Archives de catégorie : Autres billets

Mise en ligne des présentations du séminaire « Restauration écologique des cours d’eau et projet de paysage »

L’équipe a organisée le 1er juin 2015 un séminaire autour des questions de restauration écologique des cours d’eau et de projet de paysage. Celui-ci avait lieu à Cholet et avait pour but de questionner la restauration écologique des cours d’eau par l’angle du paysage et de son projet. Continuer la lecture de Mise en ligne des présentations du séminaire « Restauration écologique des cours d’eau et projet de paysage »

Vidéos témoignages d’usagers à l’occasion des 50 ans de la Loi sur l’eau (AESN)

A l’occasion des 50 ans de la Lois sur l’eau de 1954, l’Agence de l’Eau Seine-Normandie a mis en ligne 10 courts films réalisés avec Jean-Claude Fitoussi. D’un format inhabituel, ces derniers mettent en exergue les témoignages d’usagers des rivières du bassin Seine-Normandie. Voir les films. Continuer la lecture de Vidéos témoignages d’usagers à l’occasion des 50 ans de la Loi sur l’eau (AESN)

Documentaire sur la restauration de deux cours d’eau franciliens par les étudiants de Nanterre et Paris 8

Les étudiants inscrits en 2ème année du Master GEDELO (Université Paris Ouest Nanterre la Défense) et en 1ère année du Master ECCE (Université Paris 8) ont réalisé au cours de leur formation un film documentaire sur la requalification des cours d’eau en franges urbaines d’Île-de-France. Continuer la lecture de Documentaire sur la restauration de deux cours d’eau franciliens par les étudiants de Nanterre et Paris 8

Petite hydroélectricité au Laos pour alimenter les villages isolés

Si le Laos est souvent cité pour l’aménagement de grands barrages hydroélectriques, l’exploitation de la force des rivières s’opère également par de petites installations. C’est le cas à Ban Nalan Neua dans la province de Luang Namtha au nord du pays. Dans ce village, accessible après 3 à 4 heures de marche en montagne depuis les villages situés au bord de la route (Ban Chaleursnouk), l’électricité est fournie par la rivière Nam Ha. Continuer la lecture de Petite hydroélectricité au Laos pour alimenter les villages isolés

Les près baignants – Vidéo sur la vallée de l’Orbiquet

Une jolie vidéo sur les pratiques de baignage des prairies de fond de vallée le long de l’Orbiquet (Pays d’Auge) entre Orbec et Saint-martin-de-Bienfaite. Le film nous propose de découvrir cette pratique datant du 19ème s. qui consiste à détourner l’eau de la rivière par le creusement de rigoles contrôlées par des vannes pour « baigner » les près. Plusieurs fois dans l’année, cette pratique permettait l’apport d’engrais naturels par les eaux de la rivière : plusieurs coupes de foin pouvaient alors être réalisée dans la saison. Le baignage n’est plus pratiqué que par quelques rares agriculteurs aujourd’hui. Les politiques de restauration de la continuité écologique des cours d’eau pose pourraient par ailleurs remettre en cause le maintien des vannages et ouvrages associés à cette pratique traditionnelle.

« Les près baignants » from Aurore Vidéaste Ecologue on Vimeo.

Nature et renaturation : premières explorations d’une équipe de recherche du Laboratoire de l’art & de l’eau (ésam Caen/Cherbourg)

Du mardi 10 au vendredi 13 juin 2014, une équipe de recherche de l’école supérieure d’arts & médias (ésam Caen/Cherbourg), du Laboratoire de l’art & de l’eau, a entamé sa recherche sur les barrages et seuils situés dans la Vallée de l’Orne (Clécy, Saint Rémy, Thury-Harcourt). Cette équipe était composée de deux chercheurs de l’école d’art (Camille Prunet, historienne de l’art, Thierry Weyd, artiste, éditeur) et de deux chercheuses invitées (Agnès Villette, photographe et journaliste, Jana Winderen, artiste). Ces journées ont été consacrées à la découverte physique, architecturale, et historique des sites (quinze seuils et barrages). A cela se sont ajoutées des rencontres et interviews de personnes concernées par le projet ou qui travaillent dessus. Ces témoignages ont permis d’observer la variété, la complexité et la densité des enjeux de ce chantier national. En plus de ce travail d’entretiens, chacun a enregistré, photographié, filmé et noté. Les éléments collectés nourriront la recherche.

Cette semaine de recherche s’est conclue par un concert de Jana WINDEREN et de Thomas KÖNER, le samedi 14 juin dans le cloître du musée d’art, d’histoire et d’archéologie d’Evreux. Cette soirée était organisée par L’ATELIERS, dans le cadre de son festival annuel de musique contemporaine. En amont de cette soirée était organisée à la médiathèque d’Evreux une rencontre publique à propos du « field-recording » et des relations entre création sonore et recherches scientifiques dans le paysage. Les participants à cette conférence étaient Denis BOYER (rédacteur en chef de la revue musicale Fear-Drop), Mike HARDING (directeur du label musical britannique TOUCH, producteur de Jana Winderen) et Thierry WEYD (en tant que chercheur du Laboratoire de l’art & de l’eau pour présenter ce projet).

D’autres visites sur les sites sont prévues puisque le projet « Nature et renaturation : aperçu sensible d’une histoire des cours d’eau en mutation » court jusqu’à la fin de l’année 2016.
Une première restitution des recherches est envisagée au début de l’année 2015.

Cet projet de recherche est financé par l’Ambassade de Norvège, le projet ANR JC REPPAVAL, et l’ésam Caen / Cherbourg. Il a été initié par la rencontre avec les chercheurs de l’ANR JC Reppaval.

