Archives de catégorie : Actualités scientifiques / Scientific news

Compte-rendu et mise en ligne des communications présentées lors de l’atelier sur la restauration écologique des cours d’eau organisé par l’IRD2 en décembre 2013

Suite à la journée d’échanges chercheurs/gestionnaires organisée par l’IRD2 en novembre 2013 intitulée « La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux aux projets de territoire« , l’ensemble des communications présentées ont été mises en ligne.

L’IRD2 propose également sur son site un bref compte-rendu de cette journée à laquelle plus de 50 personnes, principalement des gestionnaires (techniciens de rivière, de bassin, …) ont participé. Les échanges ont permis d’échanger autour de trois questions principales :

  1. Quels outils d’aide à la décision existent ils pour déterminer le projet d’aménagement de cours d’eau le plus adéquat à un endroit donné ?
  2. Quel impact a le démantèlement d’un ouvrage ? Comment déterminer l’impact du démantèlement d’un ouvrage ?
  3. Quels outils a-t-on à disposition pour dimensionner les aménagements des ouvrages ?
IMG_1526-600x300
Hambye, 20 Décembre 2013. © IRD2

Pour consulter les supports PPT présentés par les différents intervenants : aller sur le site de l’IRD2.

0. Introduction de la journée par S. Raous (IRD2)

1. Continuité écologique par T. Biero (DREAL)

2. Contexte réglementaire par A. Berne (AESN)

3. État des lieux et perspectives par S. Weil (CATER)

4. Restauration physique des cours d’eau bas-normands par A.-J. Rollet (Univ. Caen, Géophen) et L. Lespez (Univ. Paris Est, LGP)

5. Diagnostic socio-économique des ouvrages en travers, Exemple de la vallée de la Vire par S. Legendre (SMVV) et M.-A. Germaine (Univ. Paris Ouest, LAVUE)

6. Services éco-systémiques par S. Dufour (Univ. Rennes, COSTEL)

7. Benchmarking international sur la restauration écologique par L. Lespez (Univ. Paris Est, LGP)

8. Retour d’expérience sur la vallée de la Moine par E. Renou (Syndicat de la Moine, Cholet)

IMG_1440-600x300
Hambye, 20 Décembre 2013. © IRD2

Science and Engagement in Water Studies – 3 Juin 2014, Université de Nanterre

A l’occasion de la venue du professeur Alex LOFTUS (Senior Lecturer, King’s College London) comme professeur invité à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, le rés-EAU P10 propose une séance du séminaire Hydrosystèmes et Hydropolitiques intitulée « Science and « engagement » in water studies » le mardi 3 Juin 2014.

Pour plus d’informations voir le programme ci-dessous ou consulter le site du Rés-EAU P10.

science_engagement

Parution de l’article « Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE » dans la revue Natures Sciences Sociétés

L’article intitulé Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE est en ligne depuis le 26 février 2014 sur le site de la revue Natures Sciences Sociétés. Rédigé par Marie-Anne Germaine et Régis Barraud, celui-ci  traite des enjeux liés à la gestion de l’abondant héritage constitué des seuils, barrages et chaussées de moulins, témoins de l’intensité de l’exploitation de cours d’eau de petite dimension dans l’Ouest de la France. L’article s’interroge sur l’étape charnière dans laquelle se situe aujourd’hui la gestion des vallées en lien avec la fin d’un système, celui des moulins et de la rivière aménagée, aujourd’hui révolu mais dont l’influence sur le fonctionnement des hydrosystèmes et la physionomie des paysages reste importante. Deux grands modèles de patrimonialisation semblent s’affronter : l’un envisage ces héritages, le moulin à eau et les infrastructures hydrauliques qui lui sont associés (seuils, biefs, vannes) en particulier, comme une ressource à conserver dans le cadre de la valorisation des paysages de vallées tandis que l’autre les considère comme un obstacle au bon fonctionnement des corridors écologiques. Dans ce modèle,  les cours d’eau et zones humides associées sont envisagées comme des infrastructures naturelles linéaires. Dans un premier temps, l’inventaire et l’analyse de l’arsenal réglementaire mis en place récemment aux échelles européenne et nationale conduisent à suivre le changement de paradigme de gestion des cours d’eau qui s’opère en France depuis les années 1990. Celui-ci est ensuite mis en regard du modèle techniciste de la rivière aménagée et du modèle écologique émergeant. Leur confrontation permet enfin de proposer de nouvelles perspectives pour la mise en œuvre de projets de rivières partagées. Voir le résumé ci-dessous.

Résumé : Les nouvelles lois sur l’eau entraînent une multiplication des opérations de restauration écologique des cours d’eau. Qu’ils se traduisent par le désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, ces projets suscitent localement des oppositions et conflits qui témoignent de la diversité des usages et représentations de ces espaces. L’analyse des alternatives proposées au modèle de la rivière aménagée conduit à s’interroger sur les décalages entre les préconisations des services de l’État et les attentes exprimées par les populations locales. À partir de l’étude d’opérations achevées ou en cours dans les petites vallées de l’Ouest de la France, des pistes de réflexion pour une meilleure prise en compte des enjeux sociaux et économiques sont proposées pour la mise en œuvre de projets de « rivières vivantes ».

