Les cours d’eau et vallées bas-normandes au fil du temps à travers la presse quotidienne locale (1900-2012)

Julie Montreuil a réalisé un mémoire de Master 1 de Géographie à l’Université de Caen qui avait pour objectif d’analyser comment les articles de presse locale abordent les rivières et plus particulièrement leur gestion.

Coupure de presse – Journal « Ouest-France » (28 Novembre 1961)

montreuiljulie2

1. Les objectifs du mémoire – Analyser l’évolution des représentations des rivières à travers l’analyse de la presse quotidienne régionale

Il s’agissait plus précisément d’étudier cette question sur une période relativement longue (1900-2012) afin d’appréhender l’évolution de l’intérêt accordé aux cours d’eau du 20ème au début du 21ème siècle dans la presse quotidienne régionale et des thématiques abordées à propos des cours d’eau mais aussi de confronter le contenu des articles à l’évolution du cadre réglementaire fixant les politiques de l’eau (Figure 1 ci-dessous). Il s’agissait donc aussi de voir quelle place est donnée aux problématiques écologiques aujourd’hui très présentes dans la réglementation et la gestion des cours d’eau. Soutenu en juillet 2014 et encadré par Marie-Anne Germaine et Laurent Lespez, ce travail a porté sur trois rivières (Vire, Touques et Orbiquet) qui ont permis d’appréhender le rôle des contextes locaux. Il s’est appuyé sur un corpus d’articles issus du quotidien régional « Ouest-France » (anciennement « Ouest-Eclair »).

Évolution du cadre réglementaire dans le domaine de la gestion des cours d’eau (©  J. Montreuil, 2014)
Figure 1 – Évolution du cadre réglementaire dans le domaine de la gestion des cours d’eau
(© J. Montreuil, 2014)

Dans une première partie, le mémoire revient sur les caractéristiques de chacune des trois vallées étudiées (la Vire, la Touques et l’Orbiquet) qui ont permis de bien cerner les spécificités et points communs des terrains d’étude choisis : (1) Description du bassin versant, (2) Histoire de la vallée, (3) Paysages et usages tuels de la vallée et (4) –       Enjeux et dispositifs de gestion.

(© J. Montreuil, 2014)
Figure 2 – Présentation des trois terrains d’étude
(© J. Montreuil, 2014)

2. Méthodologie – Comment analyser le contenu des articles de presse ?

La seconde partie présente le corpus collecté ainsi que la méthodologie employée pour analyser les articles. L’organigramme ci-dessous expose la démarche mise en place dans le cadre de ce travail de recherche (Figure 3). Le quotidien Ouest-France a été choisi car il s’agit d’un titre de presse couvrant l’ensemble de la région depuis 1914. Des requêtes à partir du nom des rivières ont permis de collecter 21 articles pour l’Orbiquet, 126 pour la Touques et 399 pour la Vire. La période 2002-2012 a également pu être traitée de manière automatique sur Internet permettant de collecter 24 articles pour l’Orbiquet, 136 pour la Touques et 435 pour la Vire. La période intermédiaire n’étant pas accessible en format numérique, le dépouillement de la version papier du journal a dû être réalisé manuellement. Nous avons choisi un échantillonnage décennal (l’ensemble des numéros publiés durant les années 1951, 1961, 1971, 1981 et 1991 a été consulté) donnant lieu à la numérisation puis à l’OCRisation de 5 articles pour l’Orbiquet, 42 pour la Touques et 50 pour la Vire. Chacun des articles a été classé afin de constituer une base de données présentant pour chacun des articles la date (année, saison) de parution, la thématique abordée (faits divers, aléa naturel, pollution, pêche, espèce piscicole, gestion du cours d’eau, loisirs, culture et patrimoine) et les lieux cités.

(©  J. Montreuil, 2014)
Figure 3 – La démarche de collecte et de traitement des articles de presse
(© J. Montreuil, 2014)

Dans un second temps, un logiciel d’analyse textuelle a été utilisé (WordMapper). Il s’agit d’un outil utilisé par le chercheur dans l’analyse du contenu d’un corpus textuel (voir l’article : Germaine, 2011). Il permet de repérer les fréquences (ou occurrences) de différents mots (nombre de citations) mais également les co-occurrences (couple ou ensemble de mots fréquemment cités les uns à proximité des autres dans un même segment de phrase). Il permet en outre de cartographier l’information textuelle et d’identifier à l’aide de techniques statistiques les thèmes abordés dans l’ensemble des trois corpus de presse (voir plus loin : Figure 4).

3. Les résultats – Des thématiques distinctes dans le temps et dans l’espace

Ce travail universitaire a permis de voir que chaque cours d’eau est abordé selon des thématiques différentes dans la presse quotidienne locale (Figure 3). On constate par ailleurs que les thématiques varient au fil du temps, ainsi que le nombre d’articles consacrés aux rivières en fonction des années (Figure 4). Cela peut être mis en relation avec l’évolution du cadre réglementaire mais aussi avec le fait que la place des cours d’eau dans la société a elle aussi évolué.

Figure 4 a - Répartition des articles pour la vallée de l'Orbiquet (© J. Montreuil, 2014)
Figure 4 a – Répartition des articles pour la vallée de l’Orbiquet (© J. Montreuil, 2014)
Figure 4 b - Répartition des articles pour la vallée de la Touques (© J. Montreuil, 2014)
Figure 4 b – Répartition des articles pour la vallée de la Touques (© J. Montreuil, 2014)
Figure 4 c - Répartition des articles pour la vallée de la Vire (© J. Montreuil, 2014)
Figure 4 c – Répartition des articles pour la vallée de la Vire (© J. Montreuil, 2014)
Figure 4  - Légende des thématiques repérées dans les différents articles (© J. Montreuil, 2014)
Figure 4 – Légende des thématiques repérées dans les différents articles (© J. Montreuil, 2014)

 

Ces graphiques montrent d’abord l’intérêt ancien et important de la presse pour les rivières (les écarts de volume des corpus doivent être rapportés à la taille différente des rivières). Certains lieux sont surreprésentés dans le corpus comme Lisieux pour la Touques

La première moitié du 20ème siècle est marquée par l’importance de certaines thématiques telles que les faits divers et les aléas naturels. Ils témoignent de l’évocation de la rivière comme un lieu de danger (noyade, suicide, accident …) et instable (crues, inondations). Cependant, d’autres thèmes sont également présents comme la pêche présentant la rivière comme un lieu de ressources. La pêche et les espèces piscicoles sont évoquées durant toute la période étudiée sur la Touques.

La préoccupation pour la pollution de l’eau et même pour la gestion est ancienne. De nombreux articles abordent ainsi les dimensions écologiques de la rivière même si le contenu des messages change (du rappel des obligations de curage aux riverains à la présentation des actions des syndicats de bassin). La question de la gestion est surtout présente précocement sur la Vire où elle occupe une place importante dans le corpus vers 1935 pour revenir en force à partir de 2005. Sur la Touques, c’est après 1991 que la thématique « gestion du cours d’eau » s’affirme. Cela concorde avec la mise en place de structures de gestion (PARAGES sur la Touques, SAGE et Syndicat Mixte du Val de Vire pour la Vire) et le renforcement du cadre réglementaire.

Enfin, la rivière apparaît également comme un lieu offrant de multiples loisirs autant sur l’eau que sur les bords des cours d’eau. La thématique culture/patrimoine s’impose à partir des années 2000 sur l’Orbiquet en lien avec la mise en place d’un dispositif « Espace Naturel Sensible » (ENS) aux sources de l’Orbiquet et d’un programme de valorisation du patrimoine bâti dans la région d’Orbec. La thématique « loisirs » est également bien représentée sur la Vire depuis 2003 : elle renvoie à l’organisation de festivités sur la rivière telle que la fête de la Vire, la valorisation du chemin de halage par exemple. Ces thématiques sont plus discrètes sur la Touques.

Sur le plan plus spécifique de la gestion des cours d’eau, ce travail rend compte de l’évolution des préoccupations (sécurité, loisirs, écologie) et des actions mises en œuvre (curage, entretien, restauration) au fil du temps. La restauration écologique est un sujet présent pour le corpus de la Touques mais aussi de la Vire : dans le premier cas, le succès des opérations réalisées (aménagement/effacement d’ouvrages) est mis en avant tandis que ce sont plutôt les enjeux et difficultés d’une conciliation des intérêts des différents usagers qui est abordé sur la Vire (question des microcentrales hydroélectriques notamment). Le SAGE de la Vire oblige en effet à des processus de concertation entre les différents acteurs.