pouvez accéder aux séries photographiques en cliquant sur les points disposés sur la carte :

– les points bleus correspondent à des séries anciennes calées sur des clichés antérieurs à 2000 (cartes postales du début du 20ème siècle,s photographies de la vidange de 1993, …)

– les points verts correspondent à des séries débutant au printemps ou à l’automne 2013


Afficher Observatoire Photographique du Paysage du Bassin de la Sélune (Septembre 2014) sur une carte plus grande

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et suggestions (thématiques, lieux manquants par exemple) à propos du choix des points en envoyant un mail à cette adresse : oppp.selune@gmail.com

Compte-rendu et mise en ligne des communications présentées lors de l’atelier sur la restauration écologique des cours d’eau organisé par l’IRD2 en décembre 2013

Suite à la journée d’échanges chercheurs/gestionnaires organisée par l’IRD2 en novembre 2013 intitulée « La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux aux projets de territoire« , l’ensemble des communications présentées ont été mises en ligne.

L’IRD2 propose également sur son site un bref compte-rendu de cette journée à laquelle plus de 50 personnes, principalement des gestionnaires (techniciens de rivière, de bassin, …) ont participé. Les échanges ont permis d’échanger autour de trois questions principales :

  1. Quels outils d’aide à la décision existent ils pour déterminer le projet d’aménagement de cours d’eau le plus adéquat à un endroit donné ?
  2. Quel impact a le démantèlement d’un ouvrage ? Comment déterminer l’impact du démantèlement d’un ouvrage ?
  3. Quels outils a-t-on à disposition pour dimensionner les aménagements des ouvrages ?
IMG_1526-600x300
Hambye, 20 Décembre 2013. © IRD2

Pour consulter les supports PPT présentés par les différents intervenants : aller sur le site de l’IRD2.

0. Introduction de la journée par S. Raous (IRD2)

1. Continuité écologique par T. Biero (DREAL)

2. Contexte réglementaire par A. Berne (AESN)

3. État des lieux et perspectives par S. Weil (CATER)

4. Restauration physique des cours d’eau bas-normands par A.-J. Rollet (Univ. Caen, Géophen) et L. Lespez (Univ. Paris Est, LGP)

5. Diagnostic socio-économique des ouvrages en travers, Exemple de la vallée de la Vire par S. Legendre (SMVV) et M.-A. Germaine (Univ. Paris Ouest, LAVUE)

6. Services éco-systémiques par S. Dufour (Univ. Rennes, COSTEL)

7. Benchmarking international sur la restauration écologique par L. Lespez (Univ. Paris Est, LGP)

8. Retour d’expérience sur la vallée de la Moine par E. Renou (Syndicat de la Moine, Cholet)

IMG_1440-600x300
Hambye, 20 Décembre 2013. © IRD2

Actualisation de l’observatoire photographique du paysage du bassin de la Sélune

Les séries photographiques de l’Observatoire photographique du paysage du bassin de la Sélune ont été complétées au printemps 2014 avec une nouvelle campagne photographique réalisée en mai 2014. Nous avons donc maintenant les quatre saisons représentées pour la plupart des clichés sélectionnés.
Pour plus d’infos sur la démarche de l’OPP : voir les articles précédents.

Comment accéder aux photographies ?

La carte ci-dessous répertorie les clichés retenus dans l’Observatoire. En cliquant sur les points, vous pourrez accéder aux séries photographiques : en violet les séries photographiques s’appuyant sur la reconduction de photographies anciennes (cartes postales, fonds privés) et en bleu les séries photographiques qui débutent à l’été 2013.

Comment participer à la démarche ?

Nous attendons toutes vos remarques, commentaires et suggestions sur l’observatoire photographique du paysage. Si vous souhaitez participer à la démarche, suggérer d’autres lieux ou thématiques manquantes, ou proposer toute autre initiative, n’hésitez pas à nous contacter (marie-anne.germaine[at]u-paris10.fr).

 


Afficher Observatoire photographique des paysages du bassin de la Sélune sur une carte plus grande

Science and Engagement in Water Studies – 3 Juin 2014, Université de Nanterre

A l’occasion de la venue du professeur Alex LOFTUS (Senior Lecturer, King’s College London) comme professeur invité à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, le rés-EAU P10 propose une séance du séminaire Hydrosystèmes et Hydropolitiques intitulée « Science and « engagement » in water studies » le mardi 3 Juin 2014.