Mots-clés : environnement ; gouvernance ; cours d’eau ; restauration écologique ; ouest de la France

Are the small valleys of Western France are only natural infrastructures? The management models in the test of WFD

Abstract: Since the adoption of the EU Water Framework Directive in 2000, all European waters have to achieve good ecological status by 2015. Water policy strengthening involves a multiplication of river basin management plans, even river restoration projects, at local scale. In France, the Minister of Environment promotes a dam removal policy in order to restore ecological continuity of rivers. It concerns medium dams and small weirs which were associated with mills but a part of them continue to be used to produce electricity. In the same time, rivers and valleys landscapes have a renewal of interest which entails multiple expectations linked to the valorization of rivers amenities which can be in contradiction with environment problematic. At local scale, we observe conflicts which illustrate water local governance difficulties. From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, the purpose of this paper is to throw light on different ways and goals of water management. If the regulated river is obsolete, how are going to evolve rivers between ecological issues – “wild rivers” – and social attempts – “living rivers” –?

Key-words: environment; governance; river; ecological restoration; north western France

Pour citer l’article : GERMAINE, M.-A., BARRAUD, R. (2013) – « Les rivières de l’Ouest de la France sont-elles seulement des infrastructures naturelles ? Les modèles de gestion à l’épreuve de la DCE », Natures Sciences Sociétés, vol. 21/3, DOI : 10.1051/nss/2014003

Parution du dernier numéro de la revue Norois – La patrimonialisation des paysages de l’eau dans l’Ouest de la France

Le dernier numéro de la revue Norois (n° 228) est consacré à la patrimonialisation des paysages de l’eau dans l’Ouest de la France. Coordonné par Régis Barraud, Claire Portal et Hervé Davodeau, ce numéro propose 8 articles présentant les résultats de travaux menés dans le cadre de deux programmes de recherche conduits dans le bassin de la Loire sur la question du patrimoine : NEOPAT – Nouvelles formes de patrimoine en Pays de la Loire (2010-2012) et PATRA – Patrimoine et trajectoires paysagères des vallées ligériennes (2010-2012).

Norois 228

Plusieurs articles traitent tout spécialement de la mise en patrimoine des paysages de rivières et de vallées ou encore de la place des ouvrages hydrauliques :

Introduction : La patrimonialisation des paysages de l’eau dans l’ouest de la France (Claire Portal, Régis Barraud et Hervé Davodeau)

Les petites vallées des Pays de la Loire. Du paysage pittoresque aux nouvelles interprétations patrimoniales : permanences et tensions contemporaines (Régis Barraud et Claire Portal)

Quel devenir pour les ouvrages hydrauliques installés sur les cours d’eau du bassin de la Maine ? (Jeannine Corbonnois et Wilfrid Tchékpo)

Les épis de la Loire armoricaine, un héritage à la patrimonialité incertaine(Régis Barraud, Nathalie Carcaud, Hervé Davodeau, David Montembault et Claire Pordoy)

 

Lien vers le sommaire du numéro 228 de la revue Norois

Approche par les Services Ecosystémiques pour la mise en œuvre de la Directive Cadre Eau (ESAWADI) – Exemple de la vallée de la Dordogne

Le projet de recherche ESAWADI (Utilising the Ecosystem Services Approach for Water Framework Directive Implementation) propose sur son site plusieurs rapports de fin de programme dont un sur la vallée de la Dordogne. Cinq organismes de recherche (Asconit Consultants, le Crédoc, Seeconsult, Intersus et IMAR) associés à des partenaires locaux en France (vallée de la Dordogne), en Allemagne (vallée de l’Ems) et au Portugal (estuaire du Mondego) ont travaillé durant deux ans (2010-2012) sur l’utilisation de l’approche par les Services Ecosystémiques (ASE) pour la mise en œuvre de la Directive Cadre Eau.

