Séminaire « Adaptation des territoires » 2014-2015 / Séance 5 – 20 mars 2015 : Restauration écologique des cours d’eau et adaptation des territoires

Séminaire RURALITES adaptations / REPPAVAL – vendredi 20 mars après midi, à partir de 14h et jusqu’à 17h30, à la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de l’Université de Poitiers (Bâtiment A5 du campus), dans la salle Gargantua au premier étage.

Rappel sur le contexte du séminaire

La journée d’étude « Restauration écologique des cours d’eau et adaptation territoriale » s’inscrit dans deux actions complémentaires :

1-dans le cycle du séminaire du laboratoire RURALITES sur la thématique de l’adaptation des territoires piloté par Camille Hochedez (MCF, Université de Poitiers, Ruralités). Ce cycle de séminaire transversal aux axes de recherche du laboratoire permettra de discuter et de critiquer la notion d’adaptation, en particulier la marge de manœuvre des politiques publiques dans la mutation des territoires : s’agit-il d’adapter, d’anticiper ou de construire ? Les séances du séminaire éclaireront la dialectique entre la notion d’adaptation des territoires, qui sous-tend un processus subi, et celle de construction des territoires, qui sous-tend une démarche volontaire de changement impulsée par une action collective ou publique. Informations complémentaires sur le laboratoire et son projet scientifique et le séminaire « adaptation des territoires ».

2-Cette journée contribuera également à l’animation scientifique du programme ANR REPPAVAL (2012-2015), coordonné par Régis Barraud (MCF, Université de Poitiers, Ruralités) et Marie-Anne Germaine (MCF, Université de Paris Ouest Nanterre, UMR Lavue). L’ANR JC REPPAVAL – « Représentations de la nature et des paysages dans les petites vallées de l’ouest de la France face aux projets de restauration écologique » a pour objet l’analyse des enjeux socio-spatiaux liés à la mise en œuvre des politiques publiques de restauration écologique des cours d’eau. Il s’inscrit dans le cadre de l’évolution récente du contexte réglementaire (Directive-cadre sur l’eau, Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques, Grenelle de l’environnement). La multiplication des projets de « renaturation » de rivières, qu’ils se traduisent par des opérations de désaménagement d’ouvrages ou par la volonté de maintenir des paysages « sauvages » dans les fonds de vallées, soulève en effet des questions sur les représentations des paysages de vallées et sur la demande sociale associée à ces espaces tant d’un point de vue fondamental qu’opérationnel. Par ailleurs, ancré dans le contexte d’élargissement de la prise en compte des problèmes d’environnement à l’ensemble des territoires ordinaires, ce projet propose de partir du cas des rivières de petites dimensions (ordre ≤ 6 selon la classification de Strahler). C’est à partir des petites vallées de l’Ouest de la France, reconnues comme un élément fondamental des paysages du quotidien, que la réflexion est menée. Ces paysages fluviaux ordinaires, encore relativement peu étudiés, renvoient à de « petits systèmes ». Leur taille modeste constitue une opportunité pour la mise en place d’une approche intégrée et comparative permettant de saisir leurs mécanismes de fonctionnement dans leur intégralité comme en attestent plusieurs expériences de recherche auxquelles ont activement participé les membres impliqués dans ce projet. À travers l’étude des relations entretenus par les différents groupes d’acteurs locaux à ces paysages, ce programme a pour objectif (1) de proposer des diagnostics complémentaires aux approches environnementales permettant de réintégrer les dimensions sociale et temporelle dans les projets de gestion et (2) de contribuer d’un point de vue plus fondamental à la réflexion sur l’évolution des représentations et de la demande sociale en matière de nature et de paysage. Informations complémentaires sur le programme REPPAVAL : http://reppaval.hypotheses.org

L’objet du séminaire : la restauration écologique et l’adaptation des territoires

La restauration écologique (RE) constitue une entreprise holistique, une activité intentionnelle (Pandey, 2002 ; Clewell et Aronson, 2010) qui mobilise un ensemble de connaissances scientifiques, mais également les savoirs locaux, dans le but d’initier ou d’accélérer « l’autoréparation d’un écosystème en respectant sa santé, son intégrité et sa gestion durable. La plupart du temps, l’écosystème qui a besoin d’être restauré a été dégradé, endommagé, transformé ou entièrement détruit, résultat direct de l’activité humaine… » (SER, 2004). Désormais, en s’éloignant de l’idée simpliste d’un retour à un état antérieur, la restauration porte davantage sur des processus jugés fonctionnels et aptes à produire des évolutions souhaitables ou à se prémunir, au contraire, de changements non favorables à la santé des écosystèmes, à leur capacité évolutive et non désirés par les sociétés. Dans ce cadre, l’ingénierie écologique contribue à une stratégie globale de pilotage des trajectoires de la biodiversité (Blandin, 2009). C’est pourquoi, de fait, la RE est une activité qui dépasse l’expertise écologique et qui comporte des dimensions sociales, politiques et éthiques indéniables (Blandin, ibid. p. 70-71 ; Larrère, 2014).

La restauration écologique est devenue un moyen pour atteindre des résultats en matière de politique publique de l’environnement, c’est en particulier le cas avec la Directive Cadre Européenne sur l’eau (2000) et les stratégies nationales de restauration de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques. L’intégration opérationnelle de la RE des cours d’eau est récente et évolutive. Elle recouvre, lorsqu’elle est mise en œuvre par les acteurs locaux, des actions très diverses (Morandi et Piégay, 2011). Précisément, ce séminaire vise à éclairer la manière dont les acteurs locaux investissent ce domaine d’activité. La multiplication des opérations de RE participe à une forme d’écologisation des politiques publiques et elles mettent à l’épreuve l’adaptabilité des territoires. Nous nous intéresserons plus particulièrement aux actions qui induisent un / des changements significatifs de paysages, d’usages, de représentations sociales (reméandrage, arasement ou effacement d’ouvrage hydraulique transverses). Comment les acteurs locaux, engageant leur responsabilité collective, se saisissent-ils de ces opérations sur le plan de la gouvernance (concertation, participation, modes de délibération) ? Comment ces changements sont intégrés ou au contraire rejetés par les acteurs locaux ? La RE est-elle subie ou au contraire, les opérations d’ingénierie écologique qui en découlent contribuent-elles à la fabrique de nouvelles ressources territoriales ?

Blandin P., 2009. De la protection de la nature au pilotage de la biodiversité, Versailles, Quae, 124 p.

Clewell A. F., Aronson J., 2010, La restauration écologique, Arles, Actes Sud, 340 p.

Morandi B., Piégay H., 2011. Les restaurations de rivière sur internet : premier bilan, Natures, Sciences, Sociétés, Vol. 19, n°3, p. 224-235.

Rey F., Gosselin F., Doré A. (coord.), 2014. Ingénierie écologique. Action par/ou pour le vivant ?, Versailles, Quae, 165 p.

Le programme des interventions est en cours de préparation.