Pour plus d’informations voir le programme ci-dessous ou consulter le site du Rés-EAU P10.

science_engagement

Parution de l’article « Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE » dans la revue Natures Sciences Sociétés

L’article intitulé Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE est en ligne depuis le 26 février 2014 sur le site de la revue Natures Sciences Sociétés. Rédigé par Marie-Anne Germaine et Régis Barraud, celui-ci  traite des enjeux liés à la gestion de l’abondant héritage constitué des seuils, barrages et chaussées de moulins, témoins de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension dans l’Ouest de la France. L’article s’interroge sur l’étape charnière dans laquelle se situe aujourd’hui la gestion des vallées en lien avec la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Deux grands modèles de patrimonialisation semblent s’affronter : l’un envisage ces héritages, le moulin à eau et les infrastructures hydrauliques qui lui sont associés (seuils, biefs, vannes) en particulier, comme une ressource à conserver dans le cadre de la valorisation des paysages de vallées tandis que l’autre les considère comme un obstacle au bon fonctionnement des corridors écologiques. Dans ce modèle,  les cours d’eau et zones humides associées sont envisagées comme des infrastructures naturelles linéaires. Dans un premier temps, l’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Celui-ci est ensuite mis en regard du modèle techniciste de la rivière aménagée et du modèle écologique émergeant. Leur confrontation permet enfin de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de rivières partagées. Voir le résumé ci-dessous.

Résumé : Les nouvelles lois sur l’eau entraînent une multiplication des opérations de restauration écologique des cours d’eau. Qu’ils se traduisent par le désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, ces projets suscitent localement des oppositions et conflits qui témoignent de la diversité des usages et représentations de ces espaces. L’analyse des alternatives proposées au modèle de la rivière aménagée conduit à s’interroger sur les décalages entre les préconisations des services de l’État et les attentes exprimées par les populations locales. À partir de l’étude d’opérations achevées ou en cours dans les petites vallées de l’Ouest de la France, des pistes de réflexion pour une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et économiques sont proposées pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

Mots-clés : environnement ; gouvernance ; cours d’eau ; restauration écologique ; ouest de la France

Are the small valleys of Western France are only natural infrastructures? The management models in the test of WFD

Abstract: Since the adoption of the EU Water Framework Directive in 2000, all European waters have to achieve good ecological status by 2015. Water policy strengthening involves a multiplication of river basin management plans, even river restoration projects, at local scale. In France, the Minister of Environment promotes a dam removal policy in order to restore ecological continuity of rivers. It concerns medium dams and small weirs which were associated with mills but a part of them continue to be used to produce electricity. In the same time, rivers and valleys landscapes have a renewal of interest which entails multiple expectations linked to the valorization of rivers amenities which can be in contradiction with environment problematic. At local scale, we observe conflicts which illustrate water local governance difficulties. From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, the purpose of this paper is to throw light on different ways and goals of water management. If the regulated river is obsolete, how are going to evolve rivers between ecological issues – “wild rivers” – and social attempts – “living rivers” –?

Key-words: environment; governance; river; ecological restoration; north western France

Pour citer l’article : GERMAINE, M.-A., BARRAUD, R. (2013) – « Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE », Natures Sciences Sociétés, vol. 21/3, DOI : 10.1051/nss/2014003

Parution du dernier numéro de la revue Norois – La patrimonialisation des paysages de l’eau dans l’Ouest de la France

Le dernier numéro de la revue Norois (n° 228) est consacré à la patrimonialisation des paysages de l’eau dans l’Ouest de la France. Coordonné par Régis Barraud, Claire Portal et Hervé Davodeau, ce numéro propose 8 articles présentant les résultats de travaux menés dans le cadre de deux programmes de recherche conduits dans le bassin de la Loire sur la question du patrimoine : NEOPAT – Nouvelles formes de patrimoine en Pays de la Loire (2010-2012) et PATRA – Patrimoine et trajectoires paysagères des vallées ligériennes (2010-2012).