Dans la vallée de la Dordogne (travaux menés par Élise Catalon dans le cadre de sa thèse en sociologie), l’approche par les services éco-systémiques a été mobilisée pour animer le débat et répondre à des problématiques spécifiques du bassin versant en partenariat avec l’établissement public territorial de bassin EPIDOR et l’Agence de l’eau Adour-Garonne. Le secteur étudié est situé en aval de la chaîne de barrages hydroélectriques installés sur la Dordogne et fonctionnant par éclusées. Les enjeux principaux sont donc :

– la conciliation entre la production hydroélectrique par éclusées et les usages et la protection des milieux

– la restauration de la mobilité de la rivière et ses impacts positifs et négatifs sur les usages

Une première partie du travail mené a consisté à identifier les services éco-systémiques (effectifs et potentiels) pertinents au vue des enjeux posés. Chacun des services a précisément été relié aux caractéristiques et fonctionnalités de l’écosystème qui le conditionnent.  Des schémas très pédagogiques offrent ainsi une vision globale des interactions existantes entre processus écologiques et structure de l’écosystème, et les liens entre ces écosystèmes et les bénéfices que les sociétés peuvent en tirer, soit les services éco-systémique, et enfin les usages associés. Les services retenus sont la « mise à disposition de poissons » (pêche), la « mise à disposition de la ressource en eau » (alimentation en eau potable, irrigation), la « création des conditions pour la pratique d’activités récréatives » (baignade, canoé-kayak) et le « maintien d’une bonne qualité de l’eau » (baignade, alimentation en eau potable). Ce mode de représentation utilisé lors d’ateliers de concertation/participation a la vertu d’exposer une vue d’ensemble des problématiques en jeu tant du point de vue écologique que socio-économique : les liens entre les caractéristiques des écosystèmes et les usages sont clairement révélés.

Selon le même modèle, d’autres organigrammes ont été construits afin de comparer l’offre de services selon que la rivière suive (1) un régime hydrologique naturel, (2) un régime hydrologique perturbé par les éclusées (variations artificielles, brutales et fréquentes des débits liées à l’exploitation des barrages hydroélectriques ; les ouvrages alternent des phases de stockage d’eau dans les retenues et des phases de déstockage pendant lesquelles les turbines sont mises en marche), ou (3) que des actions de gestion soient mises en œuvre. Apparaissent alors les conséquences (négatives comme positives) sur les différents usages de la disparition des crues morphogènes et de la perturbation du transport sédimentaire.

Au-delà de la quantification et de la monétarisation des services rendus par la nature aux sociétés, l’approche par les services éco-systémiques est avant tout intéressante ici comme base de dialogue entre les acteurs dans le cadre d’ateliers de concertation. Cette étude montre que la notion peut aussi être utilisée de manière qualitative : cela offre une meilleure prise en compte des acteurs locaux (plus d’interactions entre les acteurs, participation à l’identification des services éco-systémiques, considération des services culturels plus facile, retrait de l’expert, …) et est certainement plus une démarche plus facilement généralisable (moins coûteuse en temps/moyens qu’une approche quantitative et monétaire qui comporte de nombreuses difficultés méthodologiques). Elle permet de construire une vision globale des enjeux et des mécanismes en jeu. Elle apporte un éclairage sur les liens entre les structures de l’écosystème, les mesures de gestion et les bénéfices obtenus/attendus. L’approche par les services éco-systémiques conduite en partenariat avec les usagers, amenés à s’exprimer sur les services identifiés tout au long de la méthode, se révèle ainsi un outil d’aide à la décision pertinent pour les gestionnaires et acteurs locaux.

Pour consulter le rapport sur l’étude menée sur la Dordogne. Pour d’avantage d’informations : consulter les autres rapports du programme sur le site du projet ESAWADI.

Changement de date pour la journée d’échanges « La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux au projet de territoire » : 20 Décembre 2013

Dans le cadre des rencontres chercheurs/gestionnaires organisées par l’Institut régional du Développement Durable (IRD2), la CATER Basse Normandie en partenariat avec le laboratoire Géophen (Université de Caen Basse-Normandie), le Syndicat Mixte du Val de Vire (SMVV) et le Syndicat Intercommunal d’Aménagement et d’Entretien de la Sienne (SIAES) – qui accueille cette journée – proposent un atelier intitulé « La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux au projet de territoire« . Celui-ci aura lieu le vendredi 20 Décembre sur le territoire du SIAES à Villedieu-les-Poêles (lieu à définir).

Cette journée réunira les promoteurs des opérations de restauration écologique et hydrogéomorphologique des cours d’eau (Onema, Agence de l’au Seine Normandie, DREAL), les maîtres d’ouvrage (élus), les chargés de mission et techniciens de rivière en charge de la mise en œuvre de ces opérations sur le terrain, les structures de gestion (SAGE, syndicats de bassin, …) et des scientifiques. L’objectif est de dépasser les débats actuels en proposant une discussion autour des différentes initiatives qui promeuvent le projet environnemental et se pose la question de son lien avec le développement durable du territoire dans lequel il s’insère. L’un des objectifs de cette journée est de valider ensemble les axes de travail à développer (connaissances, évaluation, sensibilisation, etc.) pour de meilleures appropriations et mises en œuvre des projets en Basse-Normandie.

Le programme de cette journée à laquelle plusieurs membres de l’équipe REPPAVAL participeront est indiqué ci-dessous.

