Archives de catégorie : Actualités scientifiques / Scientific news

Programme du colloque WALPHY (octobre 2013)

Le programme du colloque WALPHY organisé à Namur (Belgique) du 15 au 17 Octobre 2013 est à présent en ligne.

Celui-ci a pour objectif de traiter de la restauration hydromorphologique des cours d’eau. Il sera l’occasion de tirer les premiers enseignements du projet LIFE WALPHY mené en Belgique mais aussi d’entendre des conférences d’experts étrangers.

Les deux premières journées sont consacrées à des communications et posters organisés autour de plusieurs sessions thématiques : (1) reméandration, (2) diversification des habitats, (3) libre circulation écologique, (4) outils méthodologiques.

La dernière journée propose de visiter des sites restaurés dans le cadre du programme WALPHY : (1) diversification des habitats aquatiques sur le Bocq, (2) libre circulation écologique sur le Bocq, (3) reméandrations sur l’Eau Blanche et affluents.

« Au fil de l’eau. Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours » : parution d’un ouvrage collectif sur les enjeux liés à l’eau.

L’ouvrage « Au fil de l’eau Ressources, risques et gestion du Néolithique à nos jours » réunit des textes de chercheurs venant de disciplines diverses (historiens, géographes, archéologues, sociologues, politologues, …) sur les enjeux liés à l’eau. Coordonné par Christèle Ballut et Patrick Fournier, l’ouvrage de 550 pages est articulé autour de trois parties : (1) Les temps de l’eau, (2) Les territoires de l’eau et (3) Le gouvernement de l’eau.

couverture Au fil de l'eau

Résumé de l’ouvrage : À une époque où les enjeux liés à l’eau sont multiples et très sensibles, les travaux scientifiques sur ces questions abondent et l’efficacité du dialogue entre chercheurs, d’une part, et entre chercheurs et gestionnaires, d’autre part, est une priorité (Schneier-Madanes, 2010). L’eau étant par excellence un thème pluridisciplinaire, une gestion efficace suppose d’intégrer les connaissances et de croiser desapproches complémentaires (hydro-logiques, écologiques, géographiques, historiques, socio-économiques et politiques), afin de tenter de concilier des points de vue contrastés et de proposer des réponses adaptées. L’essor des recherches va dans ce sens et permet de mieux appréhender la complexité des formes actuelles d’utilisation et de gestion de l’eau. Toutefois, il ne doit pas occulter des approches historiques de ces mêmes questions fondées sur des études paléoenvironnementales, archéologiques ou textuelles (Burnouf et al., 2004, Beck et al., 2009). Si les réalisations anciennes ne commandent pas forcément les structures actuelles, les mutations technologiques et de nouveaux besoins ayant considérablement modifié les paramètres au cours du temps et les ruptures pouvant l’emporter sur les continuités, il existe des situations héritées et surtout des configurations dans le rapport des sociétés à l’eau qui peuvent se répondre et s’éclairer mutuellement, même dans des contextes géographiques éloignés.

 

Régis Barraud, Laurent LESPEZ, Marie-Anne GERMAINE et Jean-Michel CADOR publient dans cet ouvrage un article intitulé « Moulins à eau et ouvrages hydrauliques, outils de reconstitution et d’interprétation des trajectoires paysagères des fonds de vallées« .

Résumé de l’article :  Les vallées ordinaires (petits cours d’eau, rang de strahler ≤ 6) sont peu étudiées par les géographes en comparaison aux grands organismes fluviaux alors que des enjeux de gestion de l’eau, des milieux et des paysages y convergent. Ces vallées partagent des héritages paysagers qui témoignent d’anciennes formes d’exploitation agricole et industrielle (moulins à eau, ouvrages hydrauliques, dérivations, fossés etc.). Plus particulièrement, la rémanence des moulins à eau et des ouvrages hydrauliques associés constitue un trait de caractère fort de ces espaces. Ces équipements influent sur le fonctionnement actuel des paysages de vallées et l’évolution de leurs représentations sociales. Cet héritage donne aujourd’hui lieu à des projets souvent antagonistes (conservation patrimoniale, désaménagement en vue de restauration écologique, requalification résidentielle, micro / pico hydroélectricité, etc.). Cette contribution mobilise ces objets « moulins » et « ouvrages hydrauliques » afin de  reconstituer et d’interpréter les trajectoires paysagères de ces fonds de vallées (à partir du début du XIXe siècle). Cette approche géohistorique sert de socle à une présentation des enjeux de gestion actuels suscités par ces friches hydrauliques : restauration patrimoniale, démantèlement des ouvrages hydrauliques pour restaurer la fonctionnalité écologique des cours d’eau.

