Parution d’un article dans la revue Norois – Construction des lieux et rapports à la nature Cabanons et pêcheurs des lacs du Sud Manche

Marie-Anne Germaine, Matthieu Viry et Marie-Jo Menozzi ont publié un article dans la revue Norois (n° 240, p. 77-100) intitulé « Construction des lieux et rapports à la nature. Cabanons et pêcheurs des lacs du Sud Manche« .

norois_240_couv-small480

Lien vers l’article

Résumé : Alors que les collectivités territoriales du Sud Manche achèvent leur réflexion concernant le projet de reconversion de la vallée de la Sélune après l’arasement à venir des barrages hydroélectriques de Vezins et de la Roche-qui-Boit, cet article propose d’analyser les usages et représentations associés aux nombreux cabanons aménagés au bord de ces deux retenues d’eau. Développées dans les années 1960 en lien avec l’essor de la pêche de loisir, ces constructions constituent des lieux de villégiature populaire autour desquels s’est construit un certain rapport à la nature. Un inventaire exhaustif et la caractérisation de ces installations ont permis de construire une typologie révélant des points communs (auto-construction, liberté architecturale) derrière une hétérogénéité apparente et une diversité de statuts fonciers. Les cabanes apparaissent comme le lieu de pratiques contemplatives de la nature car elles offrent un refuge isolé mais elles constituent aussi l’espace d’une riche sociabilité liée à la pêche. Peu prises en compte par les pouvoirs publics qui les considèrent comme des points noirs paysagers, ces cabanes sont l’objet d’un fort attachement. L’analyse de leur histoire, des usages et représentations qui leur sont associées apportent des éléments utiles à la compréhension des enjeux actuels.

Abstract : This paper aims at discussing the history and uses of huts built on the banks of two lakes located in the Sélune Valley in south-west Normandy. While the lakes are soon to disappear, local authorities are developing a plan for the economic and social adaptation of the valley without these lakes. A number of huts were built in the 1960s, following the growing appeal for recreational fishing. An exhaustive inventory and characterization of these constructions was produced in the order to identify different types of huts. This typology reveals common features (self-building, architectural freedom) as well as a certain heterogeneity in terms of comfort and ownership status. These huts appears as places for contemplative practices in nature, but are also places of sociability related to fishing activities. The people we met are very attached to these huts, when institutionals actors regard them primarly as a blot on the landscape by institutional actors. Lastly, the analysis of the huts’ history, uses and representations seems to provide useful elements for a better consideration of the valley’s future.