Accueil à partir de 9h15

9h30 Contexte national et réglementaire – Ludovic GENET, DREAL

9h45 Déclinaison sur le périmètre de la direction territoriale de Basse Normandie de l’Agence de l’Eau Seine Normandie – André BERNE, AESN

10h Bilan et constat régional « restauration de continuités » – Arnaud Richard, ONEMA + Stéphane WEIL, CATER Basse-Normandie

10h15 Pause

10h45 Eléments d’analyses scientifiques : présentation d’outils de diagnostic.

- Évolutions géomorphologiques. Laurent LESPEZ (Professeur de géographie, Université Paris Est Créteil, laboratoire de Géographie Physique de Meudon UMR 8591 CNRS) et Anne Julia ROLLET (Maitre de conférences en géographie, Université de Caen Basse-Normandie, Laboratoire GEOPHEN UMR LETG 6554 CNRS)
- Impacts socio économiques des projets de démantèlement et d’aménagement des cours d’eau. Marie-Anne GERMAINE (Maître de conférences en géographie, Université Paris Ouest, Laboratoire Mosaïques UMR LAVUE 7218 CNRS ) et Stéphanie LEGENDRE (Syndicat Mixte du Val de Vire, SAGE de la Vire)
- Intérêts et limites de la notion de services éco systémique pour la proposition de différents scenarios de gestion des milieux concernés. Régis BARRAUD (Maitre de conférences en géographie, Université de Poitiers, Laboratoire Ruralités) et Simon DUFOUR (Maître de conférences, Université de Rennes, Laboratoire COSTEL UMR LETG 6554 CNRS)

12h30 Déjeuner
14h Benchmarking international sur les outils et méthodes de diagnostic et de restauration des cours d’eau. Laurent LESPEZ (Professeur à Paris Est – Créteil)

14h20 Témoignage de E. Renou (technicien de rivière, Syndicat intercommunal pour l’aménagement de la Moine)

15h00 Table ronde / Discussion

16h00 Conclusions et propositions de suites concrètes aux échanges

 

L’ensemble de la journée sera ponctuée par des temps d’échanges avec les participants.

Pour plus d’infos et pour vous inscrire : consulter le site de l’IRD2 IRD2

Parution d’un n° de Géocarrefour consacré à l’eau « Encrer les eaux courantes »

Le dernier numéro de la revue Géocarrefour (vol. 88/1) vient de paraître. Intitulé « Encrer les eaux courantes. Quelles méthodes pour analyser les discours ? » (Written narratives about water: what methods to analyse these accounts?), il comporte plusieurs articles traitant de la question de l’eau.

Présentation du numéro thématique « Encrer les eaux courantes »

Rapprocher discours et cours d’eau ne doit pas étonner : leur étymologie elle-même les rassemble. Fondé sur le substantif « cours » qui désigne l’action de courir, le mot discours provient de discursus et a d’abord signifié en latin classique l’action de courir çà et là, à différents endroits – du fait de son préfixe marquant la distinction –, puis discours, conversation ou entretien en bas-latin. Dès le Moyen Age, le cours se référait aux hommes, aux bateaux, aux sentiments, au temps, mais aussi au mouvement d’une eau courante. De même, en anglais, discourse et watercourse partagent le même radical.

Le cours de la parole et celui de l’eau ont plusieurs points communs. La parole s’écoule et ses flots peuvent indisposer ; l’eau murmure et parle au contemplatif. Le flux de l’eau comme celui des mots occupent l’espace et s’y diffusent. Ils évoluent avec le temps : le débit d’une rivière ou d’une parole varie selon les heures de la journée, les saisons ou les années. Le discours et le cours d’eau sont ainsi marqués par une dimension principale, diachronique ou chronologique, qui domine tellement la perception que les autres dimensions ont longtemps été négligées : les cours de l’eau et des mots étant orientés, tous deux présentent un début et une fin. Si le discours correspond à une séquence ordonnée de phrases employées concrètement pour transmettre des informations, le cours d’eau s’écoule d’amont en aval depuis sa source jusqu’à sa partie terminale. Ainsi le torrent a-t-il son bassin de réception, son chenal d’écoulement et son cône de déjection.

Le discours et l’eau courante servent de fils directeurs à ce numéro. En effet, les eaux courantes suscitent des discours oraux et écrits que les ruptures et les crises, en particulier, alimentent et renouvellent.

Pourquoi appréhender les mots ? Ils intéressent moins en eux-mêmes que pour ce qu’ils révèlent des motivations à intervenir sur ce qui nous entoure : ils disent quelque chose des interactions entre les individus et leur environnement, donnant ainsi un peu d’épaisseur au paradigme de l’interface hommes-nature.

Le chercheur en SHS s’intéresse aux dits et aux écrits qui révèlent des éléments de connaissances acquises par un énonciateur, aux énoncés évaluatifs tenus à l’égard d’idées, d’objets, de situations ou de personnes, aux discours rationnels sur des actes et aux discours rationnalisant sur des actions. La réduction linguistique reconnaît que la langue, prise comme réserve abstraite des virtualités, reste inaccessible.

Le discours sur les eaux courantes est pluriel ; il varie d’un acteur à l’autre selon des valeurs, des intérêts, des pratiques… En tant qu’espace multifonctionnel, si la rivière est à la fois lieu de production, de protection et de récréation, elle est aussi source d’inquiétudes.

Le discours fluvial connaît des variations spatiales et temporelles. L’analyse diachronique des écrits permet de repérer les évolutions d’un système autour des notions de rupture ou de tendance. Le temps de l’aménagement des cours d’eau par la construction de voies navigables, par les équipements hydroélectriques, par le développement des activités industrielles (notamment chimiques et nucléaires) ou encore par les ouvrages de protection fait place à une vision renouvelée des milieux aquatiques. Peut-on cerner des attitudes environnementales à l’égard des eaux courantes à l’échelle du continuum fluvial ou bien faut-il raisonner à des échelles plus fines ?

L’analyse de contenu est apparue au début du XXe s. pour classer les contenus de presse. Berelson l’a définie comme « une technique de recherche pour la description objective, systématique et quantitative du contenu manifeste de la communication ». Bien que cette méthode se prête volontiers à une approche plus exploratoire d’un corpus constitué, le chercheur gagne à formuler des hypothèses explicites pour élaborer une grille de catégories cohérentes et pertinentes.

En réaction au système des catégories définies a priori (inhérent à l’analyse de contenu), l’analyse de données textuelles s’est d’abord efforcée de repousser tout travail d’interprétation le plus tard possible (Lebart et Salem, 1988). Les logiciels de lexicométrie et de textométrie accompagnent désormais le chercheur tout au long de son effort de lecture, d’exploration, d’analyse et d’interprétation en lui proposant des outils divers : manipulation du corpus (aménagement de sous-corpus ou d’une partition), production de lexiques alphabétiques et hiérarchiques, création de requêtes sophistiquées qui débouchent sur un concordancier ou bien des index (indices), analyses statistiques descriptives, calcul des spécificités et des cooccurrences, confection de tables lexicales propices aux analyses multivariées (analyse factorielle des correspondances et classification hiérarchique), ou encore des visualisations graphiques de plus en plus convaincantes. Les offres les plus récentes bousculent les frontières traditionnelles entre analyses qualitative et quantitative ou entre analyse de contenu et analyse de données textuelles : elles intègrent des modalités d’import susceptibles d’inciter l’opérateur à coder le texte au préalable ou bien à recueillir des métadonnées utiles lors de l’analyse, et permettent le retour au texte intégral à tout moment. Les textes du corpus peuvent donc être étudiés pour eux-mêmes mais aussi au regard des caractéristiques de leurs producteurs et consommateurs, ce qui facilite le test d’hypothèses concernant d’éventuelles variations spatiales, temporelles et socioculturelles du discours.

Dans les années 1970, réfutant un certain positivisme, des scientifiques ont dénigré une recherche fondée sur la mesure et les statistiques au profit d’une recherche qualitative qui se doit de retranscrire le monde réel vécu par les acteurs. Ce travail au plus près des sources ne dénature pas le texte. Il se prête plus facilement aux ajustements des hypothèses initiales. L’originalité de ces méthodes peut procéder d’une lecture flottante, à la recherche de nouveautés et assumant la subjectivité de l’opérateur. Ces analyses reposent souvent sur un lien immédiat entre le texte et son commentaire.

Sommaire du numéro

Articles

Comptes-rendus d’ouvrages

Varia

 

Pour commander le numéro

Géocarrefour 88/1 : Encrer les eaux courantes. Quelles méthodes pour analyser les discours ?

Prix 15 euros  (+ 3,20 euros de port) par chèque, ou bon de commande

A Géocarrefour, Revue de Géographie de Lyon, 18 rue Chevreul, 69362 LYON cedex 07 ou par mail ; andre.buisson@univ-lyon3.fr

Appel à photographies. Le Cycle hydrosocial : Phot’EAUX de terrains

Le rés-EAU P10 organise une exposition de photographies autour du thème qui le rassemble : l’eau. L’objectif est de permettre à ses membres de partager leurs expériences de terrain à travers des photos prises lors des enquêtes de terrain.

Cette exposition collective puise son inspiration dans la notion de « cycle hydrosocial » développée notamment par le géographe Jamie Linton – parrain de cette exposition – qui va au-delà des dimensions techniques du cycle de l’eau, pour mettre en avant les enjeux sociaux. Cette exposition tente de mobiliser ce concept théorique en s’appuyant sur des images issues de nos expériences de recherches. Une illustration plus évidente peut-être que celle de l’écriture, du lien souvent difficilement perceptible entre concepts théoriques et données de terrain. En s’inspirant de cette notion, l’exposition est organisée autour de quatre thèmes : Eaux et paysages, Eaux et techniques, Eaux et acteurs, Eaux et pouvoirs. Nous nous efforçons ainsi de partager nos travaux de manière à les rendre plus accessibles aux personnes non spécialistes de ces sujets.