Watermills and weirs: tools used to explain small rivers’ landscape evolutions

Abstract: Small rivers (strahler stream order ≤ 6), rarely studied in comparison to the large ones, share landscaped heritage which shows former forms of agricultural and industrial exploitation. Critical to early economic development, the use of watermills as a tool of production has been progressively marginalized. Weirs and mills remain and are the material and symbolical legacy of the former technical system. Most of them are considered as part of a collective heritage. They are now used for recreational activities (angling, hiking, canoeing), and converted into residence. Recent studies associating geographical and historical approaches, using “watermills” and “weirs” as indicators, allowed the comparison of landscaped trajectories of several small valleys (West of France) since the beginning of the XIXth century. This geo-historical approach facilitates the understanding of the current issues concerning small rivers management. This new leisure and heritage landscape requires the restoration of the old structures. On the other hand the European Water Framework Directive (EWFD) encourages States and local authorities to reduce ecological impact of these hydraulic works (fish-pass, small dam removal).

Reportage sur la restauration de la Moine dans Cholet

Dans cette vidéo réalisée et diffusée par la ville de Cholet (septembre 2012), les opérations de restauration de la Moine menées par le SIAM (Syndicat Intercommunal d’Aménagement de la Moine) à l’intérieur de l’agglomération de Cholet sont présentées. Ces opérations sont aussi l’occasion de favoriser une réappropriation de la rivière par les habitants. Il s’agit également d’aménager un itinéraire de 7 km de balade au bord de la rivière sur des sentiers. Cette opération dépasse ainsi le seul enjeu de rétablissement de la continuité écologique.

Quelques mois après l’achèvement des plus importants travaux, alors que le chantier près du théâtre Interlude vient d’être inauguré, le SIAM suit maintenant l’évolution du milieu et de la rivière.

Publication du Diagnostic de mise en oeuvre du Plan d’actions pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau (Parce) : Vers plus de concertation ?

Le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable a rendu public le 15 mars 2013 un rapport de diagnostic sur la mise en œuvre du Plan d’actions pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau (Parce). Celui-ci présente un examen de l’application de la circulaire du 25 Janvier 2010[1] en réaction aux oppositions exprimées par les propriétaires de moulins et de microcentrales hydroélectriques. Il propose ensuite un certain nombre de recommandations pratiques afin de dépasser les blocages repérés à différentes échelles. Le rapport repose sur des échanges avec les organismes nationaux et de bassin ainsi qu’avec la Fédération française des associations de sauvegarde des moulins (FFAM), la Fédération des moulins de France (FDMF), France hydro-électricité et  l’association des riverains de France (ARF). Les modalités pratiques de la mise en place opérationnelle du rétablissement de la continuité écologique ont plus spécialement été observées à l’échelon local à travers quelques rivières dont l’Erve, le Vicoin et la Jouanne (Mayenne), le Ciron, la Moine, la Sèvre Nantaise et la Sanguèze.

Les propriétaires de moulins dénoncent des diagnostics à charge et réclament une meilleure prise en compte des ouvrages concernés (à la fois les usages associés mais aussi les impacts positifs éventuels). La circulaire du 25 janvier 2010 estime en effet que « le seul moyen de rétablir vraiment la continuité écologique consiste à supprimer entièrement l’obstacle » et que « ce type d’intervention doit être privilégié pour les ouvrages abandonnés », et préconise l’aménagement des ouvrages pour lesquels un usage est avéré. Les propriétaires de moulins dénoncent cette politique unilatérale de l’eau centrée sur l’effacement systématique des ouvrages. Ils plaident pour une meilleure prise en compte du potentiel de la petite hydroélectricité et des solutions alternatives à la suppression (aménagement, modalités de gestion des vannes, …).

