Lancement d’une étude sur les pratiques de pêche et les représentations sociales de la rivière en région Poitou-Charentes

Dans le cadre d’un stage à venir, l’équipe REPPAVAL lance une étude en région Poitou-Charentes et plus spécialement sur le Clain, sur les pratiques de la pêche et les représentations sociales de la rivière. Celle-ci a pour but de :

1 – Dresser un état des lieux de la structuration du « monde de la pêche » à l’échelle de la Région Poitou-Charentes. Cet état des lieux devra intégrer la réalisation d’une base de données « associations » dont les champs décriront au plus juste l’évolution des effectifs, les orientations de gestion retenues, les types de pêche / de parcours de pêche proposés, les actions réalisées, les relations entretenues avec les partenaires institutionnels (fédération de pêche, union nationale, Onema, collectivités locales, etc.). Une enquête « associations » devra être construite permettant d’alimenter cette base de données et de construire une typologie des associations de pêche. En complément des données disponibles (fédération de pêche, associations locales) et des résultats de l’enquête, la presse quotidienne régionale pourra être mobilisée. Cette approche contribuera à documenter cette base (caractérisation de l’action, positionnement sur les enjeux de gestion, conflits, projets).

2 – Développer une approche plus qualitative des pratiques de pêche et des représentations sociales de la rivière à l’échelle de la vallée du Clain. Les relations avec les autres usages du cours d’eau devront aussi faire l’objet d’une analyse. Dans ce cadre, des enquêtes des entretiens semi-directifs seront mis en place. Les différents supports seront préparés en amont du stage avec les commanditaires du projet. Cette deuxième mission permettra une cartographie fine des sites de pêche / des parcours. Une forme de cartographie mentale devra être développée. Ce volet pourra contribuer à l’étude engagée dans le cadre du SAGE « Clain » sur la restauration de la continuité écologique et pour laquelle l’ANR REPPAVAL est associée (expertise « usages, patrimoine et médiation »).

3 – En fonction des résultats des deux précédentes missions et en fonction du temps restant un deuxième terrain (vallée) pourrait être investi. Il s’agirait alors de retenir une vallée présentant des caractéristiques hydromorphologiques / piscicoles / paysagères très différentes de celles de la vallée du Clain.

Enfin, même si la question du démantèlement des ouvrages, de leur aménagement et gestion ne sera pas centrale dans ce projet, la mission devra contribuer à améliorer la compréhension de la diversité des positions des pêcheurs sur ce thème et plus largement sur la restauration écologique des cours d’eau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *