SECONDE NATURE Nature & renaturation, un aperçu sensible d’une histoire des cours d’eau en mutation

Depuis le mois de juin 2014 une équipe de chercheurs constituée de Camille Prunet (Docteur en esthétique et sciences de l’art), Agnès Villette (journaliste et photographe, agrégée en lettres modernes), Thierry Weyd (artiste, éditeur et enseignant) et Jana Winderen (artiste sonore, curator et biologiste), parcourent régulièrement les rives de l’Orne dans le cadre d’une expérience singulière de recherche initiée à la suite d’une sollicitation par un groupe d’universtitaires géographes.
En novembre 2016 une série d’expositions et de rencontres sur différents sites de la région rendront compte de cette expérience inédite.

La turbine Citroën du barrage hydroélectrique, récemment "effacé", de l'usine Gosselin à l'Enfernay (St Rémy sur Orne). Photographie © Institut Bivouac et Cantonnement, septembre 2015.
La turbine Citroën du barrage hydroélectrique, récemment « effacé », de l’usine Gosselin à l’Enfernay (St Rémy sur Orne).
Photographie © Institut Bivouac et Cantonnement, septembre 2015.
La « renaturation », la restauration, la conservation des espaces naturels, sont des idées en vogue pour appréhender les espaces naturels organisés par l’humain.
Cette appréhension de la nature ressort d’une pensée occidentale qui dit les enjeux de l’organisation spatiale. Cette « renaturation » des sites naturels s’observe actuellement à l’occasion de l’arasement de barrages en Basse-Normandie.
Cette volonté de « renaturer » les cours d’eau interpelle par le retour qu’elle suppose à un état initial, à un état de « pureté ». Le retour à une rivière à méandres, à une rivière courante et poissonneuse est-il un retour à un état primitif ? L’imaginaire collectif de la rivière rurale, vive et diversifiée, est mise en avant.
A propos de la « renaturation », terme employé pour désigner les travaux de réaménagement suite aux arasements de seuils et barrages, il est ainsi régulièrement écrit que l’objectif est de réhabiliter un milieu pour le ramener vers un état proche de son état d’origine.
Le démembrement des ouvrages d’art change la rivière, son lit et son débit. Ces changements semblent profiter à la rivière : un débit plus rapide entraîne une meilleure oxygénation, et ainsi une meilleure qualité de l’eau.
Que voit-on ? Qu’entend-on de différent ? Les espèces végétales, animales, susceptibles de vivre dans ces cours d’eau évoluent également.
Ce qui est observé, entendu, se trouve affecter par ce « retour » à l’état naturel d’origine. Comment ces changements sont-ils perçus ?
Ces bouleversements affectent directement la rivière, mais aussi les humains et leurs activités liées à la rivière. Des tensions et des incompréhensions sont perceptibles entre les différents acteurs et riverains. Les habitants ne comprennent pas l’objectif recherché, ni pourquoi il faudrait modifier un environnement qu’ils ont toujours connu comme tel.
Autour de ces interrogations relatives à l’ »effacement »*de barrages, l’objectif est de permettre une analyse sensible et scientifique des changements opérés, physiquement visibles ou non, par ces projets de gestion écologique des cours d’eau en s’intéressant, de manière plus fondamentale, à ce que signifie l’état « sauvage » ou « premier » de la nature dans un espace naturel entièrement réorganisé par l’homme.
*Terme utilisé notamment dans « La Sélune au long cours. Journal de l’opération d’effacement des barrages de la Sélune », édité par la Préfecture de la Manche.
Un projet de recherche mené dans le cadre du laboratoire de l’ésam Caen / Cherbourg, initié à la suite d’une invitation par les chercheurs géographes du projet « REPPAVAL », en partenariat avec l’association Portraits, les Ateliers 48 et L’Atelier(s),avec le soutien de l’Agence de l’eau Seine-Normandie et de l’Ambassade royale de Norvège.