La première partie du rapport fournit un retour sur la politique de rétablissement de la continuité écologique des cours d’eau. Elle rappelle les modifications apportées par la DCE (2000) puis la LEMA (2006) qui fait apparaître à travers les notions de continuité écologique, de réservoir biologique et de transit sédimentaire, un nouveau paradigme conduisant à considérer la rivière comme une infrastructure naturelle avant tout (Germaine et Barraud, à paraître). Dans ce cadre renforcé par la mise en place de la Trame verte et bleue à l’issue du Grenelle, le rétablissement de la continuité écologique est devenue une priorité. Le rapport replace cette politique vis-à-vis du contexte international en rappelant que c’est aux États-Unis que le mouvement de démolition d’ouvrages en travers est le plus abouti et que la France fait figure de pionnière à l’échelle européenne (cf. Germaine et Lespez). L’importance de sa façade littorale et donc du nombre de cours d’eau concernées par des espèces piscicoles migratrices est un des facteurs explicatifs avancés.

 

Des causes des blocages …

Un calendrier trop ambitieux  (urgence difficile à assumer concrètement, p. 15 ; accélération du processus de mise aux normes des seuils, p. 16 ; …) :

–        DCE, 2000 : objectif de bon état écologique pour 2015 ;

–        Plan « Anguille, 2007 : 1 600 ouvrages prioritaires ;

–        Grenelle, 2009 : mise aux normes de 1 200 seuils d’ici 2012 dans le cadre de la trame verte et bleue.

« Il conviendrait sans doute de desserrer un peu l’étreinte des délais de réalisation du Parce, afin de laisser davantage le temps d’un travail de proximité en profondeur et de parfaire les investigations d’ordre juridique, scientifique et technique en cours » (p. 5)

Il attire également l’attention sur un recours systématique à la solution d’effacement :

–        Solution technique la moins onéreuse préconisée par l’administration (aides publiques) ;

–        Crainte d’études stéréotypées et inexploitables (rôle des bureaux d’étude) ;

–        Expérimentations alternatives peu encouragées.

« la recherche de solutions adaptées à la situation locale doit être privilégiée. Certains acteurs de terrain rencontrés ont souhaité pouvoir effectuer des expérimentations réversibles permettant de mieux identifier des solutions satisfaisantes possibles » (p. 15)

Surtout, il pointe un important manque de concertation à la fois en amont lors de l’établissement des diagnostics et en aval lors des choix d’action :

–        Diagnostic des ouvrages hydrauliques incomplets ou à charge ;

–        Carence d’information et de communication sur le terrain ;

–        Manque de reconnaissance des propriétaires de moulins/microcentrales dans les instances de décision.

« la mise en œuvre de la loi ne peut être assurée que par un renforcement du dialogue et dans la prise en considération des efforts faits, parfois de manière continue depuis plusieurs siècles, par certains propriétaires de moulins » (p. 41)

 

 … aux recommandations

Afin de lever ces blocages, le rapport émet 11 recommandations.

1. La mission recommande d’engager une démarche de qualification/certification des bureaux d’études, axée sur les points suivants: définition de la compétence de l’écologue intervenant, contenu et niveau de sa formation initiale, diplômes universitaires correspondants, niveau des responsabilités assumées actuel et passé, ampleur des références « expertes » maîtrisées, méthodes et matériels utilisés, références de chantiers de réalisation.

2. La gestion concertée et garantie des vannages paraît constituer, pour certaines rivières une solution simple et pertinente de restauration de la continuité écologique. La mission recommande d’en examiner systématiquement l’intérêt et la faisabilité dans le cadre des études préalables, et d’envisager, lorsque cela peut sembler pertinent, un programme de remise en état des vannes. Il appartient cependant à l’Onema d’en encadrer les conditions et les limites, à la fois en terme d’efficacité et de coût.

 3. La mission considère cependant que l’intérêt relatif des ouvrages et l’état des équipements ne justifie pas systématiquement des interventions coûteuses pour la collectivité. Par contre, il lui apparaît souhaitable de définir des critères d’appréciation partagés susceptibles de bien identifier ceux qui, compte tenu de leur intérêt patrimonial et de leurs usages, méritent d’être préservés.

4. La mission recommande la mise au point de grilles multicritères du type de celle utilisée sur le bassin de la Sèvre Nantaise comme susceptibles de constituer une base d’évaluation de l’intérêt des ouvrages, commune aux différentes parties prenantes concernées par l’aménagement de la rivière.