Photo Jana Winderen, "a backswimmer in Göta kanal", Sweden, 2011
Photo Jana Winderen, « a backswimmer in Göta kanal », Sweden, 2011

Diagnostic des sites hydrauliques de la vallée du Léguer

Dans le prolongement du travail mené sur les ouvrages hydrauliques de la Vire au printemps 2013, nous avons mené une étude sur les ouvrages hydrauliques de la vallée du Léguer (Côtes d’Armor). Mené en collaboration avec l’association de la vallée du Léguer, ce travail a été conduit par Arnaud CHILOU, ingénieur d’étude dans le programme REPPAVAL.

L’objectif était de produire un diagnostic multi-critères des « sites hydrauliques » installés sur le cours du Léguer (52 sites hydrauliques – une étude similaire est en cours de finalisation sur les sites du Guic) dans le cadre des réflexions sur le rétablissement de la continuité écologique. Il ne s’agit pas ici d’évaluer l’impact des ouvrages sur la continuité écologique ou le bon état de la rivière mais de rendre compte des dimensions sociale, patrimoniale et paysagère des ouvrages mais aussi des usages et pratiques dont ils font l’objet qui restent souvent absentes des diagnostics classiques.

La notion de « site hydraulique » est préférée à celle d’« ouvrage hydraulique ». L’étude ne considère pas les ouvrages hydrauliques (barrages, seuils, chaussées) comme des éléments isolés mais intègre l’ensemble des éléments constituant le paysage associé. Sont donc également pris en compte le(s) bâti(s) (ancien moulin et autres constructions associées) mais également les canaux d’amenée et de fuite, les aménagements anciens ou récents réalisés, les voies d’accès au site et le paysage alentour. Il s’agit de resituer les ouvrages dans leur environnement géographique immédiat afin de bien cerner leurs usages, leurs caractéristiques paysagères et patrimoniales.

Le diagnostic s’est appuyé sur une grille d’évaluation multicritères renseignée par un travail de collecte de données sur le terrain, une rencontre systématique des propriétaires et l’exploitation d’études antérieures. L’objectif est de construire une base de données complète, homogène et géo‐référencée pour l’ensemble des sites. Pour cela, nous avons établi un diagnostic multicritères des sites hydrauliques (patrimoine, usage, paysage…) pour évaluer leur rôle et intérêt, sur la base de critères neutres.

Pour voir les premiers résultats de ce travail : Livret étude léguer_2014

A l’occasion de la Journée des Moulins, ce travail a été présenté au Moulin de Craou Moc’h le week-end du 13 au 15 Juin 2014 (Pluzunet). De nombreux visiteurs ont ainsi pu découvrir le joli site du moulin de Craou Moc’h ainsi que de nombreuses informations sur la vallée du Léguer, ses moulins, sa faune ou encore s’initier à la pêche.

Pluzunet, 15 Juin 2014. © MAG
Pluzunet, 15 Juin 2014. © MAG
Pluzunet, 15 Juin 2014. © MAG
Pluzunet, 15 Juin 2014. © MAG
Pluzunet, 15 Juin 2014. © MAG

 

Portraits de chercheurs

L’institut régional du développement durable (IRD2) a mis en ligne sur son site de nouveaux portraits de chercheurs travaillant sur ces thématiques dans l’Ouest de la France. Ces derniers ont répondu aux questions de l’IRD2 à l’issue de l’atelier consacré à la restauration écologique des cours d’eau organisé le 20 Décembre 2013. Vous accéderez à leurs réponses en cliquant sur les différents liens.

 

Simon DUFOUR sur les services écosystémiques

« Les services écosystémiques sont des bénéfices que les sociétés humaines retirent des milieux naturels et qui vont accroitre leur bien-être« 

Marie-Anne GERMAINE sur les conflits liés aux opérations de restauration écologique

« La base de données que nous avons conçue est un outil pour co-construire une connaissance sur les sites hydrauliques, elle doit permette de désamorcer les conflits inhérents aux projets d’aménagement des ouvrages hydrauliques« 

Laurent LESPEZ sur la restauration physique des cours d’eau

« Le développement durable c’est parvenir à trouver des méthodes pour entretenir les milieux d’une manière qui puisse être assumée par les collectivités sur le long terme …« 

Anne-Julia ROLLET  sur la restauration physique des cours d’eau

« Un bon fonctionnement physique d’un cours d’eau est garant de la mise en place et de l’entretien d’une diversité d’habitats pour de nombreuses espèces tant aquatiques que de bord de cours d’eau« 

Toshio Shibata : un autre regard sur les barrages …

La galerie Polka accueille l’exposition « Toshio Shibata : the Abstraction of Space » du 14 septembre au 26 octobre 2013 à la galerie (12 rue Saint Gilles, Paris 3ème).

Les paysages photographiés par le japonais Toshio Shibata ne proposent ni ciel, ni horizon mais des constructions humaines, des barrages en particulier. A traverse ces images composées de lignes géométriques rendant souvent difficiles la perception de l’espace et presque abstraites, il pose un regard neutre sur ces traces des interventions de l’homme dans la nature.

Toshio Shibata – Nikko City, Tochigi Prefecture, 2008

Toshio Shibata – Nikko City, Tochigi Prefecture, 2008

 

Toshio Shibata – Kamikawa Town, Hokkaido, 2009Toshio Shibata – Kamikawa Town, Hokkaido, 2009

Toshio Shibata – Imabari City, Ehime Prefecture, 2007

Toshio Shibata – Imabari City, Ehime Prefecture, 2007