L’exposition aura lieu du 8 au 24 janvier 2014 à l’université Paris Ouest Nanterre.

Les propositions de photos ‘sont à envoyer à reseaup10@gmail.com jusqu’au 1er novembre 2013 inclus.

Consulter le détail de l’exposition et les modalités de participation.

Colloque « Regards croisés sur l’aménagement des cours d’eau », Mulhouse, 21-22 Novembre 2013

Un colloque interdisciplinaire intitulé « Regards croisés sur l’aménagement des cours d’eau » se tiendra à la Fonderie à Mulhouse les 21 et 22 Novembre 2013. Organisé par le CRESAT (Centre de Recherche sur les Economies, les Sociétés, les Arts et les Techniques) de l’Université de Haute-Alsace, cette manifestation scientifique a pour objectif de croiser les différentes approches, de confronter les expériences et les expertises dans le cadre d’une réflexion interdisciplinaire, internationale et diachronique sur l’aménagement au sens large des cours d’eau.

 

Le colloque est organisé autour d’une journée scientifique (21 Novembre) rythmée par plusieurs sessions :

1. L’évolution de l’aménagement des cours d’eau aux époques moderne et contemporaine

2. Les cours d’eau, espaces privilégiés de l’industrie : tensions et stratégies autour d’enjeux socio-économiques

3. Fonctionnements et réajustements hydromorphologiques au cœur de la réflexion sur l’aménagement

4. Nouveaux enjeux de l’aménagement des cours d’eau : renaturation et préoccupations environnementales

 

Cette journée sera suivie par une demie-journée technique (22 novembre) :

1. Communications

2. Table-ronde « Les enjeux techniques et politiques de l’aménagement des cours d’eau en Alsace »

Caroline LE CALVEZ présentera le 21 Novembre une communication intitulée « Aménager, protéger, renaturer : entre conciliation réglementaire et confrontation locale sur le bassin versant de la Seiche (Ille-et-Vilaine) ».

Pour consulter le programme complet du colloque.

Séminaire du LEESU – Gestion écologique des « petites masses d’eau »

Le prochain séminaire du Laboratoire Eau Environnement et Systèmes Urbains (LEESU) sera consacré à la question de la gestion écologique des « petites masses d’eau » à travers l’exemple des plans d’eau urbains (Ile de France) et des petites rivières (nord-ouest de la France). Deux interventions sont proposées :

  • Marie-Anne Germaine (Université Paris Ouest Nanterre La Défense, Laboratoire Mosaïques, projet ANR JC REPPAVAL) : « La gestion des petits cours d’eau à l’épreuve de la DCE : comment concilier objectifs environnementaux et projets de territoire dans les projets de restauration écologique ? »
  • Veronica Mitroi (LEESU, projet ANR PULSE) : « Réinventer les plans d’eau urbains : Enjeux écologiques et sociotechniques dans la gestion des plans d’eau d’Ile-de France ».

Le séminaire aura lieu le mardi 29 octobre 2013 à l’École des Ponts ParisTech (plan d’accès), de 10h00 à 12h00, en salle B004.

Les résumés des interventions sont disponible sur le site du séminaire.

Journée d’échanges (20 Novembre 2013) / La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux au projet de territoire

Dans le cadre des rencontres chercheurs/gestionnaires organisées par l’Institut régional du Développement Durable (IRD2), la CATER Basse Normandie et le laboratoire Géophen (Université de Caen) proposent une journée d’échanges intitulée « La restauration écologique des cours d’eau : des objectifs environnementaux au projet de territoire« .

Celle-ci réunira les promoteurs des opérations de restauration écologique et hydrogéomorphologique des cours d’eau (Onema, Agence de l’au Seine Normandie, DREAL), les maîtres d’ouvrage (élus), les chargés de mission et techniciens de rivière en charge de la mise en œuvre de ces opérations sur le terrain, les structures de gestion (SAGE, syndicats de bassin, …) et des scientifiques. L’objectif est de dépasser les débats actuels en proposant une discussion autour des différentes initiatives qui promeuvent le projet environnemental et se pose la question de son lien avec le développement durable du territoire dans lequel il s’insère.

Le programme prévisionnel de cette journée à laquelle plusieurs membres de l’équipe REPPAVAL participeront est indiqué ci-dessous.

9h30 : Introduction de la journée :

  • Agence de l’eau : contexte, notion de continuité écologique
  • DREAL : point réglementaire
  • ONEMA : les outils de diagnostic actuels

 10h : Introduction de la problématique régionale par la CATER : Premières pistes/propositions: Bilan et constat régional en termes de réalisations maîtrises d’ouvrages, typologie des opérations, etc. Présentation des résultats du sondage réalisé par la CATER auprès des acteurs du territoire. Enjeux et besoins pressentis pour une maitrise d’ouvrage publique non marginale sur les projets de restauration de la continuité écologique des cours d’eau ?

10h15 : Benchmarking international sur les outils et méthodes de diagnostic et de restauration des cours d’eau. Laurent LESPEZ, GEOPHEN

10h30 – 10h45 : Pause

10h45 : Présentation des principaux manques dans la réalisation des diagnostics existants :

  • Évolutions géomorphologiques. Laurent LESPEZ et Anne Julia ROLLET, GEOPHEN
  • Impacts socio économiques des projets de démantèlement et d’aménagement des cours d’eau. M.A. GERMAINE, UMR LAVUE
  • Indicateurs bio physiques : prise en compte de la biodiversité globale de la vallée. Sensibilisation à la diversité de la faune aquatique existante et proposition d’indicateurs concrets d’évaluation des incidences de la restauration de la continuité écologique. (contact en cours)
  • Intérêts et limites de la notion de services éco systémique pour la proposition de différents scénarios de gestion des milieux concernés. Régis BARRAUD, maitre de conférences à l’Université de Poitiers (contact en cours)

12h30 : déjeuner

14h : Visite de terrain

15h : Tables rondes pour déterminer la marche à suivre afin d’intégrer effectivement de nouveaux outils de diagnostic :

Table ronde 1 / Quels critères ajouter au diagnostic ? Mise en place d’un COPIL (scientifique ? Institutionnel ?) pour définir l’ensemble des critères et les modalités de leur prise en compte dans le cadre des « troncs communs » de cahiers des charges préalables aux études qui sont utilisés régionalement

Table ronde 2 / Quelles cibles et quels moyens de communication sur ces nouveaux critères à mettre en place? Organisation d’une journée annuelle de la continuité écologique ?

Pour plus d’infos : consulter le site de l’IRD2 IRD2

Atelier « Art contemporain et pratiques géographiques » à l’ESAM Caen – Changer les regards sur la presqu’île et l’estuaire de l’Orne

L’ESAM (école supérieure d’arts et médias) Caen/Cherbourg a organisé le mercredi 19 Juin 2013 à Caen un premier atelier de recherche dans le cadre du MEPIC (Musée éclaté de la presqu’île de Caen). Le MEPIC est un projet artistique porté par l’ESAM : il s’agit du volet contemporain du Festival Normandie Impressionniste dont la 2ème édition a lieu cet été dans les deux régions. L’exposition consiste en 15 projets d’artistes différents invités à créer une œuvre en résonance avec le traitement du thème de l’eau par les impressionnistes. Ces pièces sont présentées dans 15 conteneurs éparpillés sur le territoire entre Caen et la mer du 28 juin jusqu’au 28 octobre 2013.

Intitulé « Art contemporain et pratiques géographiques : territoires en représentation« , ce premier atelier, organisé par Claire LE THOMAS du laboratoire de l’art et de l’eau de l’ESAM en collaboration avec l’UFR de géographie de l’UCBN et le laboratoire Géophen LETG CAEN UMR 6554 CNRS, avait pour objectif de déplacer/confronter les regards portés sur la nature, le paysage de la presqu’île de Caen, et plus largement le territoire de Caen à l’estuaire de l’Orne à Ousitreham. Artistes et scientifiques ont partagé leurs points de vue et leurs représentations du territoire, de ses héritages et de son devenir.

La journée s’est déroulée en deux temps :

La matinée a été consacrée à une performance artistique déambulatoire (en bus, et à pied) : Dector et Dupuy ont proposé une visite guidée de la presqu’île amenant les participants à porter leur regard sur des détails du paysage jusqu’à la plage de Ousitreham. Ces derniers invitent à s’interroger sur de multiples héritages.

Marie-Anne Germaine
La presqu’île, Caen. 19 Juin 2013. MAG 

Le pont de Calix, Caen. 19 juin 2013. MAG
Le pont de Calix, Caen. 19 juin 2013. MAG
Vue sur l'estuaire de l'Orne, Amfréville, 19 Juin 2013. MAG
Vue sur l’estuaire de l’Orne, Amfréville, 19 Juin 2013. MAG

L’après-midi s’est déroulé en salle autour d’interventions d’artistes participant au MEPIC qui ont pu présenté les œuvres en cours de finalisation (Jonathan Loppin et Ariane Michel) et de géographes proposant pour l’un, un regard informé par le temps long sur l’environnement de la presqu’île et ses projets (Laurent Lespez) et l’autre, une réflexion plus générale sur les rapports entre esthétique et environnement et la nécessité de développer une véritable esthétique environnementale (Nathalie Blanc) :

Laurent LESPEZ – Les possibles et nos représentations, la presqu’île sous le regard de la longue durée [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Jonathan LOPPIN – Sand Memorial, présentation de l’oeuvre réalisée à Ouistreham [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Nathalie BLANC – Esthétique environnementale : quels liens au politique ? [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Ariane MICHEL – Le dernier voyage, présentation de l’œuvre réalisée à Sallenelles [écouter son interventionécouter les questions/échanges]

Deux autres ateliers sont d’ores et déjà prévus en septembre 2013 – « Identités portuaires, les espaces de l’eau » – et en octobre 2013 – « Jeux d’échelles ».