5. L’attente de reconnaissance des fédérations de propriétaires paraît légitime. La mission propose qu’elle trouve une réponse au niveau d’une meilleure représentation dans certaines instances nationales, régionales (groupe de travail du Comité national de l’eau, comités de bassin et commissions locales de l’eau (CLE). Pour être fructueuse, une telle reconnaissance doit cependant induire une participation constructive de la part des associations et de leurs fédérations, indispensable au développement d’un véritable partenariat

6. La mission constate un certain blocage sur le sujet sensible de la pico hydroélectricité dont il serait souhaitable de sortir rapidement en donnant la parole aux experts reconnus, voire en diligentant les examens complémentaires nécessaires. Si un inventaire exhaustif du potentiel en matière de pico-électricité devait être lancé, la mission recommanderait la constitution d’un comité de pilotage constitué notamment de professionnels du domaine, de l’administration, de l’Onema … en prévoyant l’exploitation des bases de données de ce dernier. L’impact environnemental au regard des engagements européens est à prendre en compte, notamment sous l’angle de l’effet cumulatif d’une succession de petits ouvrages hydroélectriques.

7. Il est recommandé à l’Onema de développer un partenariat plus institutionnel, organisé au niveau central, avec les fédérations de propriétaires de moulins. Il pourrait porter sur les thèmes suivants : explicitation des réponses scientifiques aux objections formulées par les fédérations de propriétaires ; aide à la rédaction de cahiers des charges-type pour les travaux de mise aux normes ; mise en commun de bases de données répondant aux attentes directes des propriétaires … Cette initiative pourrait être élargie, en tant que de besoin, à des juristes. À charge pour les fédérations nationales et associations locales de relayer ces outils auprès de leurs adhérents.

8. La mission recommande à la Deb et aux services :

– la signature rapide des arrêtés de classement des cours d’eau au titre du L214-17 CE, clés de voûte du Parce. Les conséquences doivent en être expliquées aux usagers dont les propriétaires de moulins, et faire l’objet d’une instruction complémentaire aux services insistant sur la nécessité de fixer des priorités dans les conséquences de ce classement ;

– la mise en œuvre d’un ambitieux programme de formation à l’attention des personnels en charge de l’application du Parce, sans négliger les aspects psychologique, sociologique, patrimoniaux et paysagers ;

– le rappel aux propriétaires de leurs droits et devoirs, sous la forme d’une campagne d’informations, associant si possible étroitement leurs fédérations

– un repositionnement du Parce sous la bannière des plans d’action opérationnels territorialisés (PAOT) au niveau départemental et du schéma régionale de cohérence écologique (SRCE) au niveau régional

9. La mission recommande à l’administration et à ses partenaires de mettre les notaires en capacité de remplir efficacement leur obligation d’information et de transcription dans les actes de transfert de propriété, des droits et devoirs liés à la continuité écologique, et pour cela de fournir un appui au Conseil supérieur du notariat et à son Institut de formation

10. La mission recommande de desserrer les délais de mise en conformité prévus par la loi, dès lors qu’une démarche contractuelle collective active avec les maîtres d’ouvrage est engagée.

11. La mission suggère à l’administration (DGALN, Onema, agences de l’eau) et aux associations de mieux formaliser de manière concertée des modalités pratiques de mise en œuvre de la loi et du Parce.


[1] Circulaire relative à la mise en œuvre par l’Etat et ses établissements publics d’un plan d’action pour la restauration de la continuité écologique des cours d’eau

Séminaire « Hydrosystèmes Hydropolitiques » (Nanterre) : séance du 26 mars 2013

Le prochain séminaire « Hydrosystèmes Hydropolitiques » aura lieu le mardi 26 Mars à 10h30 à l’université de Nanterre (salle D 310). Yves-François LE LAY (Maitre de Conférences en Géographie à l’ENS Lyon, UMR EVS 5600 CNRS) interviendra autour d’une communication intitulée « Evaluer les attitudes à l’égard des paysages de l’eau : Méthodes et applications« .

Pour plus d’infos.

Le compte-rendu ainsi que le support de présentation (Partie 1 et Partie 2) sont accessibles sur le site du rés-EAU P10.

