Parution d’un article « L’évaluation par les services écosystémiques des rivières ordinaires est-elle durable ? »

La revue Vertigo a publié un numéro spécial consacré aux « Services écosystémiques et gestion durable de cours d’eau : opportunités et incertitudes » coordonné par Jamie Linton et Carmen Cantuarias.

Laurent Lespez, Marie-Anne Germaine et Régis Barraud proposent dans ce numéro un article intitulé « L’évaluation par les services écosystémiques des rivières ordinaires est-elle durable ?« . Vous pouvez le lire sur le site de la revue. Vous trouverez ci-dessous le résumé de l’article.

L’évaluation par les services écosystémiques s’est fortement développée depuis le début des années 2000 et l’évaluation des écosystèmes pour le millénaire. Alors que les démarches entreprises pour promouvoir une gestion écologique des cours d’eau se traduisent dans l’Ouest de la France par de nombreuses opérations de restauration écologique, les conflits entre gestionnaires de l’environnement, élus, propriétaires d’ouvrages en travers (seuils, barrages) et population locale se multiplient. Face à cette situation, élus et gestionnaires expriment sur le terrain le besoin de développer des outils ou méthodes permettant de rendre plus légitimes leurs choix, de réduire les incertitudes voire de structurer le débat localement. Leur demande rencontre ainsi l’approche par les services écosystémiques promue par la Directive Cadre sur l’eau (2000) et de nombreuses institutions responsables de la gestion de l’eau. Au-delà des incertitudes méthodologiques et des difficultés techniques, cette stratégie confirme l’émergence d’un nouveau paradigme de gestion pour les rivières ordinaires. Celles-ci correspondent aux cours d’eau non-domaniaux, soumis au droit privé de propriété, inséré au sein d’espaces ruraux à l’écart des grands foyers urbains. Elles constituent l’essentiel du chevelu hydrographique dans l’ouest de la France et proposent des environnements communs à l’ensemble des petits cours d’eau de la Façade Atlantique de l’Europe. C’est au prisme de l’analyse de la temporalité des systèmes productifs, des représentations et valeurs successives associées, et de l’émergence et de la transformation des politiques publiques que nous interrogeons la signification d’une évaluation par l’intermédiaire des services écosystémiques. Il s’agit de situer la relation contemporaine entre les experts et les politiques dans une trajectoire, de montrer la précarité des représentations à l’œuvre et la difficulté de définir durablement le bien commun dans des systèmes socio-environnementaux en mutation. Cet examen révèle une trajectoire contrôlée par la succession de dispositifs complexes ayant pour objectif de maintenir la cohérence des pratiques et des principes de gestion. Nous faisons ainsi l’hypothèse que le nouveau paradigme de gestion promu constitue la pierre angulaire d’un nouveau « dispositif de pouvoir ». Appliqué à la rivière aménagée, ce dispositif met en avant l’expertise scientifique des processus biophysiques contemporains dans les décisions de gestion.