Parution d’un article dans la revue Vertigo : Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’ouest de la France

La revue Vertigo vient de mettre en ligne un numéro hors-série intitulé « Patrimonialiser la nature« . Dirigé par Christine Bouisset et Isabelle Desgrémont, cCelui-ci fait suite au colloque de Pau organisé du 6 au 8 septembre 2011 par le laboratoire SET (Université de Pau et des Pays de l’Adour). Ce numéro regroupe plusieurs articles regroupés autour de quatre thématiques : (1) Institutionnalisation de la nature et territorialisation politique : des dimensions publiques omniprésentes dans le mouvement patrimonial, (2)Quand le patrimoine naturel oppose : de la confrontation des regards aux conflits, (3) Regards non institutionnels : une construction patrimoniale en filigrane et (4) Le public : le grand oublié de la patrimonialisation ?

 

Marie-Anne Germaine et Régis Barraud proposent dans ce numéro un article intitulé « Restauration écologique et processus de patrimonialisation des rivières dans l’Ouest de la France » dont le résumé est repris ci-dessous.

Résumé : Manifestations concrètes de l’évolution récente du cadre réglementaire dans le domaine de l’eau, les projets de restauration écologique, qu’ils se traduisent par des opérations de « désaménagement » d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, se multiplient. Sur le terrain, ces opérations suscitent des réactions divergentes de la part des usagers qui témoignent de la diversité des représentations qu’ils se font de ces paysages et plus généralement de la nature. S’affrontent alors différentes logiques de mises en patrimoine (patrimoine naturel vs patrimoine culturel ; paysage vs biodiversité…). La mise en œuvre de ces projets constitue ainsi une occasion intéressante pour questionner les valeurs et processus qui sous-tendent la défense du patrimoine naturel au fil de l’eau. À partir d’exemples choisis parmi les petites vallées de l’ouest de la France sont identifiées les causes des mouvements de contestation auxquels sont confrontés les gestionnaires, mais aussi la nature des conflits locaux qui opposent les acteurs. Une réflexion est ensuite proposée sur la façon dont sont débattus ces enjeux sur la scène locale à partir de l’analyse des jeux d’acteurs et de la gouvernance des projets étudiés permettant d’interroger la place de l’expert et des discours dominants et de comprendre le rôle des habitants, élus et usagers qui se mobilisent.

Ecological restoration and rivers heritage conservation’s process in western France

Abstract : The adoption of the EU Water Framework Directive and the evolution of French water policy involves a multiplication of ecological restoration projects in all valleys. It concerns dam removal and maintain of wild landscape. At local scale, we observe conflicts which illustrate the diversity of landscape and nature representations. River users defend the preservation of different heritages (natural heritage vs. cultural heritage, biodiversity vs. landscape …). From the example of river restoration projects which we have studied in north western France, we purpose to identify rivers heritage conservation’s values and process. The study is based on local conflicts analysis and water local governance difficulties.

Actualisation du recueil hydromorphologique de l’Onema

L’Onema a mis en ligne des compléments au recueil d’expérience sur l’hydromorphologie publié en 2009. Parmi celles-ci, on notera 23 nouvelles fiches de retour d’expérience sur des opérations de préservation ou de restauration de cours d’eau dont plusieurs concernent l’Ouest de la France :

effacement du seuil du moulin de Ver sur la Sienne (Manche)

effacement du seuil du moulin du Bourg sur le Vicoin (Mayenne)

Des ajouts sont également proposés dans les parties introductives générales. La notion de services écosystémiques apparait dans l’argumentaire de la restauration. Surtout, sur la démarche, plusieurs ajouts témoignent d’une volonté d’inscrire les interventions techniques de restauration dans une approche intégrée dépassant le site restauré et le cours d’eau pour aller vers l’échelle du bassin versant. L’intérêt d’intégrer les opérations dans le cadre d’un projet de territoire global est également mis en avant.

Comte-rendu de l’ouvrage collectif dirigé par L. Lespez dans la revue Géocarrefour

La revue Géocarrefour propose un compte-rendu de l’ouvrage collectif édité par Laurent Lespez « Paysages et gestion de l’eau. Sept millénaires d’histoire de vallées et de plaines littorales en Basse-Normandie » publié en 2012 aux Presses Universitaires de Caen dans la collection de la Bibliothèque du pôle rural (n° 3). Ce compte-rendu rédigé par Nicolas Jacob-Rousseau, maître de conférences en géographie à l’Université Lyon 2, est consultable ici.