Colloque Walphy

La restauration hydromorphologique des cours d’eau : premiers enseignements du projet LIFE WALPHY

Dans le cadre de la phase finale du projet LIFE WALPHY, co-financé par l’Union européenne et qui a pour but de concevoir un outil d’aide à la décision pour la restauration hydromorphologique des masses d’eau en région wallonne, les Universités de Liège (Laboratoire d’Hydrographie et de Géomorphologie Fluviatil) et de Namur (Unité de Recherche en Biologie Environnementale et Evolutiv) et la Drection des Cours d’Eau Non Navigables (DCENN) organisent un colloque du 15 au 17 octobre 2013 à Namur.

 

Le colloque a plusieurs objectifs :

– favoriser un échange d’informations entre gestionnaires, scientifiques, autorités compétentes et riverains

– confronter l’expérience wallonne du projet WALPHY avec celle d’autres spécialistes de la restauration des cours d’eau.

Quelles sont aussi les conclusions des suivis scientifiques et de l’impact de ces travaux sur la biodiversité de la rivière ? Quels outils méthodologiques pourrons-nous produire suite à ce projet-pilote ?

Les communications orales mettront en évidence des cas concrets de restauration avec suivi pour en tirer des enseignements utiles à la mise au point d’un outil d’aide à la décision pour les gestionnaire.

Pour plus d’infos : voir le site du colloque.

Quelle rivière pour nous demain ? (SAGE de la Vire, Manche-Calvados)

Le Syndicat Mixte du Val de Vire (structure en charge du SAGE de la Vire) a organisé en 2009 avec l’AAPPMA de Saint-Lô une journée intitulée « Quelle rivière pour nous demain ? » sur le thème de la reconquête des milieux aquatiques de qualité et des impacts sur les usages. Le film de la journée et les présentations sont disponibles sur le site du SAGE.

Les diaporamas des présentations sont à consulter sur le site du SAGE :

– La rivière, un milieu vivant. Corinne FORST (Direction générale de l’ONEMA)

Principales interventions humaines et dysfonctionnements associés. Laurent BOYER (membre de l’AAPPMA de Saint-Lô)

Vers plus de renaturation. Stéphane WEIL (Directeur de la CATER Basse-Normandie)

La Vire, un cours d’eau fortement modifié ? Stéphanie LEGENDRE (Animatrice du SAGE de la Vire)

Evolution historique des usages des ouvrages fluviaux, cas d’un cours d’eau bas-normand. Virginie MOREAU (Animatrice du SAGE de l’Orne)

Renaturation : effets sur les habitats et les populations piscicoles. Arnaud RICHARD (Ingénieur de l’ONEMA)

Renaturation : effets sur les pratiques de pêche. Jean-Paul DORON (Président de la Fédération Départementale pour la Pêche et la Protection du Milieu Aquatique de l’Orne.)

Renaturation : effets sur les activités touristiques (patrimoine, halage, canoë). Philippe HAMEL (Chef du service « Développement » du Comité Départemental du Tourisme de la Manche)

Journées des jeunes géomorphologues : session « hydrogéomorphologie des cours d’eau »

Vendredi 10 et samedi 11 Janvier 2013 auront lieu les Journées des Jeunes Géomorphologues à Paris à l’Institut de Géographie.

La quatrième session « Hydrogéomorphologie des cours d’eau » est programmée le samedi 12 janvier de 13h30 à 15h35. Elle sera animée par E. Gautier et G. Melun. Parmi les interventions prévues, plusieurs s’intéressent à la restauration écologique des cours d’eau ou au fonctionnement hydrogéomorphologique de rivières à faible énergie :

– 13h30-13h45 : Laetitia LAIGRE, Gilles ARNAUD-FASSETTA, Emmanuel REYNARD
La dynamique fluviale d’une vallée alpine intra-montagnarde à l’Holocène : l’exemple de la plaine alluviale du Rhône en amont du Lac Léman (Suisse)

– 13h45-14h00 : Stérenn RAMOND, Vincent ROBERT, Emmanuèle GAUTIER, Christelle MARLIN, Véronique DURAND, Gaël MONVOISIN, Aurélie NORET, Marc MASSAULT
Impacts de l’évolution géomorphologique d’un méandre sur le fonctionnement hydrologique actuel de la plaine alluviale : exemple d’un méandre de la Loire moyenne, à Guilly (Loiret, France)