Norois 228

Plusieurs articles traitent tout spécialement de la mise en patrimoine des paysages de rivières et de vallées ou encore de la place des ouvrages hydrauliques :

Introduction : La patrimonialisation des paysages de l’eau dans l’ouest de la France (Claire Portal, Régis Barraud et Hervé Davodeau)

Les petites vallées des Pays de la Loire. Du paysage pittoresque aux nouvelles interprétations patrimoniales : permanences et tensions contemporaines (Régis Barraud et Claire Portal)

Quel devenir pour les ouvrages hydrauliques installés sur les cours d’eau du bassin de la Maine ? (Jeannine Corbonnois et Wilfrid Tchékpo)

Les épis de la Loire armoricaine, un héritage à la patrimonialité incertaine(Régis Barraud, Nathalie Carcaud, Hervé Davodeau, David Montembault et Claire Pordoy)

 

Lien vers le sommaire du numéro 228 de la revue Norois

Observatoire des opérations de restauration écologique sur les cours d’eau du Calvados

Un observatoire des opérations de restauration écologique des cours d’eau a été construit à l’échelle du département du Calvados (élargi au département de l’Orne pour certains bassins comme la Dives, la Touques ou l’Orne). Celui-ci est issu du travail mené par Anthime MAILLE dans le cadre du stage qu’il a effectué au laboratoire Géophen (Univ. Caen) d’avril à septembre 2013. Il s’agissait de construire une base de données concernant les opérations de restauration de la continuité écologique des cours d’eau menées ou programmées dans les 2 années à venir sur le département du Calvados (suppression ou aménagement de barrages ou de seuils en rivières) de façon à rendre compte des caractéristiques des ouvrages concernés (usages initiaux, époque de construction, type de propriété, …), des travaux conduits (accompagnement paysager, traitement de la végétation, aménagements récréatifs, valorisation patrimoniale, …) et des transformations paysagères enregistrées.

Pour cela, l’ensemble des opérations a été inventoriée. Sur les 56 barrages et 876 seuils figurant pour le département du Calvados au Référentiel National des Obstacles à l’Ecoulement (ROE) produit par l’Onema (voir carte ci-dessous), 36 projets ont été recensés (dont 13 déjà menés) concernant 46 ouvrages (voir carte en bas du billet).

© Anthime MAILLE, 2013
© Anthime MAILLE, 2013

La carte ci-dessous présente l »ensemble des opérations réalisées depuis 2010 (en rouge) ou prévues d’ici 2015 (en bleu). Pour chacune, une fiche de synthèse est disponible en cliquant sur le point correspondant.


Afficher Observatoire de la restauration écologique dans le Calvados sur une carte plus grande

Colloque « Regards croisés sur l’aménagement des cours d’eau », Mulhouse, 21-22 Novembre 2013

Un colloque interdisciplinaire intitulé « Regards croisés sur l’aménagement des cours d’eau » se tiendra à la Fonderie à Mulhouse les 21 et 22 Novembre 2013. Organisé par le CRESAT (Centre de Recherche sur les Economies, les Sociétés, les Arts et les Techniques) de l’Université de Haute-Alsace, cette manifestation scientifique a pour objectif de croiser les différentes approches, de confronter les expériences et les expertises dans le cadre d’une réflexion interdisciplinaire, internationale et diachronique sur l’aménagement au sens large des cours d’eau.

 

Le colloque est organisé autour d’une journée scientifique (21 Novembre) rythmée par plusieurs sessions :

1. L’évolution de l’aménagement des cours d’eau aux époques moderne et contemporaine

2. Les cours d’eau, espaces privilégiés de l’industrie : tensions et stratégies autour d’enjeux socio-économiques

3. Fonctionnements et réajustements hydromorphologiques au cœur de la réflexion sur l’aménagement

4. Nouveaux enjeux de l’aménagement des cours d’eau : renaturation et préoccupations environnementales

 

Cette journée sera suivie par une demie-journée technique (22 novembre) :

1. Communications

2. Table-ronde « Les enjeux techniques et politiques de l’aménagement des cours d’eau en Alsace »

Caroline LE CALVEZ présentera le 21 Novembre une communication intitulée « Aménager, protéger, renaturer : entre conciliation réglementaire et confrontation locale sur le bassin versant de la Seiche (Ille-et-Vilaine) ».

Pour consulter le programme complet du colloque.