– 14h00-14h15 : Fouzi NABET, Emmanuèle GAUTIER, Stéphane GRIVEL
Étude du réajustement du lit actif en Loire moyenne, bilan géomorphologique et diagnostic du fonctionnement des chenaux secondaires en vue d’une gestion raisonnée

– 14h15-14h30 : Thomas DEPRET, Emmanuèle GAUTIER, Janet M. HOOKE, Delphine GRANCHER
Variabilité spatio-temporelle du charriage sur une boucle de méandre du Cher

– 14h30-14h45 : Vincent VIEL, Daniel DELAHAYE
Dynamiques hydro-sédimentaires d’un cours d’eau ordinaire bas-normand, le cas du bassin versant de la Seulles (Calvados)

– 14h45-15h00 : Marion JUGIE, Frédéric GOB, Déborah SLAWSON, Charles LE COEUR
Réajustements des petites rivières à faible énergie de marges urbaines en Ile-de-France. Aménagements historiques en friche et désaménagements en vue de la restauration écologique

– 15h00-15h15 : Nicolas MAUGHAN
Hydrogéomorphologie et espaces rivulaires des cours d’eau en zones urbaines: état des connaissances et perspectives de recherche

– 15h15-15h35 : Discussions

Organisation : F. Bétard et Y. Le Drezen, Groupe Français de Géomorphologie

L’hydrosystème fluvial : genèse et devenir théorique et opérationnel d’un concept (J.-P. Bravard)

Vous trouverez sur le site du Rés-eau P10 le compte-rendu de l’intervention de Jean-Paul Bravard proposée dans le cadre du séminaire Hydrosystèmes et Hydropolitiques de l’Université de Nanterre le 18 Décembre 2012.

Celle-ci est intitulée « Hydrosystème fluvial : genèse et devenir théorique et opérationnel d’un concept« .

Emission radio sur la petite hydroélectricité : CO2 Mon amour

L’émission « CO2 Mon amour » de D. Cheissoux sur France Inter était consacrée samedi 8 décembre 2012 à la petite hydroélectricité et plus spécialement à son articulation avec les enjeux de restauration écologique. La place des microcentrales posée par la DCE est questionnée : énergie verte ou production marginale ? tradition de l’usage de la force motrice de l’eau ? obstacle à l’atteinte de la bonne qualité des eaux ? Comment concilier bon état écologique des rivières et développement des énergies renouvelables ?

Plusieurs invités sont intervenus : Guy Pustelnik (Directeur d’EPIDOR), Philippe Barran (Directeur du Pôle Eco hydraulique Onema), et Anne Pénalba (Présidente de France Hydro Électricité).

Pour écouter l’émission (à partir de 23’45).

 

Série de reportages sur le label « Rivières sauvages » sur TF1

« Rivières sauvages » est un fonds pour la conservation des rivières sauvages créé en 2011. Soutenu par des ONG comme WWF, SOS Loire Vivante , le Conservatoire National Saumon Sauvage ou  Moutain Wilderness, il a pour ambition de susciter le développement d’une « culture de la nature » inspirée de celle identifiée aux États-Unis, au Québec ou en Irlande afin de protéger efficacement les « dernières rivières naturelles ». Définie comme un « écosystème aquatique au stade climacique » (Rivières sauvages, 2011, p. 22), la « rivière sauvage » se distingue par un label décliné en 3 niveaux fonction de son « degré de naturalité » ou de « sauvagitude » déterminé selon des critères biologiques, hydrauliques, hydrogéomorphologiques et physico-chimiques. Ce modèle s’ancre sur l’idée nord-américaine de wilderness ou idéologie de la nature vierge. Les images associées privilégient des rivières à méandres, voire en tresses, caractérisées par des écoulements rapides sur fond caillouteux et une succession d’habitats variés insérés dans un environnement verdoyant de prairies humides ou de bois. À moyen terme (10/15 ans), la sanctuarisation est clairement reconnue comme un objectif devant concerner près de 10% du linéaire. Dans l’Ouest de la France, cela concerne deux cours d’eau bretons : le Léguer dont les gestionnaires ont demandé le label et l’Ellé identifié comme un site potentiel.

Les reportages diffusés au JT de 13h sur TF1 en Avril 2012.

Vidéo / Le Léguer, un trésor de rivière sauvage :

Vidéo / La rivière du Chéran, perle du massif des Bauges :

Vidéo / Bientôt un label pour les rivières sauvages :